Sélectionner une page
The Defenders sur Netflix : dernières news de la série et récap de la saison 1

The Defenders sur Netflix : dernières news de la série et récap de la saison 1

Malgré les critiques qui ont suivi la sortie de la saison de The Defenders, on aimait bien voir nos évoluer nos héros Marvel dans un même univers avec crêpage de chignon inclus dans la Grosse Pomme. Quoi qu’il en soit, la saison 2 est pour l’instant sur la sellette et l’on ne sait pas encore ce qu’il va advenir de nos justiciers. On fait le point sur la question avec, au passage, un petit recap’ de la première saison !

Retour sur la saison 1 de The Defenders

Les Marvel aficionados en rêvaient, et voilà que leurs désirs furent exaucées en 2017 : oui, nos héros Marvel se sont bel et bien réunis en un seul et même show ! Le pitch ? Jessica Jones (Krysten Ritter), Luke Cage (Mike Colter), Matt Murdock (Charlie Cox) et Danny Rand (Finn Jones) débarquent pour protéger New York de La Main. On avait déjà entrevu cette infâme secte de ripoux menée par la maléfique Alexandra (mais mythique Sigourney Weaver) chez Daredevil et Iron Fist. Mais avec des caractères bien trempés comme ceux de nos super-héros, pas évident de faire une coloc’ new-yorkaise comme dans Friends ! Ils doivent donc apprendre à gérer leurs égos respectifs tout en essayant de ne pas se démolir l’un l’autre. Bref, il était fort sympathique de les voir tous réunis au sein d’une même équipe comme les Fantastic Four sur petit écran.

defenders-netflix-combat

Netflix va-t-il vraiment arrêter la série ?

C’est un peu le fouillis chez Netflix à l’heure actuelle. Alors que le géant américain nous annonçait que The Defenders ne serait plus, il semblerait que le couperet ne soit pas encore tombé. Et pour cause, lors d’une interview avec Entertainment Weekly, Jeph Loeb (patron de Marvel Television) nous annonçait, comme si de rien n’était, que The Defenders n’avait pas dit son dernier mot. On calme ses ardeurs car selon le Big Boss, il se pourrait que les personnages originaux ne soient plus de la partie : Non, ce n’est pas dans nos plans en ce moment », annonce Loeb, avant de préciser : « Mais on ne sait jamais ! »

defenders-netflix-jeph-loeb

Jeph Loeb (VP de Marvel Television)

Traduction : on ne sait plus sur quel pied danser. La bande des 4 va-t-elle faire son come-back ou bien se fera-t-elle éclipser par de nouveaux bad boys (& girls) ? Concernant les futurs potentiels remplaçants, on a notre petite idée sur la question. Coïncidence (ou pas), Colleen Wing et Misty Knight ont pris un sacré panache dans les saison 2 de Luke Cage et Iron Fist et font clairement moins les timides, tandis que Hellcat sera probablement la grande star de Jessica Jones saison 3. Le mystère reste entier…

 

Des héros en solo

Qu’on se détende, nos super-héros n’en délaissent pas leur propre show pour autant. On a tout d’abord retrouvé Luke Cage pour une saison 2 le 22 juin dernier (saison déjà dévorée pour notre part). Au programme : de la baston comme c’est pas permis contre les méchants truands de Harlem avec l’apparition d’un nouveau malfrat, j’ai nommé Bushmaster.

Non seulement Cage doit affronter l’un des pires adversaires qu’il n’ait jamais eu à combattre, mais sa côte descend d’une bonne dizaine d’étages. Exit le justicier prisé de tous, Luke se retrouve empêtré dans une sale toile d’araignée tentant de résoudre ses propres problèmes par la même occasion. Il y a comme un air de Jones dans l’air non ?

luke-cage-netflix-bushmaster

Bushmaster

Du côté de l’ami Iron Fist, la saison 2 vient tout juste de débarquer sur nos écrans. La Main a enfin été envoyée au tapis et tout semble rentrer dans l’ordre. Enfin presque. Matt Murdock (Daredevil) ayant disparu de la circulation, c’est au tour de Danny de prendre la relève en tant que protecteur de la ville. Histoire de pimenter tout ça, le frère adoptif de notre héros vient mener la vie dure à son frangin avec pour acolyte (on vous le donne en mille) Joy Meachum, qui n’est autre que BFF de Danny…. Dur.

Quant à l’intrépide Jessica Jones, elle devrait nous revenir pour une saison 3 dont on connaît déjà quelques détails croustillants. Un certain vilain de Marvel fera potentiellement partie des guest stars (la rumeur court qu’il s’agirait de Curtiss Jackson, aka le Power Broker) et Trish Walker serait en passe de devenir la sulfureuse Hellcat. Bref, un joli lot de surprises.

daredevil-netflix-elektra

Elektra (Elodie Yung)

Enfin, la saison 3 de notre diable préféré est fraîchement sortie des fourneaux (le 19 octobre) et on a hâte de la dévorer toute crue ! Petite piqûre de rappel (alerte spoiler) : Elektra (Elodie Yung) mourrait tragiquement dans les bras de Daredevil en se sacrifiant pour son cher et tendre, avant que ce dernier ne règle son compte au guerrier de La Main. C’est décidé, Murdock abandonne les super-pouvoirs et retourne à son métier d’avocat. On y croit moyen…

Vous l’aurez compris, le quatuor n’a pas fini de faire parler de lui car on retrouve chaque membre de l’équipe en solo, avec moult incursions dans leurs univers respectifs !

Luke Cage sur Netflix : intrigues, casting, dates… Toutes les infos

Luke Cage sur Netflix : intrigues, casting, dates… Toutes les infos

Arrêtez tout ! Il se pourrait bien que notre bad boy préféré revienne pour une saison 3 ! Même si la troisième saison de Luke Cage n’a pas été officialisée par Netflix, il semblerait qu’elle soit en cours d’écriture, et on a hâte de binge-watcher tout ça. Pour l’heure, voici un petit recap’ des deux premières saisons, et des infos (croustillantes) que l’on détient sur la suite de la série. Sortez les popcorn…

Luke Cage Saison 1 : le pitch

On l’avait vu en compagnie de Jessica Jones, le voici désormais en pilote solo dans son propre show. Exit le super-héro à l’épreuve des balles doté d’une force stakhanoviste ! Luke Cage (incarné par le talentueux Mike Colter) a troqué le filou quartier de Hell’s Kitchen de New York pour vivre une vie tranquille à Harlem, à base de petits jobs alimentaires.

luke-cage-netflix-cottonmouth

Mais il ne croit pas si bien dire lorsque les embrouilles le rattrapent sur son lieu de travail. Cottonmouth (bien connu des aficionados de Marvel Comics) a encore fait des victimes et s’attaque cette fois-ci à Pop, qui n’est autre que le mentor de Cage.

Lorsque ce dernier meurt sous ses yeux (on se rappelle encore de la mythique scène de mitraillage chez le barbier), Luke décide de renfiler le costume une bonne fois pour toute et faire la peau à ce criminel sans vergogne (joué par Mahershala Ali). Un autre fripon vient également lui donner du fil à retordre, un certain Diamondback (Erik Laray Harvey), son demi-frère pas franchement sympathique. En bref, Cage a du pain sur la planche.

Synopsis de la saison 2

Luke Cage n’est définitivement pas sorti de l’auberge et continue de lutter sévère contre les trafics en tous genres à Harlem. Pas franchement la belle vie, d’autant plus qu’un autre malfrat vient s’ajouter à la liste déjà longue de notre justicier, j’ai nommé Bushmaster. On a tout bonnement adoré la relation mi-haine mi-love qui s’instaure entre nos deux ennemis.

luke-cage-netflix-bushmaster

Comble du comble, la popularité de Cage en prend un sacré coup, défaisant son image de super-héros à grands coups de savate. Notre bad boy se met alors à douter sur ses propres limites et entreprend un voyage initiatique dans les tréfonds de son passé familial. On ne peut s’empêcher d’y voir un parallèle avec Miss Jessica Jones, elle-même en proie à ses démons intérieurs dans la deuxième saison de la série.

Les pros & cons de la série

On ne peut que saluer la symbolique très forte, portée par l’acteur Mike Colter. Luke Cage est indubitablement le digne héritier de la blaxploitation, visant à placer les héros afro-américains au premier plan et non plus seulement en toile de fond. En découle une bande son délicieusement soul, funk et hip hop qui accompagne à merveille le décor sombre de Harlem. Le showrunner de la série Cheo Hodari Coker n’y est pas pour rien (celui-ci avait co-écrit le biopic sur la vie et la mort de The Notorious B.I.G).

Mais si l’ambiance a été soigneusement peaufinée, on ne peut en dire autant pour les scènes de castagne qui laissent à désirer, notamment dans la saison 2. On se croirait presque tout droit plongé dans un nanar des 80’s, où le héros n’a qu’à manipuler quelques accessoires et s’affubler de mimiques grotesques pour réduire ses adversaires à néant.

luke-cage-netflix2

Fort heureusement Mustafa Shakir, aka Bushmaster nous fait don de son physique et sa souplesse hors-normes, qui reviennent redorer un peu le blason des scènes d’action. Mais malgré les mooves de nos personnages qui méritent un sérieux coup de neuf, il faut reconnaître que Luke Cage traite avec une grande justesse de la brutalité urbaine sévissant dans la grande pomme, sans aucun artifice. La série reste de ce point de vue très impactant et nous, on en était tout chose.

 

Luke Cage saison 3 : que sait-on pour le moment ?

Après avoir englouti les 13 épisodes de la dernière saison, nos nerfs sont au bord de l’explosion quant à la suite de la Cage saga ! Bien que la saison 3 n’ait pas encore été officiellement commandée par Netflix, on dispose déjà de quelques pistes juteuses. Il se pourrait bien que Tilda – fille de Mariah Dillard la maléfique (Alfre Woodard) – reprenne les rênes familiales. Rappelez-vous, elle était passée du côté obscur en tuant sa propre mère (la vilaine) et endossant ainsi le fameux rôle de Nightshades, bien connu des comics-addicts.

luke-cage-netflix-nightshade

Par ailleurs, on en était restés à l’arrestation de Shades (Théo Rossi) mais il est potentiellement prévu que notre latino badass revienne à Harlem ! Mais surtout, on se demande bien comment Cage va gérer son nouveau rôle de King of Harlem, chargé de contrôler les truands du haut de son trône. Va-t-il faire preuve de justesse ou sombrer dans la corruption à l’instar de Dillard ? Le suspens est à son comble…

Iron Fist : la lignée Marvel continue sur Netflix !

Iron Fist : la lignée Marvel continue sur Netflix !

Voici venu le petit dernier de la famille Marvel sur Netflix, j’ai nommé Iron Fist ! La question est : comment se placer en digne héritier de ses aînés Luke Cage, Jessica Jones et Daredevil ? On fait le point sur la saison 1 de l’homme aux points d’acier.

Iron Fist saison 1 : le recap’

Qu’on se le dise : Iron Fist – aka Danny Rand incarné par Finn Jones – est non sans rappeler un autre triste jeune homme dont les parents ont péri dans un terrible accident (comme un certain Tony Stark, pour ne pas le nommer). Danny voit ses parents périr sous ses yeux lors d’un crash d’avion.

Seul survivant de l’accident, il est secouru par une flopée de moines guerriers qui décident de tout lui apprendre sur leur savoir mystique au fin fond de l’Himalaya. Grâce à ses sauveurs, Danny Rand apprend à concentrer son « chi » dans ses poings. Sauf qu’entre-temps 15 bonnes années se sont écoulées depuis la disparition de notre héros.

iron-fist-saison-1

Danny décide de revenir à New York pour retrouver ses proches mais quelques embûches seront semées sur son passage, principalement causées par La Main, une association de malfrats déjà connu des Daredevil connoisseurs. Fort heureusement, la divine (et badass) Colleen Wing lui vient en aide. Il faut dire qu’elle maîtrise les arts martiaux façon Bruce Lee dans ses heures de gloire.

Iron Fist saison 2 : un changement de la production

En toute transparence, la série n’a pas reçu le succès escompté à sa première saison. Pour tenter de remédier aux flopées de mauvaises critiques, Netflix a décidé de changer de showrunner. Exit Scott Buck, place à Raven Metzner pour le meilleur (ou pour le pire). Pour rappel, cette saison se situe chronologiquement après que nos héros Marvel se soient réunis dans The Defenders et apprennent l’art du vivre-ensemble.

iron-fist-saison-2

Ici, Danny se cherche car il n’a plus de malfrat à combattre, La Main ayant été mise au tapis. Voilà qui tombe à pic (enfin presque) car Matt Murdock alias Daredevil est porté disparu et un nouveau protecteur s’impose. Minute papillon car c’était sans compter l’arrivée de Davos (Sacha Dhawan) venu chercher des noises à son frère adoptif, en compagnie de Joy Meachum, qui n’est autre que la meilleure amie de Danny ! Le ciel s’assombrit pour Mister Rand…

 

Iron Fist : on en pense quoi au final ?

A l’inverse de ses comparses justiciers révélés sur le petit écran, Iron Fist est bien plus sombre et malmené par la vie. On monte d’un cran en comparaison avec Jessica Jones, elle aussi victime d’un stress post-traumatique. Non seulement Rand assiste en live à la mort tragique de ses géniteurs, mais il subit une initiation assez atroce de la part de nos amis moines.

L’ensemble donne un aspect assez intéressant au personnage, bien loin des héros marveliens classiques. Qui plus est, ses pouvoirs se limitent à une force titanesque et une maîtrise (de dingue) des arts martiaux : du balais les envolées vers les cieux, les boules de feu ou la téléportation ! Résultat, on s’identifie assez vite au personnage.

iron-fist-collen-wing

Pourtant, on doit avouer que la première saison nous a laissé sur notre faim. Avec de tels ingrédients, on s’attendait à une explosion de rage (donc de battles grandiloquentes) résultant des années de brimades subies par notre héros torturé. Malheureusement, les intrigues restent assez superficielles et les traits des personnages sont eux aussi assez plats. Dommage que la superbe Colleen Wing soit trop cantonnée aux scènes de castagne ! Mais par-dessus tout : où est donc le super-vilain tant attendu des Marvel aficionados ?

Une série qui manque de peps

On est également désappointé de voir que, contrairement à ses prédécesseurs abordant des thématiques clés telles que le féminisme avec l’intrépide Jessica Jones ou encore le mouvement black live matters brillamment porté Luke Cage, Iron Fist ne semble pas suivre l’exemple de ses grands-frères. On aurait pu y croire lorsque Rand se retrouve à la rue avec les sans-abris, conséquence d’une société capitaliste impitoyable ne laissant pas de place à la naïveté et l’humanisme. Mais que nenni, la série n’a rien d’engagé.

On se console toutefois avec une saison 2 mieux ficelée, particulièrement au niveau des personnages secondaires. Ces derniers sont plus approfondis qu’au chapitre précédent : les amis de Cage, Ward et Joy, prennent du panache, au même titre que Colleen que l’on découvre au-delà de ses poings. Elle devient une leadeuse à part entière, et plus seulement la copine bagarreuse de Cage.

the-defenders-netflix

Mention spéciale à son duo de choc avec Misty (que l’on voit chez Luke Cage) ! On pourrait presque dire que les acolytes d’Iron Fist dépassent le personnage principal, et ça n’est pas pour nous déplaire.

Toutefois, cela n’a pas suffit à convaincre Netflix de renouveler l’aventure pour une saison 3. La rumeur court que Disney pourrait reprendre le flambeau…

Jessica Jones sur Netflix : tout ce que vous devez savoir sur la série

Jessica Jones sur Netflix : tout ce que vous devez savoir sur la série

On s’en lèche les babines d’avances : miss Jessica Jones rempile pour une troisième saison ! On a hâte de retrouver cette brune ténébreuse (un peu trop) sanguine, diablement sexy et sans cesse en proie à son côté dark. Petite piqûre de rappel sur les deux dernières saisons de Jessica Jones et sur les rumeurs de la saison 3 !

Jessica Jones : récap des deux saisons

Saison 1

Lancée par Netflix en 2015, la saison 1 de Jessica Jones (jouée par la talentueuse Krysten Ritter) nous plongeait en plein cœur du passé houleux de cette anti-héroïne par excellence, dont le cynisme ferait pâlir les morts. Victime d’un stress post-traumatique suite à son kidnapping par le vilain Kilgrave (David Tennant), la jeune femme choisit de remettre à plus tard ses rêves de superhéroïne, pour s’engager au sein d’une agence de détective privé à New York, aux côtés de Jeri Hogarth (Carrie-Anne Moss).

jessica-jones-netflix-jeri

Mais elle se retrouve bien vite rattrapée par ses vieux démons et décide de faire payer à son agresseur la monnaie de sa pièce. Rien de plus jubilatoire que de voir cette femme de poigne renfiler son costume et se lancer dans une battle effrénée avec son ennemi juré ! Après avoir binge-watché la première saison à vitesse grand V, on avait envie de dire un grand MERCI aux créateurs originels du personnages, Michael Gaydos et Brian Michael Bendis et de saluer la créatrice, Melissa Rosenberg pour sa série délicieusement féministe.

Saison 2

On ne peut pas franchement dire que Jessica Jones nous revienne en grande forme dans la deuxième saison. Toujours aussi torturée et accro à son fidèle compagnon – j’ai nommé la bouteille de whisky – elle tente de faire le point sur son passé et comprendre comment elle a obtenu ses super-pouvoirs. Mais un peu de ciel bleu perce l’horizon à l’arrivée de J.R Ramirez, son nouveau voisin (beau comme un dieu) et futur-amant.

jessica-jones-netflix-ramirez

Ses deux acolytes Trish, incarnée par Rachael Taylor, qui est accessoirement sa belle-sœur dans la série (suivez un peu !) et Malcom sont un peu plus mis en avant, et on ne s’en plaint pas ! En bref, on a a-do-ré voir le personnage principal fouiller dans les tréfonds de son âme tourmentée, façon freak-psychanalyse !

 

Les pros and cons de la série

Jessica Jones n’a aucun problème à partager le beau rôle avec ses deux autres comparses, et c’est plutôt une bonne chose. Ici, toute l’intrigue réside dans le travail d’équipe : Malcolm se la joue cheerleader pour essayer de remonter le moral de son amie qui file franchement un mauvais coton, sans compter les efforts de Trish tentant elle aussi de lui sortir la tête de l’eau. Les compagnons de Jessica ont une identité bien à eux, et ne font pas seulement office de toile de fond comme cela peut être le cas dans d’autres séries.

jessica-jones-netflix-saison-2

On a cependant quelques regrets face à la tournure que prend le premier épisode. Bien qu’elle soit estampillée Marvel, la série n’avait clairement pas besoin d’effets spéciaux. On vous le rappelle, Jessica Jones est loin des héros surnaturels car elle est bien plus terre à terre et se bat la plupart du temps contre ses propres problèmes. Il est donc inutile de nous arroser d’effets ringards façon 90’s (au mieux) qui n’ont clairement pas obtenu le résultat escompté.

Keep calm, si vous n’avez pas déjà vu la suite, les scénaristes semblent avoir retenu la leçon et y vont mollo sur les super-pouvoirs dans les prochains épisodes. Qui plus est, le show ne pouvait être plus en raccord avec l’actualité du moment, abordant haut et fort le sujet du harcèlement par le biais du personnage de Trish. Incroyable mais vrai, la saison deux a été finalisée un mois avant les révélations Weinstein, sans aucune préméditation !

La saison 3 de Jessica Jones : que sait-on pour le moment ?

Soyons honnête, même si on adoré l’aspect self-battle de la saison 2, on aurait aimé avoir un véritable adversaire à l’image de Kilgrave pour nous offrir un peu de castagne. Qu’à cela ne tienne, on sait désormais qu’un vilain des comics de Marvel s’invitera dans la série ! Collins de son petit nom, est doté d’une intelligence supérieure… et se sent supérieur tout court. Notre petit doigt nous dit même qu’il fait probablement référence à Curtiss Jackson, aka le Power Broker. Une nouvelle saison qui promet d’être croustillante à souhait !

jessica-jones-netflix-hellcat

Autre élément qui nous laissait sur notre faim : Trish Walker et sa furieuse envie de s’équiper de super-pouvoirs comme la sœurette. Et dans les derniers instants, elle semble être aussi rapide qu’un chat sauvage. Coïncidence ? On ne pense pas puisque dans le comics de Marvel, Hellcat n’est autre que Patsy Walker. Etrange ressemblance… Reste à voir si Jessica et Trish vont fumer le calumet de la paix, et quand est-ce qu’on connaîtra la date de sortie !

Les 8 séries pour filles à regarder absolument

Les 8 séries pour filles à regarder absolument

Cette année, le Comic Con Paris met la gent féminine à l’honneur. Plus question de reléguer les superhéroïnes au second plan, la femme avec un grand F aura tout sa place au sein de l’événement. On ne pouvait donc décemment pas passer à côté d’un article consacré à ces super-dames du petit écran ! Voici LES séries « girl power » immanquables, à visionner entre copines (et copains).

1) Jessica Jones

series-filles-jessica-jones

En voilà une qui n’a décidément pas froid aux yeux ! Anti-héroïne par excellence, Miss Jones (Krysten Ritter) est bien loin de la housewive américaine. Alcoolique, sanguine, blasée, elle se remet (très) difficilement de son kidnapping par l’infâme Kilgrave.

Pour tirer un trait sur son passé tumultueux, Jessica décide mettre de côté ses pouvoirs titanesques et se consacrer à sa propre agence de détective privée. Mais notre héroïne badass sera rapidement rattrapée par son désir de vengeance. Sa mission : faire la peau de son agresseur, en le mettant au tapis une bonne fois pour toute.

On a également adoré le dark side de cette superwoman des temps modernes – jamais sans sa bouteille de whisky – plus accentué dans la saison 2. Un délice signé Netflix !

2) Orange is the New Black

orange-is-the-new-black

Avec cette série presque exclusivement féminine, Netflix a clairement visé juste au rayon girl-power. Le pitch ? Parler du quotidien de ces femmes en prison victimes de violences et de mauvais traitements, mais aussi de leur courage face aux injustices du système carcéral américain.

Malgré leur franc-parler et leur attitude parfois clairement borderline, nos héroïnes sont viscéralement attachantes. Du torride duo Chapman / Vause, incarnées par les actrices Taylor Schilling et Laura Prepon, au binôme inséparable Taystee / Poussey, en passant par la gouaille de Red et sa « famille », on se croirait presque, nous aussi entouré de nos proches.

Chapeau bas aux producteurs de la série faisant partie des premiers à avoir mis sur le devant de la scène un personnage transgenre, j’ai nommé Sofia Burset (Laverne Cox). On a hâte de binge-watcher la 7ème saison !

 

3) Buffy contre les vampires

Le casting de Buffy contre les vampires

Un peu kitsch diront certains mais il n’empêche que Buffy fut l’un des premiers « teen show » a placer au centre de sa série une femme intrépide, forte et qui n’a pas besoin d’un chevalier servant pour mettre KO ses ennemis aux dents longues.

Disons le sans vergogne, c’est un réel plaisir de voir Sarah Michelle Gellar (aka Buffy) mettre la pâtée aux vilains avec ses BFF Willow (Alyson Hannigan que l’on retrouve dans le cultissime How I met your Mother), Alex et Giles. On ressent même une pointe de jalousie face à cette jeune femme forte, indépendante et furieusement sexy.

4) Broad City

series-filles-broadcity

Exit le cliché de la « little miss parfaite « , son job de rêve et ses mensurations de déesse. Les filles de Broad City (un show produit par MTV) sont délurées, décontractées et symbolisent le quotidien des jeunes millenials et leur lots de galères qui vont avec. 

Ilana et Abbi (incarnées respectivement par Ilana Wexter et Abbi Jacobson) sont de véritables Calimero de l’amour et féministes jusqu’aux bouts des ongles. On ne vous cache pas que l’on prend un malin plaisir à les voir patauger car, pour une fois, on s’y reconnaît !

5) Sweet/Vicious

series-filles-sweet-vicious

MTV (US) se dote décidément d’un joli lot de pépites girl-power avec sa série Sweet/Vicious. Cette dernière raconte l’histoire de deux justicières beaucoup trop cools, Jules et Ophélia (Eliza Bennett et Taylor Dearden), étudiantes le jour et vengeresses la nuit tombée. Leur mot d’ordre ? Faire payer les jeunes étudiants masculins commettant des violences sexuelles auprès de victimes féminines.

Outre l’aspect purement jouissif de voir nos deux effrontées réduire en miettes ces prédateurs, on apprécie également de voir ce sujet longtemps resté tabou révélé au grand public.

6) Girls

series-filles-girls

Girls est un incontournable des shows féministes, en bonne héritière de Sex and the City. A l’image de Broad City, Girls traite avec humour du quotidien de quatre amies new-yorkaises partageant leurs espoirs ainsi que leur déceptions amoureuses et professionnelles.

Mais surtout, Anna (la célèbre Lena Dunham), Shoshanna (Zosia Kirke), Marnie (Allison Williams) et Jessa (Jemima Kirke) n’ont, une fois de plus, pas besoin d’un prince charmant pour les sauver de leur donjon ! Tantôt control-freaks, tantôt complètement spontanées, elles incarnent à merveille ce que vivent les femmes issues de la génération 25-30. Et nous, on les aime d’amour.

7) The Good Wife

series-filles-the-good-wife

Encore une qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et à juste titre ! Alicia Florrick (Julianna Margulies) est la femme d’un gouverneur plongé dans un scandale sexuel. Loin de se laisse démonter, Alicia reprend sa carrière d’avocate interrompue plusieurs années auparavant pour se consacrer à ses enfants, envoyant ainsi un pied de nez aux qu’en dira-t-on. D’ailleurs, elle n’hésite pas à rabattre le caquet de ses acolytes masculins, et ça fait du bien.

8) The Mindy Project

series-filles-mindy-project

Mindy Lahiri (reprenant son nom d’actrice) incarne elle aussi une femme dans un univers majoritairement masculin. Cette jeune médecin maladroite et outrageusement romantique rêve de rencontrer le grand amour. Pour cela, elle prend tout un tas de bonnes résolutions (moins dépenser, être à l’heure, perdre du poids…) qu’elle n’arrive évidemment pas à tenir. Une femme comme les autres en somme, avec ses qualités et ses défauts ! On se sent soudain moins seule…