Sélectionner une page

Comics


Les pires défaites de Batman

Les pires défaites de Batman

L’homme chauve-souris est un expert en arts martiaux, ainsi que le meilleur détective du monde. Cependant, on en oublierait bien vite que notre Batou préféré n’est pas invincible. Petit passage en revue des pires défaites de Batman !

1) Batman Vs Predator

defaite-batman-predator

Quand, en 1991, Batman affronte le Predator dans une série de comics de Dave Gibbons, il ne prend pas forcément la mesure du danger. Leur premier affrontement se solde par une terrible défaite pour le chevalier noir. Le justicier, très grièvement blessé, ne s’en sortira que grâce à sa précieuse Batmobile. N’est pas Schwarzy qui veut…

2) Quand Wonder Woman parle, on l’écoute…

defaite-batman-wonder-woman

… Et le conseil est aussi valable pour Batman ! À la suite d’un rituel sacré (Hiketeia), l’amazone reçoit pour mission de protéger une jeune femme : Danielle Wellys. Mais celle-ci est également une criminelle qui a assassiné plusieurs trafiquants de drogue. La route de Wonder Woman croise donc celle de Batman, qui tente d’appréhender Danielle. Malheureusement pour l’homme chauve-souris, c’est Diana Prince qui aura le dernier mot !

3) Superman a la main un peu lourde

Surtout quand, dans Infinite Crisis, il est dupé par Brainiac et le confond avec le dark knight. Résultat : Superman, pensant assister à l’agression de Loïs Lane, terrasse Batman sans difficulté. Décidément, c’est pas de chance !

4) Bane, le briseur de colonne

Dans Batman – The Dark Knight #6, Bane finit par avoir raison de la chauve-souris, en lui cassant littéralement le dos. Une scène que l’on retrouve d’ailleurs dans le film The Dark Knight Rises de Christopher Nolan. Trop sûr de lui, Bruce Wayne prend une belle déculottée de la part du mercenaire…

defaite-batman-bane

 

5) Green Lantern (Hal Jordan)

Dans Green Lantern: Rebirth, Hal Jordan connaît une résurrection assez extraordinaire, que lui-même n’est pas en mesure d’expliquer. La situation laissera Batman plus que soupçonneux. Seulement voilà, excédé par l’attitude de Bruce, Hal Jordan finira par laisser parler sa colère en lui décochant un coup de poing. Voilà comment, sans même utiliser ses pouvoirs, Green Lantern a mis Batman KO…

6) L’humiliation par Deathstroke

Batman a beau être un expert au corps à corps, sa force et ses réflexes sont limités. Surtout quand ont les compare à ceux de Slade Wilson. Il faut dire que le super-vilain a bénéficié d’un sérum lui conférant quelques avantages. Ainsi, dans Deathstroke # 9, il règle son compte à Batou sur les hauteurs d’un immeuble, avant de déclarer qu’il n’est qu’un « homme ordinaire » qui essaye de trouver sa place dans un monde « extraordinaire ». Dur dur…

defaite-batman-deathstroke

7) Une meilleure maîtrise des arts martiaux pour Lady Shiva

La super-vilaine est l’un des rares personnages sans « pouvoirs » à surpasser Batman. Elle le prouve dans Nightwing #0, en lui infligeant une belle défaite. Plus rapide, et capable d’anticiper les mouvements de ses adversaires, Lady Shiva n’a rien à envier à Bruce Wayne. C’est d’ailleurs elle qui l’entraînera après sa blessure contre Bane.defaite-batman-lady-shiva

8) Le fusil du Sergent Branden

Batman déteste les armes à feu et, manifestement, elles le lui rendent bien. En effet, quand le chef de la police d’intervention de Gotham, le Sergent Branden, fait feu sur lui, le chevalier noir s’écroule. Il ne devra sa survie qu’à son armure…

9) La vengeance de Red Hood

Jason Todd est l’un des personnages à avoir enfilé le costume de Robin. Hélas, il meurt de la main du Joker. Aussi, quand il revient d’entre les morts sous le nom de Red Hood, il n’a qu’une volonté : se venger. Aussitôt dit, aussitôt fait. Il bat le Joker à coups de barre de fer, et parvient à neutraliser Batman qui tente de s’interposer…defaite-batman-red-hood

10) Le leader du gang des mutants

Dans l’excellent The Dark Knight Returns de Franck Miller, c’est un Batman vieillissant qui s’attaque au leader des mutants. Et ce n’est franchement pas l’idée du siècle. Le justicier se fait botter les fesses dans les règles de l’art. Ce qui ne l’empêchera quand même pas de prendre sa revanche plus tard !

defaite-batman-leader-mutant

11) Le Joker

Bien que le plus grand ennemi du chevalier noir n’ait jamais réussi à le battre physiquement, il est finalement toujours vainqueur. En effet, à chaque fois que le Joker tue un innocent, il ne fait que prouver à Batman qu’il lui est impossible de protéger tout le monde. D’autant que l’homme chauve-souris se refuse lui-même à en découdre définitivement avec sa némésis.

12) Gueule d’Argile

Gueule d’Argile n’est pas forcément l’ennemi le plus puissant du super-héros. Néanmoins, dans Shadow of the Bat # 75, publié en juin 1998, il parvient à le mettre KO alors qu’il venait de capturer Mr. Freeze. Batman parvient heureusement à s’enfuir au moment où les deux super-vilains se disputent le droit de le tuer !

Si vous avez apprécié cet article, vous allez sans doute être intéressés par notre sélection des 10 comics Batman à lire absolument.

Venom : tout ce qu’il faut savoir sur l’anti-héros de Marvel

Venom : tout ce qu’il faut savoir sur l’anti-héros de Marvel

Attendu par des milliers de fans, Venom prendra vie sur grand écran le 10 octobre prochain. Mais en 34 ans de publication chez Marvel Comics, le symbiote a connu bon nombre de changements d’hôtes et de motivations à ses agissements. C’est pourquoi nous vous proposons une petite révision, histoire de se rafraîchir la mémoire ! Focus sur la Némésis de Spider-Man

Les premiers hôtes de Venom

venom-marvel-secret-warsLes Klyntar – communément appelés symbiotes – sont une race d’extra-terrestres qui s’attachent à un hôte pour survivre. La fusion d’un Klyntar et de son hôte donne un être surpuissant à l’apparence bestiale.

Le symbiote qui nous intéresse, Venom, apparaît pour la première fois sur la planète Battleworld, où Spider-Man le trouve lors de l’événement des Guerres secrètes en 1984 (de James Shooter) qui voit les Avengers être envoyés dans l’espace. Suite à la destruction de son costume, Peter Parker le remplaça par le symbiote, ignorant qu’il s’agissait là d’une entité à part entière.

Il rentre ainsi à New York tout de noir vêtu et se rend rapidement compte que son nouveau costume produit ses propres toiles organiques. Il devra alors demander l’aide de Red Richards, alias Mr Fantastic pour détacher le symbiote de son corps à l’aide d’ultrasons – point faible de Venom. Ce dernier gardera depuis cet instant une haine profonde envers Peter Parker.

venom-marvel-macdonald-gargan

Venom II (MacDonald Gargan)

Mais l’hôte le plus célèbre de Venom reste Eddie Brock – à qui Tom Hardy prêtera ses traits – un journaliste nourrissant une réelle aversion pour Peter Parker, l’accusant de lui avoir volé son travail au Daily Bugle. Lorsque le symbiote s’empara de lui, leur haine commune de Spider-Man donna naissance au plus puissant ennemi du Tisseur, qui jura alors de détruire le héros par tous les moyens.

Au fur et à mesure des années, Venom changea d’hôtes lors de certains événements : le super-vilain MacDonald Gargan offrira la version la plus violente du personnage, tandis que Flash Thompson le fera passer au statut d’anti-héros en tant qu’Agent Venom, un super-soldat à la solde du gouvernement américain.

Apparence et pouvoirs de Venom

Venom copiera le costume original de Spider-Man ainsi que ses capacités. De ce fait, il lui est capable de produire ses propres toiles d’araignées organiques et il arbore un symbole d’araignée blanc sur son torse. La différence majeure avec le Tisseur étant son sourire carnassier et sa langue bien pendue.

Bien plus musclé que Peter et doté de griffes et de crocs, son apparence évoque une version bestiale de Spider-Man, tout en gardant l’agilité et les réflexes d’araignée de ce dernier. Petit plus : il possède un pouvoir de métamorphe, lui permettant de prendre l’aspect de n’importe quel individu. Enfin, il est l’un des seuls ennemis de Spider-Man à ne pas déclencher son sens d’araignée. Il peut ainsi piéger le héros à son gré.

Imbattable me direz-vous ? Eh bien non ! Les symbiotes sont très vulnérables aux sons et au feu, ce qui permettra à Spider-Man de s’en sortir un bon nombre de fois.

 

Venom & Carnage : même combat ?

venom-marvel-carnage-comicsVenom est très différent de son rejeton Carnage. Si ce dernier est une fusion entre un Klyntar et un psychopathe, Eddie Brock/Venom quant à lui n’a de haine qu’envers Peter Parker. Ce qui l’amènera bon nombre de fois à se retrouver à sauver la veuve et l’innocent, voire à faire alliance avec son ennemi juré.

Il éprouve une haine profonde envers Carnage et exécute sa propre vision de la justice : protéger les innocents et tuer les criminels. De la même manière que le Punisher, il reste un personnage incompris des autres protagonistes dans ses récits, et se mua progressivement non plus en danger mortel pour Spider-Man, mais en allié de choix.

Venom & Spider-Man : leurs alliances contre Carnage

Comme évoqué précédemment, le symbiote et le Tisseur viendront à s’allier principalement pour arrêter le vilain petit canard de la famille : Carnage. Dans l’arc narratif Maximum Carnage sorti en mai-août 1993, Peter Parker fera équipe avec Venom afin d’arrêter l’association de malfaiteurs que met en place Carnage.

venom-marvel-tom-hardy

Venom jouera également un rôle important dans l’arc Spider-Island en 2011 où tous les habitants de Manhattan se retrouvent dotés des pouvoirs d’araignée. En tant qu’Agent Venom, Flash Thompson se retrouvera souvent confronté à Spider-Man, qui ignore qu’il fait désormais partit des « gentils ».

Enfin, plus récemment, le Superior Spider-Man d’Otto Octavius fusionna avec le symbiote, pensant pouvoir le contrôler, donnant naissance au Superior Venom. Ce dernier ne vit pas le jour longtemps, Flash Thompson le récupérant peu de temps après.

Si la première apparition de Venom dans le Spider-Man 3 de Sam Raimi en 2007 n’a convaincu tout le monde, Tom Hardy devrait proposer une solide interprétation d’Eddie Brock, tout en s’éloignant de l’origin story classique du symbiote. En effet, pas de Spider-Man en vue pour le film de Ruben Fleisher (Sony Pictures Entertainment & Marvel Studio), mais une possible apparition de Carnage.

Plusieurs questions demeurent pour l’avenir de l’anti-héros au cinéma. Apparaîtra-t-il dans la suite de Spider-Man ? Venom aura-t-il une place dans le MCU ? Rendez-vous prochainement pour en parler autour d’un café !

Chronologie des super-héros Marvel

Chronologie des super-héros Marvel

Depuis la création de la maison d’édition Marvel Comics, les super-héros se sont succédé. Mais vous êtes-vous déjà demandé dans quel ordre ils sont apparus ? Le point sur la chronologie des super-héros Marvel !

Premiers héros Marvel : Namor et la Torche humaine – 1939

chronologie-heros-marvel-torche-humaineUn an avant la première apparition de Captain America, Marvel, anciennement Timely Comics, commence par publier les aventures de deux héros : Namor le sub-mariner et la Torche humaine. Mi-humain mi-atlante, le premier finira par s’allier à Steve Rodgers pour repousser les nazis. La Torche humaine, quant à elle, est un androïde qui n’a rien à voir avec les Quatre Fantastiques !

Captain America – 1940

chronologie-heros-marvel-captain-americaDécembre 1940 : le super-héros patriote fait sa toute première apparition dans le comics éponyme. Ses deux créateurs, Jack Kirby et Joe Simon, en font un symbole puissant des valeurs américaines, qui s’opposera naturellement à une Europe nazie. Quelque peu éclipsé à la fin des années 70 par des héros comme Spider-Man, Captain America est cependant propulsé au cinéma grâce au long-métrage de 2011 (si l’on exclu les tentatives cinématographiques de 1943, 1978 et 1989).

Hulk – mai 1962

Bruce Banner fait partie des personnages de l’univers Marvel les plus appréciés. Sa première apparition remonte à mai 1962, dans le tout premier volume de The Incredible Hulk. De l’aveu même de l’un de ses deux créateurs, Stan Lee, Hulk est une réécriture du monument littéraire Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, auquel vient s’entremêler la figure mythique du monstre de Frankenstein. Un bien beau mélange !

chronologie-heros-marvel-thor-hulk

Thor – août 1962

On doit la création de Thor et de ses pouvoirs divins à Jack Kirby et Stan Lee. Le personnage est publié pour la première fois dans Journey into Mystery #83. Le dieu nordique connaît un succès non négligeable et, dès 1966, acquiert sa propre série : The Mighty Thor. Par la suite, il fera partie des membres fondateurs des Avengers. Mais c’est aussi et surtout l’un des héros Marvel les plus puissants !

 

Spider-Man – août 1962

chronologie-heros-marvel-spider-manFait notable, Parker n’est qu’un jeune homme au moment où une araignée radioactive fait de lui Spider-Man. C’est probablement l’une des raisons qui en fait l’un des personnages de Marvel les plus attachants. Il apparaît dès 1962, dans le numéro 15 d’Amazing Fantasy. La mort, en 1973, de sa petite-amie Gwen Stacy, marquera par ailleurs la fin de l’Âge d’argent des comics.

Iron Man – 1963

On a tendance à l’oublier tant les performances de l’acteur crèvent l’écran, mais Iron Man existait bien avant d’être incarné Robert Downey Jr. ! Le personnage de Tony Stark, qui doit ses pouvoirs à sa super armure, a été créé par Stan Lee et Jack Kirby. Il apparaît pour la première fois dans Tales of suspense #39 !

Les Avengers – 1963

Apparue en septembre 1963, les Avengers (initialement traduits « Les Vengeurs ») est une série destinés à concurrencer la League de Justice de DC Comics. Le comics réunit les personnages les plus puissants de l’univers Marvel, et sera adapté au cinéma en 2012. Parution initiale : Avengers # 1.

chronologie-heros-marvel-iron-man-avengers

Black Widow – 1964

chronologie-heros-marvel-black-widowLa Veuve Noire, alias Natasha Romanoff, est initialement une super-méchante de l’univers Marvel. En 1964, elle affronte en effet Iron Man dans le numéro 52 de la série Tales of Suspense. L’espionne finira cependant par rejoindre le camp des « good guys » et sera recrutée par le Shield.

Les Gardiens de la Galaxie – 1968

La première version des Gardiens de la Galaxie apparaît pour la première fois en 1968. Elle est l’œuvre de Gene Colan d’Arnold Drake. Cependant, les personnages n’ont alors rien à voir avec l’équipe de Peter Quill, qui ne sera introduite qu’en 2008. Parution initiale : Marvel Super-Heroes #18.

Black Panther – 1966

Black Panther est le tout premier super-héros noir. Sa première parution remonte à juillet 1966, dans le numéro 52 du comics dédié aux Quatre Fantastiques. En 2018, les pouvoirs et l’armure de T’Challa ont connu un succès fulgurant au cinéma !

chronologie-heros-marvel-deadpool

Deadpool aka Wade Wilson – 1991

Avant de devenir la coqueluche du cinéma sous les traits de Ryan Reynolds, Deadpool apparaît pour la première fois dans le numéro 98 de The New Mutants. Outre le fait qu’il ne soit, à proprement parler, pas un super-héros, le mercenaire déjanté a la particularité d’être parfaitement conscient de n’être qu’un personnage de comics !

Le Collectionneur : les origines du Doyen de l’univers

Le Collectionneur : les origines du Doyen de l’univers

Incarné par Benicio Del Toro au cinéma, le personnage a fait sa première apparition notable au cinéma dans Les Gardiens de la Galaxie. Le Collectionneur de Marvel est cependant loin d’être un super-vilain de seconde zone. Zoom sur l’un des Doyens de l’univers.

La genèse du Collectionneur

marvel-collectionneurS’il apparaît sous les traits d’un humain âgé aux cheveux blancs, Le Collectionneur, de son vrai nom Taneleer Tivan est en fait un extra-terrestre métamorphe dont on ignore la véritable apparence. Par son âge, qui se compte en milliards d’années, il fait partie des Doyens de l’Univers, un groupe d’individus ayant vécu avant l’arrivée du Big Bang, qui les a d’ailleurs rendus immortels en faisant d’eux des entités cosmiques.

Son épouse, lassée de millions d’années de vie commune après avoir élevé leur fille sur leur planète d’origine, Cygnus X-1, décide un jour de mettre fin à sa vie. Elle renonce ainsi à son immortalité, laissant Taneleer Tivan en proie à une profonde détresse.

À cette époque Tivan, doté de dons prophétiques, a déjà commencé à récupérer toutes les formes de vie et de culture qu’il sait vouées à la disparition. C’est à ce moment-là qu’il se met à collectionner de façon compulsive, afin d’échapper à la solitude.

marvel-collectionneur-thanos

Rapidement, il accumule les représentants des races et les objets issus des quatre coins de la galaxie. Sa passion tourne alors peu à peu à la folie, et il met ainsi tout en œuvre pour compléter sa collection avec toutes sortes d’artefact et d’être vivants rares. Il possède, du moins pour un temps, l’une des six Pierres d’infinité. C’est Thanos lui-même qui la lui prendra.

Outre les Gemmes de l’infini, Le Collectionneur est aussi fasciné par les Avengers (notamment Thor et La Guêpe), qu’il tente plusieurs fois d’ajouter à sa collection, heureusement sans succès.

Mort et résurrection du Collectionneur

Bien qu’il soit techniquement immortel, le collectionneur est cependant tué par Korvac, un super-vilain Marvel. Cependant, c’est sans compter l’intervention d’un de ses grands amis, le Grand Maître, qui fait lui aussi partie des Doyens de l’univers. Féru de jeux, celui-ci décide d’organiser Le Tournoi des Champions et parie alors sa victoire contre la Mort elle-même. Tous deux ayant choisi des champions humains pour s’affronter, le sort finit par désigner le Grand Maître comme vainqueur, qui obtient alors de la Mort la résurrection du Collectionneur.

 

Le Collectionneur dans les comics

Le Collectionneur fait partie des nombreux personnages créés par Stan Lee. Sa première apparition remonte à 1966, dans Avengers #28. Taneleer Tivan joue un rôle important en 1991, dans The Collection Obsession, publié dans les Avengers #334 à #339. Il fait alors équipe avec les Avengers, afin de repousser l’invasion de la Terre par une race extraterrestre qui est parvenue à s’échapper de sa «collection ». Dans le reboot de Contest of Champions, paru en 2015, le Collectionneur fait partie des entités cosmiques qui organisent les affrontements entre les différents champions.

Une version affaiblie dans les films ?

Dans le MCU, Le Collectionneur est interprété par l’acteur Benicio del Toro. Il apparaît la première fois en 2013, dans la séquence post-générique de Thor : Le Monde des ténèbres. Cette brève introduction sera suivie l’année d’après par son rôle dans Les Gardiens de la Galaxie (de James Gunn). Il achète alors la Pierre d’infinité cachée dans l’orbe dérobé par Star Lord au début du film, avant que son assistante ne la touche et ne déclenche une explosion dans son musée.marvel-collectionneur-thanos

Il sort indemne de l’accident et apparaît à la fin du générique de fin. On ne le revoit que dans Marvel Infinity War, alors que Thanos le torture pour retrouver la Gemme de l’infini manquante. Il s’agit cependant d’une illusion créée par le titan afin de capturer Gamora, et on ignore alors son véritable sort.

Pourtant particulièrement puissant dans les comics, Le Collectionneur brille davantage par son extravagance et son côté loufoque, et il est bien difficile de lui prêter de grands pouvoirs. Rappelons tout de même qu’il est, en principe, capable de générer des rayons d’énergie de ses propres mains, et est techniquement immortel !

Son rôle après Infinity War ?

Si tout laisse à penser qu’il est mort, il est malgré tout difficile de croire à cette hypothèse. En effet, si le potentiel du personnage est le même que son homologue des comics, il y a de fortes chances pour qu’il ait encore un rôle à jouer. D’autant qu’il s’est déjà allié aux Avengers, notamment dans The Collection Obsession. Affaire à suivre donc !

Les super-héroïnes Marvel et DC qui méritent leur propre film

Les super-héroïnes Marvel et DC qui méritent leur propre film

En l’espace de presque une vingtaine d’années, les longs-métrages super héroïques n’ont pas cessé de fleurir sur grand écran. Cette tendance ne fait d’ailleurs que se confirmer avec l’ampleur que prend le MCU depuis dix ans. Mais au milieu de tous ces collants virils, les héroïnes Marvel et DC Comics ont encore du mal à s’imposer. En effet, si elles apparaissent déjà à l’écran, elles sont encore rares à bénéficier de leur propre film.

Wonder Woman ayant transformé brillamment l’essai chez DC en 2017, ce sera prochainement à Captain Marvel, une autre super-héroïne, de faire ses débuts sur la toile. L’occasion de nous pencher d’un peu plus près sur ces personnages féminins qui mériteraient amplement d’être adaptés au cinéma.

1) Gamora (Marvel)

heroine-marvel-gamorraCelles et ceux qui ont déjà vu Les Gardiens de la Galaxie connaissent certainement l’héroïne Marvel incarnée par Zoe Saldana. Fille adoptive de Thanos, le grand méchant de Marvel : Infinity Wars, elle n’a pas toujours été du côté du bien. Créée dans les années 70 par Jim Starlin, Gamora est la seule survivante de son peuple, victime d’un génocide dont l’auteur n’est autre que Thanos lui-même. Élevée dans l’unique but de devenir une arme vivante, elle devient mercenaire pour le compte de son père, bien avant de rejoindre les gardiens. C’est une excellente combattante, dotée d’une force surhumaine et d’implants cybernétiques qui font d’elle un adversaire redoutable. Sa jeunesse, et la relation de haine/amour qu’elle entretient à l’égard de Thanos et de sa sœur, Nébula, mériterait certainement un long-métrage !

2) Black Canary (DC)

heroine-marvel-black-canaryDinah Drake voit le jour en 1947, sous la plume de Robert Kanigher et le crayon de Carmine Infantino. Agent secret expert en arts martiaux, elle est, dans un premier temps, un personnage secondaire de Johnny Thunder, publié dans la série Flash Comics. Mais son charisme aidant, elle acquiert rapidement ses lettres de noblesse. Dans les comics actuels, c’est sa fille, Dinah Drake Laurel Lance, qui endosse l’identité du Black Canary. Elle connaîtra d’ailleurs une histoire d’amour avec un certain Green Arrow. Côté pouvoirs, outre son talent pour le combat au corps à corps, elle est capable de pousser un cri destructeur qui paralyse ses ennemis (le fameux cri du canari). Apparue récemment sous les traits de Caity Lotz dans la série Green Arrow, elle mériterait cependant un film à sa hauteur. Rappelons tout de même que dans le comics Injustice, elle met carrément la pâtée à Superman…

 

3) Black Widow (Marvel)

heroine-marvel-black-widowSi la Veuve Noire est apparue pas moins de huit fois sous les traits de Scarlett Johansson depuis l’arrivée du MCU, elle n’a malheureusement jamais eu droit à son propre film. Cette héroïne Marvel, créée par Stan Lee, a pourtant plus d’un atout dans sa manche pour séduire les spectateurs. Espionne et combattante accomplie, Natasha Romanoff travaillait autrefois pour le KGB avant de rejoindre le SHIELD. Une part d’ombre sur laquelle un film pourrait très bien faire la lumière.

4) Supergirl (DC)

heroine-marvel-supergirlAvant que Supergirl ne devienne officiellement la cousine de Clark Kent, telle qu’on la connaît, la super-héroïne de DC Comics a connu plusieurs identités. La continuité officielle de DC ne retient cependant que le personnage de Kara Zor-El, créée en 1959. Originaire de Krypton, la cousine aînée de Clark Kent a malheureusement eu moins de chance, et son vaisseau spatial est arrivé sur Terre plusieurs années après. Dotée des mêmes pouvoirs que Superman, elle fait tout de même partie des personnages les plus puissants de l’univers DC. Dans la série homonyme, Supergirl est interprété par Melissa Benoist.

5) Zatanna (DC)

heroine-marvel-zatannaFille de magicien, Zatanna Zatara dispose, en tant que représentante des «homo magi », de pouvoirs magiques héréditaires. De la télépathie à la télékinésie, l’éventail de ces capacités hors normes est assez large. Créé par Murphy Anderson et Gardner Fox dans les années soixante, le personnage est devenu depuis une figure emblématique de DC, et pas seulement pour son chapeau, sa baguette et ses bas. C’est en effet une des plus grandes alliées de Batman, et elle vient régulièrement en aide aux plus grands super-héros.

6) Miss Hulk (DC)

heroine-marvel-miss-hulkJennifer Walters n’est autre que la cousine de Bruce Banner. Contrairement à lui, elle n’est pas exposée à des rayons gamma, mais reçoit en revanche une transfusion sanguine de son cousin. Bien que sa force physique n’égale pas celle de Hulk, elle n’en demeure pas moins invulnérable aux balles une fois transformée. Avocate de profession, cette héroïne Marvel est par ailleurs en pleine possession de ses facultés mentales, même sous la forme de miss Hulk, là où Bruce Banner perd tout contrôle sous le coup de la colère excessive de son alter ego.

Toutes ces super-héroïnes sont vraiment très badass et leurs histoires méritent vraiment qu’on s’y attarde. À l’heure où Marvel et DC semblent enfin avoir décidé de s’intéresser de plus près aux personnages féminins (Kamala khan en Ms Marvel et Thor Girl en sont des exemples), nous n’avons plus qu’à retenir notre souffle pour voir qui sortira dans les salles obscures. En attendant, n’hésitez pas à nous dire quelle héroïne Marvel ou DC vous aimeriez voir dans son propre film !

Carnage : petite histoire du symbiote

Carnage : petite histoire du symbiote

Venom sortira dans les salles obscures en octobre prochain. Néanmoins, si le grand public connaît déjà un peu l’histoire du symbiote, ennemi juré de spider-man, il sait en revanche un peu moins de choses sur Carnage, autre super-vilain des comics Marvel. Engendré par Venom, celui-ci est tout simplement l’un des symbiotes les plus dangereux, et ses nombreuses confrontations avec le tisseur de toile en témoignent. Zoom sur ce personnage ultra-violent, qui sera aussi le grand méchant du film Venom.

L’hôte de Carnage : Cletus Kasady

carnage-marvel-eddie-brockTout comme Venom, qui lui donne naissance, Carnage est un symbiote extraterrestre. Cela signifie qu’il doit impérativement se lier à un hôte pour survivre. Or, dans ce cas bien précis, son choix s’est porté sur un individu extrêmement dangereux : Cletus Kasady. Tueur en série à l’enfance plus que chaotique, Kasady assiste à la mort de sa mère, assassinée par son père. Si les circonstances de ce meurtre restent assez obscures, il semble néanmoins que le jeune Cletus développe très tôt des pulsions meurtrières, en assassinant sa propre grand-mère. Au sortir de l’orphelinat, où il connaît de nombreuses brimades avant d’y mettre le feu, il acquiert un goût prononcé pour la violence et le chaos, et enchaîne les meurtres avant d’être arrêté et incarcéré à Ryker’s Island (New York).

La naissance de Carnage et sa fusion avec Cletus Kasady

C’est à l’époque de son emprisonnement qu’il fait la connaissance d’Eddie Broke, l’hôte du symbiote Venom. L’ancien journaliste est alors son voisin de cellule, et la cohabitation est assez difficile. Privé du symbiote, Broke, qui s’occupe d’entretenir sa musculature et continue d’agir selon une certaine morale, ne voit en Cletus qu’un dangereux criminel. Cependant, Venom, que tout le monde croyait mort, finit par retrouver son hôte et s’échappe avec lui de la prison. C’est à ce moment précis qu’il donne naissance à un symbiote ultra-violent qui fusionne avec Kasady, lui permettant ainsi de s’échapper. Carnage vient de naître dans l’univers Marvel.

Apparence physique de Carnage

Carnage dispose d’un costume rouge et ne possède pas le dessin d’araignée présent sur le torse de Venom. Par ailleurs, il est nettement moins massif que son aîné. Cependant, ils ont tous deux des yeux blancs et allongés, ainsi que des dents acérées et une longue langue pendante. Cette ressemblance physique ne les rend pas pour autant amis, bien au contraire. Malgré leur lien de parenté, les deux symbiotes se détestent. En effet, là où Venom agit au nom d’un certain code d’honneur, Carnage, lui, ne fait que tuer et semer le chaos, chose inacceptable pour son aîné.

Carnage contre Spider-Man

carnage-marvel-spider-manC’est en 1991, dans Amazing Spider-Man #344, que Carnage fait ses débuts sous la plume du scénariste David Michelinie et du dessinateur Mark Bagley. Rapidement, sa force physique et sa violence lui permettent d’ailleurs d’infliger au tisseur de toile une première défaite cuisante. Cet échec poussera Spider-Man à s’allier provisoirement à Venom pour arrêter le super-vilain. Après tout un arc narratif développé entre les volumes 361 et 363 de Amazing Spider-Man, le personnage prend enfin toute sa dimension en 1993, dans Maximum Carnage, où il donnera du fil à retordre à l’araignée, alors alliée à un Venom passé du côté du bien. Le symbiote fait également une apparition notable en 1998, dans le dessin animé Spider-Man, l’homme-araignée. Légèrement édulcoré pour éviter la censure, le personnage connaît au passage un remaniement important : au lieu de tuer ses victimes, il absorbe leur énergie vitale.

 

Les pouvoirs de Carnage

Le symbiote est probablement l’un des ennemis les plus puissants de Spider-Man et aussi l’un des super-vilains les plus dangereux de l’univers Marvel. Il possède une grande force physique, de loin supérieure à celle du super-héros, et ce n’est pas son seul atout. Il est capable de se régénérer, de changer de forme, et peut même créer des tentacules et des armes blanches comme extensions de son corps. Ses seuls points faibles sont le feu et les vibrations soniques.

carnage-marvel-venom

Psychologie du symbiote

À l’inverse de Venom, considéré comme un symbiote plus « pacifique », Carnage est habité d’une violence incontrôlable et s’attaque aux innocents de façon arbitraire. Il partage avec Cletus Kasady, son hôte, un goût pour le meurtre et le sang. Il déteste Venom, pourtant son semblable, et semble avoir des difficultés à faire équipe avec n’importe qui, à part sur le court terme.

Famille

En tant que Cletus Kasady, il n’a pas de famille. Ses parents sont morts, et il a assassiné sa grand-mère. Carnage, quant à lui, est le fils de Venom, et le « père » de Toxin, un symbiote associé au policier Pat Mulligan, qui œuvre du côté du bien parfois aux côtés de Spider-Man (même s’il s’est quelques fois allié à Venom).

Albums de référence

Carnage #1 -16 (mai 2015 – )

Gerry Conway (scénario), Mike Perkins (dessin)

Spider-Man: Maximum Carnage (mai-août 1993)

Scénario : Tom DeFalco, Terry Kavanagh, David Michelinie et J.M. DeMatteis | Dessin : Ron Lim, Alex Saviuk, Mark Bagley, Tom Lyle, Sal Buscema

Venom vs. Carnage (mars 2007)

Peter Milligan (scénario), Clayton Crain (dessin)

The Amazing Spider-Man #361 – 362 Carnage Part 1 & 2 (avril-mai 1992)

David Michelinie (scénario), Mark Bagley (dessin)

Carnage U.S.A. (novembre 2012)

Zeb Wells (scénario), Clayton Crain (dessin)

Carnage se lance dans une entreprise des plus ambitieuses : former une armée de symbiotes pour partir à la conquête des États-Unis ! Pour les combattre, une poignée de héros unissent leurs forces, parmi lesquels Spider-Man et Venom alias Flash Thompson !

Venom: Carnage Unleashed (novembre 2017)

David Michelinie (scénario), Andrew Wildman (dessin)

Carnage: Mind Bomb (février 1996)

Warren Ellis (scénario), Kyle Hotz (dessin)

Carnage: It’s a Wonderful Life (juin 2016)

David Quinn (scénario), Kyle Hotz (dessin)