Sélectionner une page

On en salive d’avance : le diable de Hell’s Kitchen fait son come-back pour une saison 3 et on a hâte de la dévorer toute crue ! C’est cette fois Erik Oleson (The Man in the High Castle, Arrow, Kings) qui prendra la suite de Drew Goddard en tant que showrunner. Mais avant d’aborder ce troisième chapitre, revenons tout d’abord aux deux premières saisons de Daredevil, qu’on a bien sûr binge-watché à la première heure.

Daredevil saison 1 : le pitch

Matt Murdoch, alias Daredevil (interprété par Charlie Cox), c’est un peu notre boy next door préféré jouant les vigilante de Hell’s Kitchen. Petite piqûre de rappel : Murdoch est un avocat aveugle dont les sens ont été décuplés suite à une surexposition aux produits chimiques. Il travaille ici aux côtés de son de son meilleur ami et super-confident Franklin « Foggy » Nelson. Bouillonnant de rage face aux vilains de son quartier qui sèment la terreur, Murdoch décide de leur mettre la pâtée une bonne fois pour toutes en enfilant le fameux costume pourpre. C’est ainsi qu’il se retrouve confronté à Wilson Fisk aka The Kingpin, parrain de la pègre, et son bras droit James Wesley. Accessoirement, Fisk cherche à anéantir Hell’s Kitchen pour le faire renaître de ses cendres. La course-poursuite est lancée.

daredevil-netflix-kingpin

Kingpin

On en pense quoi ?

On ne peut s’empêcher de faire un gros parallèle avec le dark side batmanien en visionnant cette première saison. Les thématiques traitées sont dures et réalistes : meurtres, enlèvements d’enfants, remise en question de la religion… On est loin du monde des bisounours, sans pour autant sombrer dans le gore. C’est tout l’art de ce premier volet accessible à tous, mais en évitant l’aspect manichéen de certaines séries de super-héros. Mention spéciale au magnifique générique, dont l’esthétisme et le graphisme font un joli clin d’œil aux fans du comics. On applaudit également le duo Charlie Cox/Vincent D’Onofrio (Fisk), incarnant parfaitement leurs rôles respectifs de good cop/bad cop.

Daredevil saison 2 : le pitch

On était excités comme des puces à l’idée de voir deux monuments des Marvel Comics débarquer dans la saison 2, à savoir Le Punisher (alias Frank Castle joué par le génialissime Shane Walsh) et Elektra (la divine et frenchy Elodie Yung). Elément intéressant pour ce nouveau duo Daredevil/Punisher car tous deux souhaitent sauver leur quartier des griffes du mal, mais avec des moyens légèrement différents. Castle – ex-militaire assoiffé de vengeance – souhaite zigouiller tous les criminels tandis que Matt est partisan du « safe way ». Une différence de mentalité qui amènera l’homme sans peur à questionner la limite de ses méthodes donc, grosso modo, à se battre contre ses propres démons.

daredevil-netflix-elektra

Elektra et Daredevil : un duo électrisant

Elektra, en bon troll, vient enfoncer le couteau en l’interrogeant sur le fait qu’il refuse de tuer les vilains. Un scénario qui fait une fois de plus écho au personnage de Batman, et plus particulièrement au comics Arkham Asylum, où Wayne lutte corps et âme contre son moi maléfique. D’autres ennemis viennent également chercher des noises à notre ami Murdoch, notamment The Hand, bien connu des fans de séries et comics Marvel.

On en pense quoi ?

Au premier abord, Punisher et Kingpin sont issus du même moule : tous deux souhaitent débarrasser la ville de ses truands en la passant au karcher. Mais en regardant de plus près, on réalise que le premier est pardessus tout animé par son désir de vengeance et évite autant que possible de s’attaquer aux innocents. Le personnage est si remarquablement bien joué qu’il a presque tendance à faire de l’ombre à l’acteur principal et ses deux comparses Foggy et Karen Page, rapidement dépassés par la froideur et le cynisme de Castle. Mais rien que pour le côté sombre et tourmenté de Daredevil, torturé par son propre éthique, on a tout bonnement adoré le suivre dans les tréfonds de ses tourments. Et n’oublions pas les battle scenes, clairement réussies (à base de castagnes à mains nues dans les cages d’escaliers), même si un peu trop sombres parfois pour nos écrans.

Daredevil saison 3 : toutes les infos

Nous n’avons pas encore eu la chance de visionner la toute dernière saison de Daredevil, sortie le 19 octobre dernier. Mais d’après les ouï-dire, un super-vilain que l’on connaît bien chez les comics-addicts a fait son entrée, j’ai nommé Bullseye. Incarné par l’acteur Wilson Bethel, il aurait pour couverture un agent du FBI dénommé Poindexter. Fort heureusement toutes les forces de l’ordre ne sont pas ripoux puisque l’on sait que l’acteur Jay Ali incarne quant à lui Rahul « Ray » Nadeem, un agent honnête prêt à tout pour protéger les siens. On sait aussi qu’une petite nouvelle pointera le bout de son nez, la sœur de Maggie (qui n’est autre que la mère de Murdoch) jouée par Joanne Whalley. Apparemment, son rôle n’est pas à prendre à la légère…

daredevil-netflix-saison-3

Selon nos infos, la saison 3 s’adapte de l’excellent comic book Born Again de Frank Miller. Daredevil revient d’entre les morts (rappelez-vous la fin de la saison 2) mais l’infâme Wilson Fisk – qui fait son grand retour dans ce nouvel opus – fera tout pour l’y renvoyer. Le filou a découvert la double identité de son ennemi et décide de lui mener la vie dure, à tel point que Matt se retrouve à la rue ! Reste à visionner la série pour en avoir le cœur net…

A lire aussi

Les 8 séries pour filles à regarder absolument Cette année, le Comic Con Paris met la gent féminine à l’honneur. Plus question de reléguer les superhéroïnes au second plan, la femme avec un grand F...
Les nouvelles aventures de Sabrina : une digne sui... Le 26 octobre dernier, Netflix nous dévoilait la première saison du reboot de Sabrina, l’apprentie sorcière, j’ai nommé dorénavant : Les nouvelles ave...
La série Dawson : retour sur les acteurs 20 ans ap... Voilà qui ne nous rajeunit pas, la série Dawson fête déjà ses 20 ans ! Souvenez-vous de nos héros adolescents constamment en proie à de nouvelles aven...
Les séries cultes (mais kitsch) de notre jeunesse ... Avouez-le, vous ne ratiez pas une seule trilogie du samedi et les soirées Star Trek entre copains faisait partie de votre capital fun du weekend. Mais...