Sélectionner une page
Venom : tout ce qu’il faut savoir sur l’anti-héros de Marvel

Venom : tout ce qu’il faut savoir sur l’anti-héros de Marvel

Attendu par des milliers de fans, Venom a eu le droit à son film en 2018. Mais en 34 ans de publication chez Marvel Comics, le symbiote a connu bon nombre de changements d’hôtes et de motivations à ses agissements. C’est pourquoi nous vous proposons une petite révision, histoire de se rafraîchir la mémoire ! Focus sur la Némésis de Spider-Man et le père de Carnage

 

Les premiers hôtes de Venom

 

venom-marvel-secret-wars

 

Les Klyntar – communément appelés symbiotes – sont une race d’extra-terrestres qui s’attachent à un hôte pour survivre. La fusion d’un Klyntar et de son hôte donne un être surpuissant à l’apparence bestiale.

Le symbiote qui nous intéresse, Venom, apparaît pour la première fois sur la planète Battleworld, où Spider-Man le trouve lors de l’événement des Guerres secrètes en 1984 (de James Shooter) qui voit les Avengers être envoyés dans l’espace. Suite à la destruction de son costume, Peter Parker le remplaça par le symbiote, ignorant qu’il s’agissait là d’une entité à part entière.

Il rentre ainsi à New York tout de noir vêtu et se rend rapidement compte que son nouveau costume produit ses propres toiles organiques. Il devra alors demander l’aide de Red Richards, alias Mr Fantastic pour détacher le symbiote de son corps à l’aide d’ultrasons – point faible de Venom. Ce dernier gardera depuis cet instant une haine profonde envers Peter Parker.

venom-marvel-macdonald-gargan

Venom II (MacDonald Gargan)

 

Mais l’hôte le plus célèbre de Venom reste Eddie Brock – à qui Tom Hardy prêtera ses traits – un journaliste nourrissant une réelle aversion pour Peter Parker, l’accusant de lui avoir volé son travail au Daily Bugle. Lorsque le symbiote s’empara de lui, leur haine commune de Spider-Man donna naissance au plus puissant ennemi du Tisseur, qui jura alors de détruire le héros par tous les moyens.

Au fur et à mesure des années, Venom changea d’hôtes lors de certains événements : le super-vilain MacDonald Gargan offrira la version la plus violente du personnage, tandis que Flash Thompson le fera passer au statut d’anti-héros en tant qu’Agent Venom, un super-soldat à la solde du gouvernement américain.

 

Apparence et pouvoirs de Venom

 

Venom copiera le costume original de Spider-Man ainsi que ses capacités. De ce fait, il lui est capable de produire ses propres toiles d’araignées organiques et il arbore un symbole d’araignée blanc sur son torse. La différence majeure avec le Tisseur étant son sourire carnassier et sa langue bien pendue.

Bien plus musclé que Peter et doté de griffes et de crocs, son apparence évoque une version bestiale de Spider-Man, tout en gardant l’agilité et les réflexes d’araignée de ce dernier. Petit plus : il possède un pouvoir de métamorphe, lui permettant de prendre l’aspect de n’importe quel individu. Enfin, il est l’un des seuls ennemis de Spider-Man à ne pas déclencher son sens d’araignée. Il peut ainsi piéger le héros à son gré.

Imbattable me direz-vous ? Eh bien non ! Les symbiotes sont très vulnérables aux sons et au feu, ce qui permettra à Spider-Man de s’en sortir un bon nombre de fois.

 

Venom & Carnage : même combat ?

venom-marvel-carnage-comics

 

Venom est très différent de son rejeton Carnage. Si ce dernier est une fusion entre un Klyntar et un psychopathe, Eddie Brock/Venom quant à lui n’a de haine qu’envers Peter Parker. Ce qui l’amènera bon nombre de fois à se retrouver à sauver la veuve et l’innocent, voire à faire alliance avec son ennemi juré.

Il éprouve une haine profonde envers Carnage et exécute sa propre vision de la justice : protéger les innocents et tuer les criminels. De la même manière que le Punisher, il reste un personnage incompris des autres protagonistes dans ses récits, et se mua progressivement non plus en danger mortel pour Spider-Man, mais en allié de choix.

 

Venom & Spider-Man : leurs alliances contre Carnage

 

Comme évoqué précédemment, le symbiote et le Tisseur viendront à s’allier principalement pour arrêter le vilain petit canard de la famille : Carnage. Dans l’arc narratif Maximum Carnage sorti en mai-août 1993, Peter Parker fera équipe avec Venom afin d’arrêter l’association de malfaiteurs que met en place Carnage.

 

venom-marvel-tom-hardy

 

Venom jouera également un rôle important dans l’arc Spider-Island en 2011 où tous les habitants de Manhattan se retrouvent dotés des pouvoirs d’araignée. En tant qu’Agent Venom, Flash Thompson se retrouvera souvent confronté à Spider-Man, qui ignore qu’il fait désormais partit des « gentils ».

Enfin, plus récemment, le Superior Spider-Man d’Otto Octavius fusionna avec le symbiote, pensant pouvoir le contrôler, donnant naissance au Superior Venom. Ce dernier ne vit pas le jour longtemps, Flash Thompson le récupérant peu de temps après.

Si la première apparition de Venom dans le Spider-Man 3 de Sam Raimi en 2007 n’a convaincu tout le monde, Tom Hardy devrait proposer une solide interprétation d’Eddie Brock, tout en s’éloignant de l’origin story classique du symbiote. En effet, pas de Spider-Man en vue pour le film de Ruben Fleisher (Sony Pictures Entertainment & Marvel Studio), mais une possible apparition de Carnage.

Plusieurs questions demeurent pour l’avenir de l’anti-héros au cinéma. Apparaîtra-t-il dans la suite de Spider-Man ? Venom aura-t-il une place dans le MCU ? Rendez-vous prochainement pour en parler autour d’un café !

The Mandalorian Saison 1 – Chapitre 3 : infos, résumé et anecdotes

The Mandalorian Saison 1 – Chapitre 3 : infos, résumé et anecdotes

Durée : 31 minutes | Genre : Action, Aventures, Science-Fiction | Diffusion : 15 novembre 2019

Réalisateur : Rick Famuyima | Scénariste(s) : Jon Favreau

Acteurs : Pedro Pascal, Carl Weathers, Werner Herzog, Omid Abtahi Omid Abtahi, Nick Nolte, Taika Waititi, John Beasley, Horatio Sanz Horatio Sanz, Tait Fletcher, Ryan Watson, Dmitrious Bistrevsky, Chris Bartlett, Brian Posehn, Emily Swallow, Misty Rosas…

 

Résumé

 

Piloté par le Mandalorian, le Razor Crest sort de l’hyperespace au-dessus de Nevarro. Le Mandalorien pilote le vaisseau avec l’Enfant dans son berceau. Le Mandalorien est contacté via un projecteur holographique par Greef Karga qui a reçu sa transmission. Il lui ordonne de livrer sa carrière directement au client. Karga ne se soucie pas de ce que le Client veut en faire, mais il dit que le Client est très inquiet. Il rappelle au Mandalorien le lieu de rendez-vous convenu au préalable. L’enfant ramasse une balle, mais le Mandalorien la lui enlève en lui disant que ce n’est pas un jouet. Il remet l’enfant dans son berceau avant d’emmener le vaisseau sur la planète en dessous.

Le vaisseau atterit dans l’astroport de la colonie et débarque avec l’enfant dans un berceau alors qu’un autre navire atterrit à proximité. Les deux hommes se déplacent dans les rues, passant devant des humanoïdes, des droïdes et des extraterrestres. Le Mandalorien ramène l’enfant à l’installation impériale et sont accueillis par le droïde gardien TT-8L/Y7 à qui le Mandalorien montre un disque comme preuve d’identité. L’Enfant réagit par surprise lorsque le droïde se rétracte.

Peu de temps après, deux soldats de l’armée impériale sortent de la maison et conduisent l’enfant et le Mandalorien au client et au docteur Pershing, qui sont ravis de le voir. Ce dernier scrute l’Enfant avec un appareil rouge vif et remarque que l’enfant est en très bonne santé. Le client dit au Mandalorien que sa réputation n’est pas injustifiée et promet le butin au gagnant : un conteneur contenant plusieurs barres de beskar. Le client fait remarquer que c’est “une prime si importante, pour un si petit paquet”.

L’enfant pleure alors que Pershing le conduit dans une pièce voisine. Lorsque le Mandalorien demande au Client quels sont ses projets pour l’Enfant, celui-ci répond qu’il est inhabituel qu’un de ses clients et de sa réputation pose une telle question, car le code de la Guilde des chasseurs de primes veut que de tels événements soient “oubliés” une fois qu’ils ont été livrés. Le Client dit que le beskar suffit à faire un beau remplacement pour son armure, mais qu’il est plus difficile de trouver un Mandalorien capable de le forger que de trouver l’acier.

 

Le Mandalorien traverse la place du marché et retourne dans le repaire souterrain de la tribu avec sa récompense. Les autres Mandaloriens le regardent avec silence et dédain. Il apporte le conteneur avec le beskar à l’armurière mandalorienne et explique qu’il peut être forgé de plusieurs façons. Le Mandalorien dit que son armure, endommagée lors de la mission sur Arvala-7, a perdu son intégrité, et qu’elle pourrait avoir besoin d’être reforgée. L’armurier dit qu’elle peut en forger une paire complète, qui serait en ordre pour sa station. Il dit que ce serait un grand honneur, bien qu’elle le prévienne que cela attirera de nombreux regards.Un grand Mandalorien nommé Paz Vizsla examine l’une des barres de beskar et conclut qu’elle a été forgée dans une fonderie impériale, d’après le symbole impérial. Il dit que c’est l’un des butins de la Grande Purge, et la raison pour laquelle ils vivent cachés, “comme des rats des sables”. L’armurière mandalorienne répond que leur vie secrète est leur survie, et que leur survie est leur force. Vizla répond que leur force était autrefois dans leur nombre et se lamente qu’ils se faufilent maintenant au-dessus du sol un à la fois. Il dit que leur monde a été brisé par l’Empire avec lequel ce “lâche” partage les tables.

Une petite altercation éclate entre le Mandalorien et Vizla ; ce dernier tente d’arracher le casque du Mandalorien, mais le Mandalorien riposte avec son couteau. Vizla dégaine également son couteau. La femme armurier répond que le beskar est revenu, car l’Empire est tombé. Elle leur rappelle que lorsque l’on choisit de suivre le chemin du Mandalorien, on est à la fois “chasseur et proie”. Elle demande comment on peut être lâche si l’on choisit ce mode de vie. Elle demande au Mandalorien s’il a déjà retiré son casque, et si d’autres l’ont fait, et il répond par la négative. Les Mandaloriens, dont Vizla, chantent “this is the way”.

L’armurière demande alors au Mandalorien ce qui a causé les dommages à son armure. Il répond que c’était un cor de boue, et la femme armurière lui répond qu’il a gagné le cor de boue comme sceau et qu’elle va fabriquer la nouvelle armure. Le Mandalorien refuse de le faire, car il ne s’agit pas d’une noble mise à mort, puisqu’il a été aidé par un ennemi. Lorsqu’elle lui demande pourquoi un ennemi l’aiderait au combat, il lui explique qu’il ne savait pas que c’était son ennemi.

Comme le Mandalorien a renoncé à un signet, l’armurier décide d’utiliser le beskar pour forger des oiseaux siffleurs. Le Mandalorien accepte et dit qu’ils devraient en réserver pour les enfants trouvés. L’armurier est d’accord et dit que cela doit toujours être ainsi. Elle ajoute que les enfants trouvés sont l’avenir, car “c’est ainsi qu’il faut faire”. Les autres Mandaloriens chantent également “car c’est la voie”. Elle place les barres de beskar à l’intérieur de la fonderie, où elles sont fondues.

La femme armurière explique que les oiseaux siffleurs sont une puissante défense contre de multiples ennemis. Elle dit aux Mandaloriens de les utiliser avec parcimonie, car ils sont rares. Alors qu’elle forge un morceau de poitrine de remplacement, le Mandalorien vit un retour en arrière des forces séparatistes, dont un vaisseau de combat droïde HMP et des droïdes de combat qui bombardaient sa ville natale lorsqu’il était enfant. Ses parents atteignent un bunker et le font descendre à l’intérieur avant de le sceller. Le Mandalorien se retrouve face à un super droïde de combat de la série B2. Le flashback se termine alors que le morceau de poitrine est forgé.

À la cantine de Nevarro, Karga réprimande un chasseur de primes nommé Saucer Head, qui a probablement échoué dans sa mission, et lui dit de partir. Peu de temps après, le Mandalorien entre dans la cantine, qui fait taire ses mécènes alors que tout le monde le regarde. Karga le salue et dit au Mandalorien que tout le monde le déteste, car il est une légende.

Lorsque le Mandalorien lui demande combien d’entre eux ont des foulards, Karga lui répond qu’ils sont tous là, mais qu’aucun n’a conclu l’affaire. Karga le félicite d’avoir remporté la plus riche récompense de ce parsec et l’invite à s’asseoir. Le Mandalorien enlève son blaster et s’assoit. Karga lui dit que les autres pèsent le beskar mais qu’il célèbre le succès du Mandalorien car c’est aussi son succès. Il se vante d’être riche et demande comment il peut montrer sa gratitude à son partenaire le plus précieux.

Le Mandalorien demande son prochain emploi. Cela surprend Karga, qui suggère au Mandalorien de prendre un peu de temps pour s’amuser et lui propose de l’emmener aux bains de guérison Twi’lek. Mais le Mandalorien insiste sur son prochain emploi. Karga accède à sa demande, car les chasseurs mandaloriens “aiment s’occuper”. Il leur dit que les cibles sont toutes éloignées, et lui dit qu’il peut choisir, puisqu’il a mérité son choix. Le Mandalorien opte pour un travail lointain, qui s’avère être celui d’un fils de noble Mon Calamar non identifié, qui n’a pas payé sa caution. Karga remarque que le Mandalorien se dirige vers les dunes océaniques de Karnac.

Avant de partir, le Mandalorien demande ce qu’ils vont faire de l’enfant. Karga dit qu’il n’a pas demandé parce que c’est contraire au code de la guilde. Le Mandalorien lui dit que les hommes ont travaillé pour l’Empire et lui demande ce qu’ils font à Nevarro. Karga dit que l’Empire a disparu et qu’il ne reste que des mercenaires et des seigneurs de guerre. Si cela le dérange, Karga dit au Mandalorien de retourner dans les Mondes du Noyau et de signaler l’affaire à la Nouvelle République. Cependant, le Mandalorien fait la sourde oreille et dit que c’est une “blague”. Karga dit au Mandalorien de profiter de ses récompenses, et d’acheter un camtono d’épices. Il lui dit qu’il aurait tout oublié à sa sortie de l’hyperespace.

Le Mandalorien monte à bord du Razor’s Crest et prépare le navire pour le décollage. Cependant, il voit la balle avec laquelle l’enfant jouait et la visse au levier. Cela l’amène à reconsidérer sa décision de remettre l’Enfant au vestige impérial et d’éteindre les moteurs du navire. Il retourne à l’avant-poste impérial et s’approche de la porte verte.

Le Mandalorien se dirige vers une allée voisine où il voit le berceau flottant de l’Enfant jeté dans une benne à ordures. Le Mandalorien prend position sur un toit voisin. Utilisant son trident pour écouter ses cibles, il entend le client dire à Pershing qu’il ne s’en soucie pas et qu’il doit extraire le matériel nécessaire à la hâte. Pershing proteste en disant qu’on lui a ordonné de ramener le matériel vivant. Le client lui dit de se dépêcher, car il ne peut plus garantir sa sécurité.

Le Mandalorien frappe à la porte verte et est accueilli par le droïde gardien. Cependant, le Mandalorien arrache violemment la tête du droïde, provoquant un court-circuit. Deux soldats d’assaut sortent pour enquêter. L’un d’eux dit à l’autre de vérifier le périmètre. Le Mandalorien plante un détonateur sur un mur voisin, qui fait un trou dans l’enceinte impériale.

Deux soldats d’assaut sortent pour enquêter, mais le Mandalorien leur tire dessus par derrière. Un autre stormtrooper entre dans le couloir et retrouve ses camarades tombés au combat, dont l’un a un trou de fumée dans la poitrine. Le Mandalorien l’assomme avec son blaster et lui tire dessus également. Il s’aventure plus profondément dans l’enceinte où il piège un quatrième soldat d’assaut avec son câble de grappin et le poignarde.

Il ouvre une porte et abat les deux stormtroopers à l’intérieur du laboratoire. Il trouve également le Dr Pershing. Le Mandalorien est sur le point de l’abattre, mais le Dr Pershing plaide pour sa vie. Le Mandalorien tire sur une unité d’interrogatoire de l’IT-O à la place. L’enfant est scanné dans une machine. Pershing plaide pour que le Mandalorien ne fasse pas de mal à l’Enfant. Le Mandalorien le jette au sol. Le Mandalorien lui demande ce qu’il a fait à l’enfant. Pershing répond que sans lui, l’enfant serait mort. Pershing plaide pour sa vie, mais découvre que le Mandalorien a quitté le laboratoire avec l’Enfant.

Le Mandalorien emmène l’Enfant dans une réserve. Plusieurs soldats entrent dans la réserve avec des lampes de poche attachées à leur armure, dans l’intention de le débusquer. Le Mandalorien se cache derrière les caisses et assomme un soldat d’assaut, qui lui avait dit d’abandonner, car il n’a nulle part où se cacher. Il assomme un deuxième stormtrooper avant d’en assommer un troisième.

Le Mandalorien et l’Enfant sortent de la réserve et se heurtent à un stormtrooper. Le Mandalorien et le stormtrooper échangent des coups de feu. Le Mandalorien l’abat puis lance son lance-flammes sur un deuxième stormtrooper, le brûlant. L’enfant détourne le regard pendant que cela se produit. Le stormtrooper carbonisé tombe au sol.

Le Mandalorien entre dans la salle de réunion avec l’Enfant, mais il est acculé par quatre autres stormtroopers, qui lui ordonnent de se rendre. Le Mandalorien leur dit que ce qu’il tient est très précieux, et baisse doucement son arme et l’Enfant. Ils ordonnent au Mandalorien de s’agenouiller, mais il déclenche des sifflements d’oiseaux qui tuent tous les soldats de l’assaut. Il sort de l’enceinte des vestiges impériaux.

Plus tard, à la cantine, plusieurs traqueurs sont activés, dont celui de Greef Karga. Le Mandalorien se promène dans les rues avec l’Enfant. Il est bientôt entouré par plusieurs chasseurs de primes armés. Karga accueille le Mandalorien à son retour et lui ordonne de poser le “paquet”. Le Mandalorien lui dit de s’écarter, car il retourne à son navire. Karga réitère son ordre de poser la prime, et peut-être le laissera-t-il partir.

Le Mandalorien dit que l’enfant vient avec lui. Karga dit que s’il se soucie vraiment de l’enfant, il mettra le speeder et discutera des conditions. Un droïde astromécanique R6, sur le speeder, tourne la tête. Lorsque le Mandalorien lui demande comment il sait s’il peut lui faire confiance, Karga lui répond qu’il est son “seul espoir”.

Le Mandalorien regarde l’Enfant qui dort, puis tire sur les autres chasseurs de primes, sautant sur un véhicule de transport de bagages. Une fusillade éclate, et le Mandalorien force le droïde astromécanique à conduire le véhicule. Le Mandalorien échange des coups de feu avec les membres de sa guilde et en abat plusieurs. Le droïde est bientôt touché et le véhicule s’arrête.

Les chasseurs de primes se jetent sur le Mandalorien, mais celui-ci utilise son trident pour incinérer deux chasseurs, dont le Rodian Chussido. Karga remarque que le Mandalorien possède une “arme impressionnante”. Le Mandalorien lance un ultimatum à Karga : il va le laisser partir avec l’Enfant, pour retourner à son navire. Mais Karga lance un contre-ultimatum : la guilde prend l’enfant, et s’il essaie de les arrêter, ils le tuent et lui arrachent les morceaux de son corps. Le Mandalorien refuse, et élimine plusieurs ennemis avec son trident et son blaster. Le Mandalorien parvient à repousser les chasseurs de primes pendant un certain temps avec son lance-flammes, mais celui-ci s’épuise rapidement. Le Mandalorien regarde l’Enfant avant de se préparer à son dernier combat.

Heureusement, plusieurs membres de la tribu, équipés de jetpacks, lui viennent en aide en éliminant plusieurs chasseurs de primes. Karga se rend compte que la bataille s’est retournée contre lui, et s’enfuit. Paz Vizsla lui dit de s’échapper pendant qu’ils le couvrent de leurs tirs. Le Mandalorien dit qu’ils devront relocaliser la communauté, mais Vizla dit que “c’est la solution”. Les Mandaloriens font écho à l’unisson.

Le Mandalorien monte à bord du Razor Crest, mais il est bientôt acculé par Greef Karga, qui lui dit qu’il a enfreint le Code des chasseurs de primes. Le Mandalorien libère du gaz tibétain pour tenter de l’aveugler. Le Mandalorien tire sur Karga avec son blaster et le fait sortir de son navire avant de décoller. Alors que le Razor Crest décolle, les autres Mandaloriens le couvrent de leurs tirs.

Karga survit à la blessure du blaster, car une barre de beskar a attrapé le boulon du blaster. Le Mandalorien fait voler son navire dans le ciel de Nevarro. Paz Vizsla vole à côté de son navire et le salue avant de s’envoler. Le Mandalorien lui fait remarquer qu’il doit se procurer un jetpack. L’enfant est assis sur ses genoux. Le Mandalorien lui donne une balle pour jouer avec – la balle qu’il avait dévissée plus tôt – avant de prendre l’écusson du rasoir dans l’espace.

 

Anecdotes

 

Le titre en VO de ce chapitre “The Sin” est aussi celui de deux épisodes dirigés par la réalisatrice canadienne Deborah Chow, qui a réalisé des épisodes de Mr. Robot, The Man in the High Castle, Better Call Saul, et de nombreuses autres séries télévisées. C’est un épisode visuellement saisissante qui suggère pourquoi Lucasfilm a mis entre ses mains l’intégralité de la série Obi-Wan à venir.

 

Pendant une seconde, il semble que Carl Weathers soit mort et la façon dont il dit “Mando !” est un vrai délice. Mais est-ce que le Mandalorien voulait le tuer ? Ou a-t-il placé le tir là où il savait que le Beskar le protégerait ?

Apparemment les Jawas vivent sur de nombreuses planètes de la Bordure Extérieure (the Outer Rim)

 

 

Taika Waititi – Filmographie complète et biographie

Taika Waititi – Filmographie complète et biographie

Biographie de Taika Waititi

 

Taika David Cohen (né le 16 août 1975), connu professionnellement sous le nom de Taika Waititi (écouter)est un réalisateur de cinéma et de télévision, producteur, scénariste, acteur et comédien néo-zélandais. Il a reçu un Academy Award ainsi que deux autres nominations. Il a également reçu deux nominations aux Primetime Emmy Awards. Ses longs métrages Boy (2010) et Hunt for the Wilderpeople (2016) ont tous deux été les meilleurs films néo-zélandais.

Waititi a co-réalisé et joué dans le film d’horreur comique What We Do in the Shadows (2014) avec Jemaine Clement, qui a été adapté dans une série télévisée du même nom (2019-présent). La série a été nominée pour le Primetime Emmy Award de la meilleure série comique. Parmi ses réalisations les plus récentes, citons le film du MCU Thor : Ragnarok (2017) et le film de comédie noire Jojo Rabbit (2019), ce dernier ayant également été écrit et interprété comme une version imaginaire d’Adolf Hitler. Jojo Rabbit a été nominé pour six Oscars, et a remporté le prix du meilleur scénario adapté. En plus de réaliser un épisode de la série télévisée The Mandalorian (2019-présent), Waititi interprète également le personnage IG-11, ce qui lui a valu une nomination aux Primetime Emmy Awards pour la meilleure voix de personnage pour son travail.

 

 

Enfance

 

Taika David Cohen est né à Raukokore, dans la région de la baie d’abondance de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande, et a grandi sur la côte Est et dans la vallée d’Aro de Wellington. Son père était un artiste et était de descendance Te Whānau-ā-Apanui, tandis que sa mère, Robin Cohen, est institutrice. Waititi a déclaré que la famille de sa mère était “originaire de Russie” et qu’il s’agissait de juifs russes “mélangés à un peu d’irlandais” et d’autres ascendances européennes, tandis que son père était “Māori et un peu de Canadien français”. Waititi se décrit comme un “Juif polynésien”.

Les parents de Waititi se sont séparés quand il avait environ cinq ans, et il a été élevé principalement par sa mère. Il a fréquenté le collège d’Onslow pour l’enseignement secondaire. Il a étudié le théâtre à l’université Victoria de Wellington et a obtenu une licence en 1997. Il utilisait à l’origine le nom de famille de sa mère, Cohen, pour son travail au cinéma et dans l’écriture, tandis que le nom de famille de son père, Waititi, était utilisé pour ses activités dans les arts visuels. Il a continué à utiliser le nom Waititi professionnellement après le succès de son premier court métrage.

 

Carrière

 

Alors qu’il était étudiant à l’université de Victoria, Waititi a fait partie de l’ensemble de cinq membres So You’re a Man, qui a fait une tournée en Nouvelle-Zélande et en Australie avec un certain succès. Il a fait partie du duo comique The Humourbeasts aux côtés de Jemaine Clement, qui a reçu la plus haute distinction en matière de comédie en Nouvelle-Zélande, le Billy T Award, en 1999. Parmi ses divers intérêts artistiques, Waititi a commencé à réaliser des courts-métrages comiques pour le concours annuel de films de 48 heures de Nouvelle-Zélande. En 2005, son court-métrage Two Cars, One Night lui a valu une nomination aux Oscars. Lors de la cérémonie de remise des prix, il a fait semblant de s’endormir pendant la lecture des nominations. Son premier long métrage, la comédie romantique bizarre Eagle vs Shark, est sorti dans les salles américaines pour une distribution limitée en 2007. Le film met en scène Loren Horsley, la partenaire de Waititi dans la vie réelle, dans le rôle de Lily. La même année, Waititi écrit et réalise un épisode de la série télévisée Flight of the Conchords et en dirige un autre.

Son deuxième long métrage, Boy, a été présenté en première au festival du film de Sundance en janvier 2010 et a été nominé pour le Grand Prix du Jury. Waititi a également joué l’un des rôles principaux, en tant qu’ancien père de famille escroc qui retourne dans sa famille. À sa sortie en Nouvelle-Zélande, Boy a reçu des critiques enthousiastes et a connu un succès au box-office local, éclipsant plusieurs records. Après le succès de Boy, Waititi espérait que le titre phare du film, “Poi E”, serait numéro un (pour la deuxième fois) dans les charts néo-zélandais. La chanson a finalement atteint la troisième place des charts, mais a réussi à devenir numéro un sur iTunes. En 2011, Waititi a réalisé la série télévisée néo-zélandaise Super City avec Madeleine Sami, qui incarne cinq personnages vivant dans une même ville. Cette même année, Waititi a fait le portrait de Thomas Kalmaku dans le film de super-héros Green Lantern.

 

2013–2017 : Ce que nous faisons dans l’ombre et Thor : Ragnarok

 

En 2013, Waititi a co-écrit et co-réalisé avec son ami et collègue comédien Jemaine Clement la comédie de vampires mockumentary What We Do in the Shadows. Le film a été présenté en première au festival du film de Sundance en janvier 2014. Waititi et Clement jouent les membres d’un groupe de vampires qui vivent dans une maison gothique à Wellington. Une adaptation télévisée du film a été commandée en mai 2019, avec Waititi à bord en tant que producteur exécutif et réalisateur. La série du même nom a été présentée en première sur FX en mars 2019. La deuxième saison de la série a reçu une nomination aux Primetime Emmy Awards dans la catégorie “Outstanding Comedy Series”.

Le quatrième long métrage de Waititi, Hunt for the Wilderpeople, a été présenté en première au festival du film de Sundance 2016. Lors de sa sortie en Nouvelle-Zélande, l’aventure comique a battu le propre record de Waititi pour un film néo-zélandais lors de son week-end d’ouverture. Basé sur un livre de Barry Crump, le film est centré sur un jeune garçon et un homme grincheux (joué par Sam Neill) en fuite dans la forêt. Waititi a écrit le scénario initial du film Moana de Disney de 2016, qui portait sur le genre et la famille. Ces éléments ont été ignorés au profit de ce qui allait devenir l’histoire finalisée.

En 2017, Waititi a remporté le prix du Néo-Zélandais de l’année, mais n’a pas pu le recevoir en personne en raison de ses engagements professionnels. Cette même année, Waititi réalise son premier grand film, Thor : Ragnarok des studios Marvel, qui sort en octobre. Il a également fait le portrait de Korg, un Kronan, via la capture de mouvement dans le film. Il avait auparavant réalisé deux courts-métrages pour Marvel, intitulés “Team Thor”, qui traitaient de la vie de Thor en Australie avec son colocataire, Darryl Jacobson. Waititi a ensuite été consulté par Christopher Markus et Stephen McFeely concernant les scénarios de Thor pour Avengers : La guerre de l’infini.

 

2018-présent : Jojo Rabbit et le Mandalorien

 

Waititi devait collaborer avec Mark Gustafson pour réaliser le prochain film d’animation en stop-motion Bubbles, qui portait sur la vie de Michael Jackson vue du point de vue de son chimpanzé domestique, Bubbles. Toutefois, Waititi a quitté le projet en 2019 en raison d’un calendrier de travail chargé. La même année, Waititi a écrit et réalisé Jojo Rabbit, d’après le livre Caging Skies de Christine Leunens, l’histoire des années 1940 d’un enfant des jeunesses hitlériennes dont la mère cache secrètement une jeune fille juive dans la maison familiale. Waititi joue Adolf Hitler dans le rôle de l’ami imaginaire du garçon. Pour son travail sur le film, Waititi a reçu deux nominations aux Academy Awards, pour le meilleur film et le meilleur scénario adapté, remportant ce dernier. Il a ainsi été la première personne d’origine Māori à remporter un Academy Award dans une catégorie de scénario, ainsi que le premier autochtone à être nominé et à remporter le prix du meilleur scénario adapté.

En octobre 2018, Lucasfilm a annoncé que Waititi serait l’un des réalisateurs de la série en streaming de la Guerre des Étoiles, The Mandalorian, qui raconte l’histoire d’un tireur mandalorien solitaire entre les événements du Retour du Jedi et de La Force s’éveille. La première de la série a eu lieu le 12 novembre 2019 ; Waititi y chante également un chasseur de prime droïde nommé IG-11. Il a réalisé le premier épisode de la saison finale de The Mandalorian, “Chapitre 8 : Rédemption”. Son travail de voix-off sur la série lui a valu une nomination aux Primetime Emmy Awards pour la meilleure voix-off de personnage en 2020. En 2020, Waititi a raconté une lecture de charité de James and the Giant Peach de Roald Dahl.

 

Projets à venir

 

Waititi devait réaliser une nouvelle adaptation cinématographique en direct d’Akira et co-écrire une suite à What We Do in the Shadows, intitulée We’re Wolves. En juillet 2019, il a été rapporté que Waititi écrira et réalisera Thor : Love and Thunder, une suite de Ragnarok, ce qui entraînera un retard indéfini pour Akira. Waititi va également réaliser une adaptation cinématographique de Next Goal Wins ; il co-écrira le scénario avec Iain Morris, tandis que GarrettBasch, Jonathan Cavendish, Andy Serkis, Mike Brett et Steve Jamison seront les producteurs.

A partir de mars 2020, Waititi va écrire, diriger et produire deux séries d’animation pour Netflix, l’une basée sur le roman pour enfants Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl et l’autre centrée sur les personnages du roman Oompa Loompa. En mai 2020, il a été annoncé que Waititi allait réaliser et co-écrire (avec Krysty Wilson-Cairns) un prochain film en direct sur la Guerre des étoiles.

 

Vie personnelle

 

Waititi a épousé une collègue de Māori, la cinéaste Chelsea Winstanley, en 2011. Ils ont deux filles.

À l’approche des élections générales de 2017 en Nouvelle-Zélande, Waititi a annoncé son soutien à Jacinda Ardern et au Parti travailliste.

 

Filmographie de Taika Waititi

 

1999 : Scarfies (titre original : Scarfies) de Robert Sarkies : Alex

2001 : A New Way Home (titre original : A New Way Home) de Michael Duignan : Max

2001 : Snakeskin (titre original : Snakeskin) de Gillian Ashurst : Nelson

2002 : Tongan Ninja (titre original : Tongan Ninja) de Jason Stutter : Graham (voix)

2004 : Frodo Is Great… Who Is That?!! (titre original : Frodo Is Great… Who Is That?!!) de Stan Alley : lui/elle-même/Frodo Baggins

2004 : Two Cars, One Night (titre original : Two Cars, One Night) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2004 : Tama Tū (titre original : Tama Tū) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2004 : Two Cars, One Night (titre original : Two Cars, One Night) de Taika Waititi : scénariste

2004 : Tama Tū (titre original : Tama Tū) de Taika Waititi : scénariste

2005 : What We Do in the Shadows: Interviews with Some Vampires (titre original : What We Do in the Shadows: Interviews with Some Vampires) de Jemaine Clement : Viago

2005 : Futile Attraction (titre original : Futile Attraction) de Mark Prebble : Waiter

2005 : What We Do in the Shadows: Interviews with Some Vampires (titre original : What We Do in the Shadows: Interviews with Some Vampires) de Jemaine Clement : réalisateur / réalisatrice

2005 : What We Do in the Shadows: Interviews with Some Vampires (titre original : What We Do in the Shadows: Interviews with Some Vampires) de Jemaine Clement : producteur / productrice

2005 : What We Do in the Shadows: Interviews with Some Vampires (titre original : What We Do in the Shadows: Interviews with Some Vampires) de Jemaine Clement : scénariste

2007 : À chacun sa chacune (titre original : Eagle vs Shark) de Taika Waititi : Gordon

2007 : À chacun sa chacune (titre original : Eagle vs Shark) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2007 : À chacun sa chacune (titre original : Eagle vs Shark) de Taika Waititi : Casting

2007 : À chacun sa chacune (titre original : Eagle vs Shark) de Taika Waititi : scénariste

2010 : Boy (titre original : Boy) de Taika Waititi : Alamein

2010 : Boy (titre original : Boy) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2010 : 42 One Dream Rush (titre original : 42 One Dream Rush) de Arden Wohl : réalisateur / réalisatrice

2010 : Boy (titre original : Boy) de Taika Waititi : scénariste

2011 : Green Lantern (titre original : Green Lantern) de Martin Campbell : Tom Kalmaku

2013 : The Captain (titre original : The Captain) de Spencer Susser : The Captain

2013 : The Captain (titre original : The Captain) de Spencer Susser : scénariste

2014 : Vampires en toute intimité (titre original : What We Do in the Shadows) de Jemaine Clement : Viago

2014 : Vampires en toute intimité (titre original : What We Do in the Shadows) de Jemaine Clement : réalisateur / réalisatrice

2014 : Vampires en toute intimité (titre original : What We Do in the Shadows) de Jemaine Clement : producteur / productrice

2014 : Vampires en toute intimité (titre original : What We Do in the Shadows) de Jemaine Clement : scénariste

2016 : Poi E: The scénariste of Our Song (titre original : Poi E: The scénariste of Our Song) de Tearepa Kahi : lui/elle-même

2016 : À la poursuite de Ricky Baker (titre original : Hunt for the Wilderpeople) de Taika Waititi : Minister

2016 : Vaiana, la légende du bout du monde (titre original : Moana) de John Musker : Thanks

2016 : À la poursuite de Ricky Baker (titre original : Hunt for the Wilderpeople) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2016 : Équipe Thor : Civil War (titre original : Team Thor) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2016 : À la poursuite de Ricky Baker (titre original : Hunt for the Wilderpeople) de Taika Waititi : producteur / productrice

2016 : À la poursuite de Ricky Baker (titre original : Hunt for the Wilderpeople) de Taika Waititi : scénariste

2016 : Équipe Thor : Civil War (titre original : Team Thor) de Taika Waititi : scénariste

2017 : Thor : Ragnarok (titre original : Thor: Ragnarok) de Taika Waititi : Korg / Surtur / Hulk (mo-cap)

2017 : Thor : Ragnarok (titre original : Thor: Ragnarok) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2017 : Team Thor : Part 2 (titre original : Team Thor: Part 2) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2017 : Team Thor : Part 2 (titre original : Team Thor: Part 2) de Taika Waititi : scénariste

2018 : Shrimp (titre original : Shrimp) de Zelda Williams : Bartender

2018 : Team Darryl (titre original : Team Darryl) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2018 : Ruptures et compagnie (titre original : The Breaker Upperers) de Jackie van Beek : producteur / productrice

2019 : Jojo Rabbit (titre original : Jojo Rabbit) de Taika Waititi : Adolf Hitler

2019 : Merata: How Mum Decolonised the Screen (titre original : Merata: How Mum Decolonised the Screen) de Heperi Mita :

2019 : Avengers : Endgame (titre original : Avengers: Endgame) de Joe Russo : Korg (voix)

2019 : Jojo Rabbit (titre original : Jojo Rabbit) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2019 : Jojo Rabbit (titre original : Jojo Rabbit) de Taika Waititi : producteur / productrice

2019 : Jojo Rabbit (titre original : Jojo Rabbit) de Taika Waititi : scénariste

2020 : Seven Stages to Achieve Eternal Bliss (titre original : Seven Stages to Achieve Eternal Bliss) de Vivieno Caldinelli : Storsh

2020 : Free Guy (titre original : Free Guy) de Shawn Levy : Antoine

2020 : Baby Done (titre original : Baby Done) de Curtis Vowell : producteur / productrice

2020 : Next Goal Wins (titre original : Next Goal Wins) de Taika Waititi : producteur / productrice

2020 : Flash Gordon (titre original : Flash Gordon) de Taika Waititi : scénariste

2021 : The Suicide Squad (titre original : The Suicide Squad) de James Gunn :

2022 : Thor : Love and Thunder (titre original : Thor: Love and Thunder) de Taika Waititi : Korg

2022 : Thor : Love and Thunder (titre original : Thor: Love and Thunder) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2022 : Next Goal Wins (titre original : Next Goal Wins) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2022 : Untitled Taika Waititi Star Wars Film (titre original : Untitled Taika Waititi Star Wars Film) de Taika Waititi : réalisateur / réalisatrice

2022 : Thor : Love and Thunder (titre original : Thor: Love and Thunder) de Taika Waititi : scénariste

2022 : Next Goal Wins (titre original : Next Goal Wins) de Taika Waititi : scénariste

2022 : Untitled Taika Waititi Star Wars Film (titre original : Untitled Taika Waititi Star Wars Film) de Taika Waititi : scénariste

 

Émissions TV

 

2007 : Flight of the Conchords (épisode 7) : Gypsy Kings Fan (non crédité)

2010 : Radiradirah (épisode ) : Various

2018 : All or Nothing: New Zealand All Blacks (épisode ) : narrateur

2019 : What We Do in the Shadows (épisode 7) : Viago Von Dorna Schmarten Scheden Heimburg

2019 : Year of the Rabbit (épisode 3) : Musician

2019 : The Mandalorian (épisode 8, 1, 7) : IG-11 (voix)

2019 : The Daily Show with Trevor Noah (épisode 12) : lui/elle-même

2020 : Close Up with The Hollywood Reporter (épisode 12) : lui/elle-même

2020 : The Academy Awards (épisode 1) : lui/elle-même – Best Adapted scénariste winner

2020 : Home Movie: The Princess Bride (épisode 9) : Westley

2020 : Russo Bros. Pizza Film School (épisode 6) : invité(e) ou non crédité(e)

Tait Fletcher – Filmographie complète et biographie

Tait Fletcher – Filmographie complète et biographie

Biographie de Tait Fletcher

 

Tait Fletcher est un champion de MMA et un acteur qui a joué notamment dans Jumanji, Breaking Bad, Westworld et The Mandalorian.

 

Filmographie de Tait Fletcher

 

2008 : Felon (titre original : Felon) de Ric Roman Waugh : White Inmate

2010 : Jonah Hex (titre original : Jonah Hex) de Jimmy Hayward : Nasty Gunner

2012 : Code Name : Geronimo (titre original : Seal Team Six: The Raid on Osama Bin Laden) de John Stockwell : D-Punch

2013 : 2 Guns (titre original : 2 Guns) de Baltasar Kormákur : Mini

2013 : Le Dernier Rempart (titre original : The Last Stand) de Kim Jee-woon : Eagan

2013 : Lone Ranger : Naissance d’un Héros (titre original : The Lone Ranger) de Gore Verbinski : Grizzled Soldier

2013 : Les Miller, une famille en herbe (titre original : We’re the Millers) de Rawson Marshall Thurber : Creepy Trucker (non crédité)

2014 : John Wick (titre original : John Wick) de David Leitch : Nicholai

2014 : Equalizer (titre original : The Equalizer) de Antoine Fuqua : Teddy’s Guy

2014 : Albert à l’Ouest (titre original : A Million Ways to Die in the West) de Seth MacFarlane : Cowboy #1

2016 : Blood Father (titre original : Blood Father) de Jean-François Richet : Bartender

2016 : War on Everyone (titre original : War on Everyone) de John Michael McDonagh : Lionel Webb

2016 : Get a Job (titre original : Get a Job) de Dylan Kidd : Security Guard

2016 : En cavale (titre original : Term Life) de Peter Billingsley : Thug #2

2018 : 14 Cameras (titre original : 14 Cameras) de Scott Hussion : Gargoyle

2019 : Running with the devil (titre original : Running with the Devil) de Jason Cabell : The Collector

2019 : The Kid (titre original : The Kid) de Vincent D’Onofrio : Bill Cutler

2020 : Project Power (titre original : Project Power) de Ariel Schulman : Wallace

 

Émissions TV

 

2013 : Breaking Bad (épisode 10, 13, 14, 15, 16) : Lester

2016 : Westworld (épisode 3) : Woodcutter

2017 : Midnight, Texas (épisode 1) : S.O.L. Biker #1

2019 : The Mandalorian (épisode 1) : Alpha Trawler

2019 : The Mandalorian (épisode 3) : Paz Vizla

2019 : The Mandalorian (épisode 4) : Heavy Infantry Mando

Carl Weathers – Filmographie complète et biographie

Carl Weathers – Filmographie complète et biographie

Biographie de Carl Weathers

 

Carl Weathers (né le 14 janvier 1948) est un acteur américain et ancien joueur de football professionnel. Il est surtout connu pour son rôle d’Apollo Creed dans la série de films Rocky, de George Dillon dans Predator, de Chubbs Peterson dans Happy Gilmore et Little Nicky, et pour une version fictive de lui-même dans la série de comédies Arrested Development. Il tient actuellement un rôle récurrent dans le rôle de Greef Karga dans la série Star Wars-spinoff, The Mandalorian. En tant que footballeur, Weathers a joué pour les Oakland Raiders de la National Football League et le B.C. Les Lions de la Ligue canadienne de football.

 

 

La petite enfance

 

Weathers est né à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Son père était ouvrier. En huitième année, il a obtenu une bourse d’athlétisme à St. Augustine High School, un lycée privé. Au lycée, il était un athlète complet, pratiquant la boxe, le football, la gymnastique, le judo, le soccer et la lutte. Il a obtenu son diplôme en 1966.

 

Carrière de footballeur

 

Weathers jouait au football comme fin défensive à l’université. Il a commencé sa carrière universitaire en 1966 au Long Beach City College, où il n’a pas joué en 1966 en raison d’une blessure à la cheville subie lorsqu’il a trébuché sur un trottoir entourant la piste de course alors qu’il s’échauffait pour l’entraînement avec un autre linebacker, Paul Snow. Il a ensuite été transféré et a joué pour l’Université d’État de San Diego, devenant un homme de lettres pour les San Diego State Aztecs en 1968 et 1969, jouant pour l’entraîneur en chef Don Coryell.

Après s’être retiré du football, Weathers a signé avec les Oakland Raiders en tant qu’agent libre en 1970. Aujourd’hui linebacker, Weathers a joué sept matchs pour les Raiders en 1970 et un en 1971. Les Raiders ont libéré Weathers, et il a signé avec les BC Lions de la Ligue canadienne de football en 1971 et a joué jusqu’en 1973, 18 matchs au total. Pendant les saisons creuses, Weathers a fréquenté l’université d’État de San Francisco et a obtenu une licence en théâtre en 1974. Il a pris sa retraite du football en 1974 et a commencé une carrière d’acteur.

Weathers a raconté la récapitulation des saisons 1999, 2000 et 2001 de NFL Films. Lors du projet de la NFL de 2017, il est apparu sur la couverture de l’avant-projet du réseau NFL.

 

Carrière d’acteur

 

Weathers a commencé à travailler comme figurant tout en jouant au football. Il a eu ses premiers rôles importants dans deux films de blaxploitation réalisés par son ami de longue date Arthur Marks : Bucktown (1975) et Friday Foster (1975). Weathers est également apparu dans un épisode de la sitcom Good Times des années 1970 intitulé “The Nude”, qui dépeint un mari en colère qui soupçonne sa femme de le tromper avec J.J. En 1975, il est invité à jouer dans un épisode de Kung Fu intitulé “Les frères Caine”, et apparaît également dans un épisode de “Cannon” intitulé “Le héros” en 1975. En 1976, il a joué le rôle d’un usurier dans un épisode du feuilleton Starsky et Hutch. En 1976, il apparaît dans Barnaby Jones dans l’épisode “The Bounty Hunter” de Jack Hopper, un prisonnier évadé.

Lors de son audition pour le rôle d’Apollo Creed aux côtés de Sylvester Stallone dans Rocky, Weathers a critiqué le jeu de Stallone, ce qui lui a valu d’obtenir le rôle. Il a repris le rôle d’Apollo Creed dans les trois films Rocky suivants en 1979, 1982 et 1985.

Weathers est brièvement considéré comme un député de l’armée dans l’une des trois versions de Close Encounters of the Third Kind (initialement sorti en 1977). En 1978, Weathers a fait le portrait de Vince Sullivan dans un téléfilm, Not This Time. À la fin des années 1970 et dans les années 1980, Weathers a joué dans plusieurs films d’action pour le petit et le grand écran, notamment Force 10 de Navarone (1978), Predator (1987), Action Jackson (1988) et Hurricane Smith (1992). En tant que membre de la distribution de Predator, Weathers a travaillé avec le futur gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger et le futur gouverneur du Minnesota Jesse Ventura. De nombreuses années plus tard, il est apparu dans un segment de spoof sur Saturday Night Live, annonçant qu’il se présentait à des élections politiques et exhortant les téléspectateurs à voter pour lui sur la base que “c’était le noir dans Predator“.

Il est également apparu dans le clip de Michael Jackson “Liberian Girl” et a participé à la comédie d’Adam Sandler Happy Gilmore, dans le rôle de Chubbs, une légende du golf enseignant à Happy comment jouer au golf. Il reprendra ce rôle près de quatre ans plus tard dans la comédie de Sandler Little Nicky.

Au cours des deux dernières saisons de In the Heat of the Night, son personnage, Hampton Forbes, a remplacé Bill Gillespie en tant que chef de la police. Un autre rôle remarqué à la télévision était celui du sergent. Adam Beaudreaux dans l’émission policière Street Justice. Il a également joué le rôle du colonel Brewster dans la série Tour of Duty de CBS.

En 2004, Weathers a connu un renouveau de sa carrière d’acteur comique en commençant par des apparitions dans trois épisodes de la série comique Arrested Development en tant que caricature de lui-même, qui sert de coach d’acteur à Tobias Fünke. Il a ensuite joué dans les comédies The Sasquatch Gang et The Comebacks. Weathers a eu un rôle d’invité dans deux épisodes de The Shield en tant qu’ancien officier de formation du personnage principal Vic Mackey.

Weathers a donné la parole au colonel Samuel Garrett dans le jeu vidéo Mercenaries de Pandemic Studios : Terrain de jeu de la destruction. En 2005, il a été narrateur dans Conquest ! The Price Of Victory – Witness The Journey of the Trojans ! une émission de télévision en 18 parties sur l’athlétisme de l’USC. Weathers est l’un des directeurs de Red Tight Media, une société de production de films et de vidéos spécialisée dans les films d’entraînement tactique réalisés pour les forces armées américaines. Il est également apparu dans un épisode de ER en tant que père d’un boxeur blessé lors de leur dernière saison 2008.

Pour le sixième film de la série Rocky, Rocky Balboa (2006), Stallone a demandé à Weathers, M. T, et Dolph Lundgren pour l’autorisation d’utiliser des images de leurs apparitions dans les précédents films Rocky. M. T et Lundgren étaient d’accord, mais Weathers voulait un vrai rôle dans le film, même si son personnage était mort dans Rocky IV. Stallone a refusé, et Weathers a décidé de ne pas permettre à Stallone d’utiliser son image pour les flashbacks des films précédents. Ils ont plutôt utilisé des images d’un combattant qui ressemble à Weathers. Weathers et Stallone ont réglé leurs différends et Weathers a accepté de permettre l’utilisation des images de lui dans les films précédents dans tout Creed.

Weathers a incarné le père des personnages de Michael Strahan et Daryl “Chill” Mitchell dans la sitcom éphémère de 2009 de la Fox Brothers. Weathers joue actuellement le rôle de Brian “Gebo” Fitzgerald dans une publicité pour le parrainage par Old Spice du pilote de NASCAR Tony Stewart. Il apparaît également dans une série de publicités en ligne pour la Credit Union of Washington, où il distribue des fleurs et conseille aux passants à l’air perplexe de dire que “le changement est beau”. Il joue également dans une série de publicités pour Bud Light, dans lesquelles il présente des pièces du “Bud Light Playbook”. À la fin de chaque publicité, on peut voir Weathers éclater dans le Bud Light Playbook et crier “C’est parti !

En 2019, Weathers est apparu dans le rôle de Greef Karga dans plusieurs épisodes de la première saison de la série Star Wars, The Mandalorian. Il est prévu qu’il revienne pour la deuxième saison et qu’il dirige également.

 

Vie personnelle

 

Weathers et son ex-femme, Mary Ann, ont deux fils.

 

Filmographie de Carl Weathers

 

1973 : Magnum Force (titre original : Magnum Force) de Ted Post : Demonstrator (non crédité)

1975 : Bucktown (titre original : Bucktown) de Arthur Marks : Hambone

1975 : Friday Foster (titre original : Friday Foster) de Arthur Marks : Yarbro

1976 : Rocky (titre original : Rocky) de John G. Avildsen : Apollo Creed

1977 : Les faux-durs (titre original : Semi-Tough) de Michael Ritchie : Dreamer Tatum

1977 : Rencontres du troisième type (titre original : Close Encounters of the Third Kind) de Steven Spielberg : Military Policeman

1978 : Dans les profondeurs du triangle des Bermudes (titre original : The Bermuda Depths) de Tsugunobu Kotani : Eric

1978 : L’ouragan vient de Navarone (titre original : Force 10 from Navarone) de Guy Hamilton : Weaver

1979 : Rocky II : La Revanche (titre original : Rocky II) de Sylvester Stallone : Apollo Creed

1981 : Chasse à mort (titre original : Death Hunt) de Peter R. Hunt : George Washington Lincoln ‘Sundog’ Brown

1982 : Rocky III : L’Œil du Tigre (titre original : Rocky III) de Sylvester Stallone : Apollo Creed

1985 : Braker (titre original : Braker) de Michael Miller : Lieutenant Harry Braker

1985 : Rocky IV (titre original : Rocky IV) de Sylvester Stallone : Apollo Creed

1986 : The Defiant Ones (titre original : The Defiant Ones) de David Lowell Rich : Cullen Monroe

1987 : Predator (titre original : Predator) de John McTiernan : Al Dillon

1988 : Action Jackson (titre original : Action Jackson) de Craig R. Baxley : Sgt. Jericho ‘Action’ Jackson

1990 : Dangerous Passion (titre original : Dangerous Passion) de Michael Miller : Kyle Western

1992 : Hurricane Smith (titre original : Hurricane Smith) de Colin Budds : Billy ‘Hurricane’ Smith

1995 : OP Center (titre original : OP Center) de Lewis Teague : Gen. Mike Rodgers

1996 : Happy Gilmore (titre original : Happy Gilmore) de Dennis Dugan : Chubbs

1997 : Les Guerriers de l’ombre (titre original : Assault on Devil’s Island) de Jon Cassar : Roy Brown

1999 : Les Guerriers de l’ombre 2 (titre original : Shadow Warriors II: Assault on Death Mountain) de Jon Cassar : Roy Brown

2000 : Little Nicky (titre original : Little Nicky) de Steven Brill : Chubbs (non crédité)

2001 : If It Bleeds We Can Kill It: The Making of ‘Predator’ (titre original : If It Bleeds We Can Kill It: The Making of ‘Predator’) de Jeffrey Schwarz :

2002 : Iron and Beyond (titre original : Iron and Beyond) de Scott McVeigh : lui/elle-même – Co-star: Predator

2002 : Les Huit folles nuits d’Adam Sandler (titre original : Eight Crazy Nights) de Seth Kearsley : GNC Guy (voix)

2005 : Alien Siege (titre original : Alien Siege) de Robert Stadd : General Skyler

2006 : The Opponents (titre original : The Opponents) de Michael Gillis : lui/elle-même

2006 : Tribute To Burgess Meredith (titre original : Tribute To Burgess Meredith) de Michael Gillis : lui/elle-même (voix)

2006 : In the Ring (titre original : In the Ring) de Michael Gillis : lui/elle-même

2006 : The Sasquatch Gang (titre original : The Sasquatch Gang) de Tim Skousen : Dr. Artimus Snodgrass

2007 : The Comebacks (titre original : The Comebacks) de Tom Brady : Freddie Wiseman/narrateur

2011 : The Rocky Saga: Going the Distance (titre original : The Rocky Saga: Going the Distance) de John McTiernan : as lui/elle-même

2012 : American Warship (titre original : American Warships) de Thunder Levin : General McKraken

2013 : Toy scénariste : Angoisse au motel (titre original : Toy scénariste of Terror!) de Angus MacLane : Combat Carl / Combat Carl Jr. (Voice)

2017 : John G. Avildsen: King of the Underdogs (titre original : John G. Avildsen: King of the Underdogs) de Derek Wayne Johnson :

2017 : Star vs. the Forces of Evil: The Battle for Mewni (titre original : Star vs. the Forces of Evil: The Battle for Mewni) de Brett Varon : Omnitraxus Prime (voix)

2019 : Toy scénariste 4 (titre original : Toy scénariste 4) de Josh Cooley : Combat Carl (voix)

 

Émissions TV

 

1975 : Good Times (épisode 16) : invité(e) ou non crédité(e)

1975 : Kung Fu (épisode 20) : Bad Sam

1975 : Cannon (épisode 12) : invité(e) ou non crédité(e)

1975 : S.W.A.T. (épisode 7) : invité(e) ou non crédité(e)

1975 : Bronk (épisode 14) : invité(e) ou non crédité(e)

1976 : Starsky & Hutch (épisode 11) : invité(e) ou non crédité(e)

1976 : McCloud (épisode 6) : invité(e) ou non crédité(e)

1977 : The Streets of San Francisco (épisode 17) : invité(e) ou non crédité(e)

1986 : Fortune Dane (épisode ) : Fortune Dane

1988 : Saturday Night Live (épisode 10) : invité(e) ou non crédité(e)

1989 : Tour of Duty (épisode 3, 4, 5, 6, 7, 8, 18, 19, 20) : Col. Carl Brewster

1991 : Street Justice (épisode ) : Adam Beaudreaux

1993 : In the Heat of the Night (épisode ) : Hampton Forbes

2003 : The Shield (épisode 3) : invité(e) ou non crédité(e)

2004 : Arrested Development (épisode 11, 12, 13) : invité(e) ou non crédité(e)

2004 : E! True Hollywood scénariste (épisode 19) : invité(e) ou non crédité(e)

2008 : ER (épisode 6) : invité(e) ou non crédité(e)

2009 : Brothers (épisode ) : ‘Coach’ Trainor

2010 : Psych (épisode 6) : Boone

2016 : Colony (épisode 2, 3, 4, 5, 7, 8, 9) : Beau

2017 : Chicago Justice (épisode ) : Mark Jefferies

2017 : Chicago Fire (épisode 15) : Mark Jefferies

2018 : Law & Order: Special Victims Unit (épisode 3) : SA Mark Jefferies

2018 : Magnum P.I. (épisode 2) : Dan Sawyer

2019 : The Mandalorian (épisode 1, 2, 3, 6, 7) : Greef Karga

Omid Abtahi – Filmographie complète et biographie

Omid Abtahi – Filmographie complète et biographie

Biographie de Omid Abtahi

 

Omid Abtahi (Persan : امید ابطحی, né le 12 juillet 1979) est un acteur irano-américain. Il est surtout connu pour ses rôles de Salim dans Starz Original American Gods, de Docteur Pershing dans The Mandalorian sur Disney et de Homes dans le dernier volet de la série de films The Hunger Games, The Hunger Games : Mockingjay – Partie 2.

 

 

Enfance

 

Abtahi est né à Téhéran, en Iran. À l’âge de 5 ans, il s’est installé à Paris avec sa famille, puis aux États-Unis, pour finalement s’installer à Irvine, dans le comté d’Orange, en Californie, à l’âge de 10 ans.

Abtahi est diplômé de l’école secondaire universitaire d’Irvine et a fréquenté l’université d’État de Californie à Fullerton. Il a commencé à étudier la publicité, puis a suivi une deuxième spécialisation en théâtre et a obtenu son diplôme en 2002.

 

Carrière

 

Avant de jouer à la télévision, Abtahi a joué sur scène dans de nombreuses productions théâtrales, notamment Fraulein Else au Berkeley Repertory, au McCarter Theatre et au Longwarf Theatre ; Adoration of the Old Woman au Sundance Theatre Lab et Your Everyday Typical Romantic Comedy au Kennedy Centre. Il a également été invité à jouer dans la série télévisée JAG, Judging Amy and 24. Il a joué Justin Yates dans Ghost Whisperer.

Après son arrivée à Los Angeles, Abtahi était un habitué des séries Over There de FX et Sleeper Cell de Showtime. Tout en se préparant au rôle de Soldat. Tariq Nassiri dans la série télévisée Over There, Abtahi a appris à parler couramment le français.

Abtahi a fait ses débuts sur scène à New York dans Urge for Going de Mona Mansour. Il est également la voix de Farid dans Call of Duty : Black Ops II, et du sergent John Lugo dans Spec Ops : The Line. Il chante également Victor “Gator” Diallo dans Call of Duty : Infinite Warfare.

 

Filmographie de Omid Abtahi

 

2006 : Courir avec des ciseaux (titre original : Running with Scissors) de Ryan Murphy : Restaurant Manager

2008 : Ocean of Pearls (titre original : Ocean of Pearls) de Sarab Neelam : Amrit Singh

2008 : Les Mystères de Pittsburgh (titre original : The Mysteries of Pittsburgh) de Rawson Marshall Thurber : Mohammed

2008 : The Last Lullaby (titre original : The Last Lullaby) de Jeffrey Goodman : Van

2008 : Les chimpanzés de l’espace (titre original : Space Chimps) de Kirk DeMicco : Dr. Jagu (voix)

2009 : Diplomacy (titre original : Diplomacy) de Jon Goldman : American Interpreter

2009 : Brothers (titre original : Brothers) de Jim Sheridan : Yusuf

2010 : Les chimpanzés de l’espace 2 (titre original : Space Chimps 2: Zartog Strikes Back) de John H. Williams : Dr. Jagu / Reporter #2 (voix)

2011 : Hide (titre original : Hide) de John Gray : Neil

2012 : Argo (titre original : Argo) de Ben Affleck : Reza Borhani

2014 : Boys of Abu Ghraib (titre original : Boys of Abu Ghraib) de Luke Moran : Ghazi Hammoud

2015 : Hunger Games : La Révolte, partie 2 (titre original : The Hunger Games: Mockingjay – Part 2) de Francis Lawrence : Homes

2016 : Window Horses (titre original : Window Horses: The Poetic Persian Epiphany of Rosie Ming) de Ann Marie Fleming : Ramin

 

Émissions TV

 

2005 : Over There (épisode ) : Pfc. Tariq Nassiri

2006 : Sleeper Cell (épisode ) : Salim

2007 : Ghost Whisperer (épisode 1, 11, 14) : invité(e) ou non crédité(e)

2007 : Fringe (épisode ) : invité(e) ou non crédité(e)

2008 : Terminator: The Sarah Connor Chronicles (épisode 2) : Sumner

2008 : My Own Worst Enemy (épisode ) : Tony Nazari

2009 : Bones (épisode 16) : Hal Shirazi

2010 : FlashForward (épisode 11, 5) : Ed Fiore

2010 : The Mentalist (épisode 7) : Markham Shankar

2011 : Fringe (épisode 12) : Simon Philips

2011 : Homeland (épisode 3, 4, 6) : Raqim Faisel

2012 : Family Guy (épisode 20, 15) : invité(e) ou non crédité(e)

2013 : Revolution (épisode 19, 20) : Captain Riley

2013 : Castle (épisode 2) : Rasheed Waqas

2014 : State of Affairs (épisode 6) : invité(e) ou non crédité(e)

2016 : Damien (épisode ) : Amani Golkar

2017 : American Gods (épisode 1, 3, 6, 7) : Salim

2019 : Love, Death & Robots (épisode 1) : Wes (voix)

2019 : The Mandalorian (épisode 1, 3) : Dr. Pershing

Werner Herzog – Filmographie complète et biographie

Werner Herzog – Filmographie complète et biographie

Biographie de Werner Herzog

 

Werner Herzog, né le 5 septembre 1942) est un réalisateur, scénariste, acteur et directeur d’opéra allemand. Herzog est considéré comme une figure du nouveau cinéma allemand. Ses films mettent souvent en scène des protagonistes ambitieux aux rêves impossibles, des personnes aux talents uniques dans des domaines obscurs, ou des individus en conflit avec la nature. En 2019, il joue dans The Mandalorian aux côtés de Pedro Pascal et Nick Nolte.

Herzog a réalisé son premier film en 1961, à l’âge de 19 ans. Depuis, il a produit, écrit et réalisé plus de soixante longs métrages et documentaires, tels que Aguirre, la colère de Dieu (1972), Cœur de verre (1976), Nosferatu le vampirique (1978), Fitzcarraldo (1982), Leçons des ténèbres (1992), Petit Dieter a besoin de voler (1997), Mon meilleur ami (1999), Invincible (2000), L’homme grizzly (2005), Rencontres au bout du monde (2007), Mauvais lieutenant : Port of Call New Orleans (2009), et Cave of Forgotten Dreams (2010). Il a publié plus d’une douzaine de livres de prose et a mis en scène autant d’opéras.

Le cinéaste français François Truffaut a un jour qualifié Herzog de “réalisateur le plus important du monde”. Le critique de cinéma américain Roger Ebert a déclaré que Herzog “n’a jamais créé un seul film qui soit compromis, honteux, fait pour des raisons pragmatiques ou inintéressant. Même ses échecs sont spectaculaires”. Il a été nommé l’une des 100 personnes les plus influentes au monde par le magazine Time en 2009.

 

 

Enfance

 

Herzog est né Werner Stipetić à Munich, d’Elizabeth Stipetić, une Autrichienne d’origine croate, et de Dietrich Herzog, qui était allemand. Quand Herzog avait deux semaines, sa mère s’est réfugiée dans le village bavarois isolé de Sachrang (dans les Alpes du Chiemgau), après que la maison voisine de la leur ait été détruite lors d’un raid de bombardement allié pendant la Seconde Guerre mondiale. A Sachrang, Herzog a grandi sans eau courante, sans toilettes à chasse d’eau, sans téléphone. Il n’a jamais vu de films, et ne connaissait même pas l’existence du cinéma jusqu’à ce qu’un projectionniste itinérant passe par l’école à classe unique de Sachrang. À l’âge de 12 ans, Herzog est revenu à Munich avec sa famille. Son père avait abandonné la famille dès son plus jeune âge. Il adopte plus tard le nom de famille de son père, Herzog (Duc en allemand), qui lui semble plus impressionnant pour un cinéaste.

La même année, Herzog s’est vu demander de chanter devant sa classe à l’école, ce qu’il a refusé catégoriquement, et a failli être expulsé. Jusqu’à l’âge de dix-huit ans, Herzog n’a écouté aucune musique, n’a chanté aucune chanson et n’a étudié aucun instrument. Il a déclaré plus tard qu’il donnerait facilement dix ans de sa vie pour pouvoir jouer du violoncelle. Très tôt, il a vécu une phase dramatique de conversion au catholicisme, qui n’a duré que quelques années. Il a commencé à entreprendre de longs voyages, certains à pied. À cette époque, il savait qu’il serait réalisateur et a appris les bases en lisant quelques pages d’une encyclopédie qui lui a fourni “tout ce dont j’avais besoin pour me lancer” en tant que réalisateur, c’est-à-dire la caméra 35 mm qu’il a volée à l’école de cinéma de Munich. Dans le commentaire d’Aguirre, la colère de Dieu, il dit : “Je ne considère pas cela comme un vol. C’était juste une nécessité. J’avais une sorte de droit naturel pour un appareil photo, un outil de travail”.

Pendant les dernières années du lycée, aucune société de production n’était prête à prendre en charge ses projets. Il a donc travaillé de nuit comme soudeur dans une usine sidérurgique pour gagner les fonds nécessaires à ses premiers reportages. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, il a été intrigué par le Congo de l’après-indépendance, mais en essayant d’y voyager, il n’a atteint que le sud du Soudan avant de tomber gravement malade. Tout en faisant déjà des films, il a fait un bref passage à l’université de Munich, où il a étudié l’histoire et la littérature.

Avant de quitter l’école, il a acheté une maison au Royaume-Uni, dans ce qui était probablement le quartier de Moss Side à Manchester, en Angleterre. Là, il a appris à parler anglais. Herzog s’est ensuite installé à Pittsburgh, en Pennsylvanie, pour étudier à l’université de Duquesne.

Il réalise son premier court métrage, Herakles, en 1962. À l’école, l’accent était mis sur le latin et le grec, des langues qu’il continue de lire à ce jour.

En 1971, alors que Herzog était en repérage pour Aguirre, la colère de Dieu au Pérou, il a évité de justesse de prendre le vol LANSA 508. La réservation de Herzog a été annulée en raison d’un changement d’itinéraire de dernière minute. L’avion a ensuite été frappé par la foudre et s’est désintégré, mais un survivant, Juliane Koepcke, a survécu à une chute libre. Longtemps hanté par l’événement, il réalise près de 30 ans plus tard un film documentaire, Wings of Hope (1998), qui explore l’histoire de l’unique survivant.

 

Début de carrière

 

Herzog, avec Rainer Werner Fassbinder et Volker Schlöndorff, a été à l’origine du mouvement du cinéma ouest-allemand. Le mouvement cinématographique ouest-allemand est constitué de documentaristes qui tournent à petit budget et sont influencés par la Nouvelle Vague du cinéma français. Outre le recours à des acteurs professionnels – allemands, américains et autres -, Herzog est connu pour utiliser des personnes de la localité où il tourne. En particulier dans ses documentaires, il utilise les locaux au profit de ce qu’il appelle la “vérité extatique” (par opposition à la vérité littérale ou factuelle). Il utilise des images de non acteurs jouant des rôles et étant eux-mêmes.

Herzog et ses films ont été nominés et ont remporté de nombreux prix. Sa première grande récompense a été l’Ours d’argent, prix extraordinaire du jury pour son premier long métrage Signs of Life (Nosferatu le vampirique a également été nominé pour l’Ours d’or en 1979). Herzog a remporté le prix du meilleur réalisateur pour Fitzcarraldo au Festival de Cannes 1982. En 1975, son film L’énigme de Kaspar Hauser a remporté le Grand Prix Spécial du Jury (également connu sous le nom de “Palme d’Argent”) et le Prix du Jury Œcuménique au Festival de Cannes. Les autres films réalisés par Herzog et nominés pour la Palme d’or sont : Woyzeck (1979) et Where the Green Ants Dream (1984). Ses films ont été nominés dans de nombreux autres festivals à travers le monde : César Awards (Aguirre, la colère de Dieu), Emmy Awards (Little Dieter Needs to Fly), European Film Awards (My Best Fiend) et Festival du film de Venise (Scream of Stone et The Wild Blue Yonder). En 1987, Herzog et son demi-frère Lucki Stipetić ont remporté le Prix du film bavarois de la meilleure production pour le film Cobra Verde. En 2002, il a remporté le prix honorifique du Dragon des dragons au Festival du film de Cracovie, en Pologne.

Herzog a un jour promis de manger sa chaussure si Errol Morris achevait le projet de film sur les cimetières d’animaux domestiques sur lequel il avait travaillé, afin de défier et de motiver Morris, que Herzog percevait comme incapable de donner suite aux projets qu’il avait conçus. En 1978, lors de la première du film Gates of Heaven, Herzog a cuisiné et a mangé publiquement sa chaussure, un événement qui a ensuite été intégré dans un court métrage documentaire Werner Herzog Eats His Shoe de Les Blank. Lors de l’événement, M. Herzog a laissé entendre qu’il espérait que l’acte servirait à encourager toute personne ayant des difficultés à faire aboutir un projet.

 

En 1999, avant un dialogue public avec le critique Roger Ebert au Walker Art Center, Herzog a lu un nouveau manifeste, qu’il a baptisé “Déclaration du Minnesota” : Vérité et faits dans le cinéma documentaire. Sous-titrée “Leçons des ténèbres”, la déclaration en 12 points a débuté : “Le Cinéma Vérité est dépourvu de vérité. Elle atteint une vérité purement superficielle, la vérité des comptables”. Ebert écrira plus tard sur sa signification : “Pour la première fois, il a pleinement expliqué sa théorie de la “vérité extatique””. En 2017, Herzog a rédigé un addendum en six points au manifeste, à la suite d’une question sur “la vérité à l’ère des faits divers”.

 

Fin de carrière

 

Herzog a été honoré lors du 49e Festival international du film de San Francisco, en recevant le prix de réalisation 2006 de la Film Society. Quatre de ses films ont été présentés au Festival international du film de San Francisco : Wodaabe – Herdsmen of the Sun en 1990, Bells from the Deep en 1993, Lessons of Darkness en 1993 et The Wild Blue Yonder en 2006. L’apparition de Herzog en avril 2007 à l’Ebertfest de Champaign, dans l’Illinois, lui a valu le Golden Thumb Award et un glockenspiel gravé qui lui a été remis par un jeune cinéaste inspiré par ses films. Grizzly Man, réalisé par Herzog, a remporté le prix Alfred P. Prix Sloan au festival du film de Sundance 2005. Lorsque la BBC l’a interviewé dans la rue dans le cadre de la promotion du film, un homme lui a tiré dans l’abdomen avec un fusil à air comprimé. Encounters at the End of the World a remporté le prix du meilleur documentaire au Festival international du film d’Edimbourg 2008 et a été nominé pour l’Oscar du meilleur film documentaire, la première nomination de Herzog.

En 2006, Herzog a été abattu d’une balle dans l’abdomen alors qu’il se trouvait sur Skyline Drive à Los Angeles. Il avait donné une interview sur Grizzly Man à Mark Kermode de la BBC. Herzog a poursuivi l’interview sans chercher à se faire soigner. Le tireur s’est avéré plus tard être un ventilateur fou avec un fusil à air. Concernant l’incident, Herzog a déclaré plus tard : “Il semble que j’attire les malades mentaux”. Deux jours plus tard, Herzog a aidé l’acteur Joaquin Phoenix à sortir de sa voiture après un accident de voiture.

En 2009, Herzog est devenu le seul cinéaste de l’histoire récente à présenter deux films en compétition la même année au Festival du film de Venise. Herzog est le mauvais lieutenant : Port of Call New Orleans a été inscrit au programme officiel de la compétition du festival, et son film Mon fils, mon fils, qu’as-tu fait ? a été inscrit à la compétition en tant que “film surprise”. Herzog a également assuré la narration du court métrage Plastic Bag réalisé par Ramin Bahrani qui a été le film de la soirée d’ouverture dans la section Corto Cortissimo du festival.

Insatisfait de la façon dont les écoles de cinéma sont gérées, Herzog a fondé sa propre école de cinéma pour les malfaiteurs en 2009. Pour les étudiants, Herzog a déclaré : “Je préfère les personnes qui ont travaillé comme videurs dans un club de sexe, ou qui ont été gardiens dans l’asile d’aliénés. Vous devez vivre la vie sous ses formes les plus élémentaires. Les Costaricains ont un très joli mot pour cela : pura vida. Cela ne signifie pas seulement la pureté de la vie, mais aussi la qualité de vie brute et dénudée. Et c’est ce qui fait des jeunes des cinéastes plus que des universitaires”.

Herzog était le président du jury du 60e Festival international du film de Berlin en 2010.

Herzog a réalisé un documentaire intitulé Cave of Forgotten Dreams en 2010, qui montre son voyage dans la grotte Chauvet en France. Bien que généralement sceptique quant au format du film 3D, Herzog a présenté le film en 3D au Festival international du film de Toronto 2010 et a fait sa première européenne à la Berlinale 2011. Toujours en 2010, Herzog a co-réalisé avec Dimitry Vasuykov Happy People : A Year in the Taiga, qui dépeint la vie des trappeurs de fourrure de la partie sibérienne de la taïga, a été présenté en première au Festival du film de Telluride 2010.

Herzog a raconté plusieurs de ses films documentaires et a prêté sa voix à un programme de télévision animé pour la première fois en 2010, apparaissant dans The Boondocks dans son épisode de troisième saison It’s a Black President, Huey Freeman. Dans cet épisode, il joue une version fictive de lui-même en filmant un documentaire sur les personnages de la série et leurs actions pendant l’élection de Barack Obama en 2008.

Poursuivant son travail vocal, Herzog a joué Walter Hotenhoffer (anciennement connu sous le nom d’Augustus Gloop) dans l’épisode des Simpsons “The Scorpion’s Tale” qui a été diffusé en mars 2011. L’année suivante, il est également apparu dans l’épisode de la 8e saison de American Dad ! intitulé “Ricky Spanish”, et a prêté sa voix à un personnage récurrent lors de la 4e saison de la série d’animation Adult Swim Metalocalypse. En 2015, il a interprété un personnage de Rick et Morty d’Adult Swim. Il est également apparu aux côtés de Tom Cruise dans le rôle du méchant Zec Chelovek dans le film d’action Jack Reacher de 2012.

Herzog a attiré l’attention en 2013 lorsqu’il a publié un documentaire de 35 minutes de style message d’intérêt public, From One Second to the Next, démontrant le danger de l’envoi de SMS au volant et financé par AT. Le film, qui documente quatre histoires dans lesquelles l’envoi de SMS et la conduite automobile ont conduit à une tragédie ou à la mort, a d’abord reçu plus de 1,7 million de vues sur YouTube et a ensuite été distribué à plus de 40 000 lycées. En juillet 2013, Herzog a contribué à une installation artistique intitulée “Hearsay of the Soul”, pour la Whitney Biennial, qui a ensuite été acquise comme exposition permanente par le J. Musée Paul Getty à Los Angeles. Fin 2013, il a également prêté sa voix au dub en anglais de The Wind Rises de Hayao Miyazaki.

En 2011, Herzog est en compétition avec Ridley Scott pour la réalisation d’un film basé sur la vie de l’exploratrice Gertrude Bell. En 2012, il a été confirmé que Herzog commencerait la production de son projet en développement depuis longtemps en mars 2013 au Maroc avec Naomi Watts pour jouer Gertrude Bell et Robert Pattinson pour jouer T. E. Lawrence et Jude Law joueront le rôle d’Henry Cadogan. Le film a été achevé en 2014 avec un casting différent : Nicole Kidman dans le rôle de Gertrude Bell, James Franco dans le rôle d’Henry Cadogan, Damian Lewis dans le rôle de Charles Doughty-Wylie et Robert Pattinson dans le rôle de l’archéologue de 22 ans T. E. Lawrence. Queen of the Desert a été présenté en première mondiale au Festival international du film de Berlin en 2015.

En 2015, Herzog a tourné un long métrage, Salt and Fire, en Bolivie, avec Veronica Ferres, Michael Shannon et Gael García Bernal. Il est décrit comme un “drame hautement explosif inspiré d’une nouvelle de Tom Bissell”.

En 2019, Herzog a rejoint la distribution de la série télévisée Star Wars de Disney, The Mandalorian, qui met en scène “Le Client”, un personnage aux liens nébuleux avec l’Empire. Herzog a accepté le rôle après avoir été impressionné par le scénario, bien qu’il ait admis n’avoir jamais vu un film de Star Wars.

 

Théorie du cinéma

 

Les films de Herzog ont été très bien accueillis par la critique et sont devenus très populaires dans le circuit des maisons d’art. Ils ont également fait l’objet de controverses quant à leurs thèmes et messages, notamment en ce qui concerne les circonstances de leur création. Un exemple notable est celui de Fitzcarraldo, dans lequel l’obsession du personnage central a été reflétée par le réalisateur lors de la réalisation du film. Burden of Dreams, un documentaire tourné pendant la réalisation de Fitzcarraldo, a exploré les efforts déployés par Herzog pour réaliser le film dans des conditions difficiles. Les journaux intimes de Herzog pendant la réalisation de Fitzcarraldo ont été publiés sous le titre Conquête de l’inutile : Reflections from the Making of Fitzcarraldo. Mark Harris du New York Times a écrit dans sa revue “Le film et son tournage sont tous deux des fables d’aspirations stupides, des enquêtes sur la frontière floue entre avoir un rêve et perdre la tête.”

Son traitement des sujets a été qualifié de wagnérien dans sa portée. L’intrigue de Fitzcarraldo est basée sur la construction d’un opéra et son film ultérieur, Invincible (2001), évoque le personnage de Siegfried. Il est fier de ne jamais utiliser de scénariste-board et d’improviser souvent de grandes parties du scénario. Il explique cette technique dans le commentaire d’Aguirre, la colère de Dieu.

 

Enseignement

 

Critique des écoles de cinéma, Herzog a animé 3 ateliers de cinéma. De 2009 à 2016, Herzog a organisé la Rogue Film School. Les jeunes réalisateurs ont été invités à passer quelques jours avec le maître dans des lieux évocateurs. Les leçons vont de “Comment la musique fonctionne-t-elle dans un film” à “La création de vos propres permis de tournage”. En 2018, Filmer au Pérou avec Werner Herzog était un atelier de réalisation de 12 jours au cours duquel de jeunes cinéastes du monde entier ont rencontré Herzog dans la forêt amazonienne. Chacun d’entre eux a réalisé un court métrage, sous la supervision de Herzog. Les lieux de tournage étaient proches de ceux de Fitzcarraldo (1982). Herzog s’est montré enthousiaste et a déclaré à propos des films que “les 10 meilleurs d’entre eux sont meilleurs que les sélections pour le meilleur court métrage aux Oscars”. Parmi les participants à l’atelier figuraient les réalisateurs Rupert Clague et Quentin Lazzarotto. Herzog est également sur le site web MasterClass, où il présente un cours sur la réalisation de films, intitulé Werner Herzog enseigne la réalisation de films.

 

Vie personnelle

 

Herzog a été marié trois fois et a trois enfants. En 1967, il a épousé Martje Grohmann avec laquelle il a eu un fils, Rudolph Amos Achmed, né en 1973. Ils ont divorcé en 1985. En 1980, la fille de Herzog, Hanna Mattes (photographe et artiste), est née de sa compagne d’alors, Eva Mattes. En 1987, il a épousé Christine Maria Ebenberger et leur fils, Simon Herzog, est né en 1989. Ils ont divorcé en 1997. Herzog s’est installée aux États-Unis en 1996 et a épousé la photographe Lena Herzog, anciennement Elena Pisetski, en 1999.

Herzog est athée. En plus de son allemand natal, Herzog parle l’anglais, l’espagnol, le français et le grec.

 

Filmographie de Werner Herzog

 

1962 : Herakles (titre original : Herakles) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1962 : Herakles (titre original : Herakles) de Werner Herzog : Editor

1962 : Herakles (titre original : Herakles) de Werner Herzog : producteur / productrice

1962 : Herakles (titre original : Herakles) de Werner Herzog : Sound

1962 : Herakles (titre original : Herakles) de Werner Herzog : scénariste

1964 : Spiel im Sand (titre original : Spiel im Sand) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1964 : Spiel im Sand (titre original : Spiel im Sand) de Werner Herzog : Editor

1964 : Spiel im Sand (titre original : Spiel im Sand) de Werner Herzog : scénariste

1967 : Neuer Deutscher Film Report (titre original : Neuer Deutscher Film Report) de Ferry Radax :

1967 : La défense sans pareil de la forteresse Deutschkreutz (titre original : Die beispiellose Verteidigung der Festung Deutschkreuz) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1967 : La défense sans pareil de la forteresse Deutschkreutz (titre original : Die beispiellose Verteidigung der Festung Deutschkreuz) de Werner Herzog : Editor

1967 : La défense sans pareil de la forteresse Deutschkreutz (titre original : Die beispiellose Verteidigung der Festung Deutschkreuz) de Werner Herzog : scénariste

1968 : Die Erben von Papas Kino (titre original : Die Erben von Papas Kino) de Wilhelm Roth :

1968 : Signes de vie (titre original : Lebenszeichen) de Werner Herzog : Soldier (non crédité)

1968 : Signes de vie (titre original : Lebenszeichen) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1968 : Letzte Worte (titre original : Letzte Worte) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1968 : Letzte Worte (titre original : Letzte Worte) de Werner Herzog : producteur / productrice

1968 : Signes de vie (titre original : Lebenszeichen) de Werner Herzog : producteur / productrice

1968 : Signes de vie (titre original : Lebenszeichen) de Werner Herzog : scénariste

1968 : Letzte Worte (titre original : Letzte Worte) de Werner Herzog : scénariste

1969 : Massnahmen gegen Fanatiker (titre original : Massnahmen gegen Fanatiker) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1969 : Massnahmen gegen Fanatiker (titre original : Massnahmen gegen Fanatiker) de Werner Herzog : producteur / productrice

1969 : Massnahmen gegen Fanatiker (titre original : Massnahmen gegen Fanatiker) de Werner Herzog : Sound

1969 : Massnahmen gegen Fanatiker (titre original : Massnahmen gegen Fanatiker) de Werner Herzog : scénariste

1970 : Les nains aussi ont commencé petits (titre original : Auch Zwerge haben klein angefangen) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1970 : Die fliegenden Ärzte von Ostafrika (titre original : Die fliegenden Ärzte von Ostafrika) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1970 : Les nains aussi ont commencé petits (titre original : Auch Zwerge haben klein angefangen) de Werner Herzog : producteur / productrice

1970 : Die fliegenden Ärzte von Ostafrika (titre original : Die fliegenden Ärzte von Ostafrika) de Werner Herzog : Sound Recordist

1970 : Les nains aussi ont commencé petits (titre original : Auch Zwerge haben klein angefangen) de Werner Herzog : scénariste

1970 : Die fliegenden Ärzte von Ostafrika (titre original : Die fliegenden Ärzte von Ostafrika) de Werner Herzog : scénariste

1971 : Le Pays du silence et de l’obscurité (titre original : Land des Schweigens und der Dunkelheit) de Werner Herzog :

1971 : Geschichten vom Kübelkind (titre original : Geschichten vom Kübelkind) de Ula Stöckl : Hurenmörder

1971 : Avenir handicapé (titre original : Behinderte Zukunft) de Werner Herzog : Sound Recordist

1971 : Le Pays du silence et de l’obscurité (titre original : Land des Schweigens und der Dunkelheit) de Werner Herzog : Sound Recordist

1971 : Le Pays du silence et de l’obscurité (titre original : Land des Schweigens und der Dunkelheit) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1971 : Avenir handicapé (titre original : Behinderte Zukunft) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1971 : Fata Morgana (titre original : Fata Morgana) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1971 : Avenir handicapé (titre original : Behinderte Zukunft) de Werner Herzog : producteur / productrice

1971 : Le Pays du silence et de l’obscurité (titre original : Land des Schweigens und der Dunkelheit) de Werner Herzog : producteur / productrice

1971 : Le Pays du silence et de l’obscurité (titre original : Land des Schweigens und der Dunkelheit) de Werner Herzog : scénariste

1971 : Fata Morgana (titre original : Fata Morgana) de Werner Herzog : scénariste

1972 : Aguirre, la colère de Dieu (titre original : Aguirre, der Zorn Gottes) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1972 : Aguirre, la colère de Dieu (titre original : Aguirre, der Zorn Gottes) de Werner Herzog : producteur / productrice

1972 : Aguirre, la colère de Dieu (titre original : Aguirre, der Zorn Gottes) de Werner Herzog : scénariste

1974 : La grande extase du sculpteur sur bois Steiner (titre original : Die große Ekstase des Bildschnitzers Steiner) de Werner Herzog : lui/elle-même

1974 : L’Enigme de Kaspar Hauser (titre original : Jeder für sich und Gott gegen alle) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1974 : La grande extase du sculpteur sur bois Steiner (titre original : Die große Ekstase des Bildschnitzers Steiner) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1974 : L’Enigme de Kaspar Hauser (titre original : Jeder für sich und Gott gegen alle) de Werner Herzog : producteur / productrice

1974 : L’Enigme de Kaspar Hauser (titre original : Jeder für sich und Gott gegen alle) de Werner Herzog : scénariste

1974 : La grande extase du sculpteur sur bois Steiner (titre original : Die große Ekstase des Bildschnitzers Steiner) de Werner Herzog : scénariste

1975 : Lost in the Garden of the World (titre original : Lost in the Garden of the World) de Tony Williams : lui/elle-même

1976 : How Much Wood Would a Woodchuck Chuck: Beobachtungen zu einer neuen Sprache (titre original : How Much Wood Would a Woodchuck Chuck: Beobachtungen zu einer neuen Sprache) de Werner Herzog : lui/elle-même

1976 : Signs of Vigorous Life: The New German Cinema (titre original : Signs of Vigorous Life: The New German Cinema) de Peter Adam :

1976 : Cœur de verre (titre original : Herz aus Glas) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1976 : How Much Wood Would a Woodchuck Chuck: Beobachtungen zu einer neuen Sprache (titre original : How Much Wood Would a Woodchuck Chuck: Beobachtungen zu einer neuen Sprache) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1976 : Personne ne veut jouer avec moi (titre original : Mit mir will keiner spielen) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1976 : How Much Wood Would a Woodchuck Chuck: Beobachtungen zu einer neuen Sprache (titre original : How Much Wood Would a Woodchuck Chuck: Beobachtungen zu einer neuen Sprache) de Werner Herzog : producteur / productrice

1976 : Cœur de verre (titre original : Herz aus Glas) de Werner Herzog : producteur / productrice

1976 : Cœur de verre (titre original : Herz aus Glas) de Werner Herzog : scénariste

1976 : Personne ne veut jouer avec moi (titre original : Mit mir will keiner spielen) de Werner Herzog : scénariste

1977 : La Soufrière (titre original : La Soufrière: Warten auf eine unausweichliche Katastrophe) de Werner Herzog : narrateur

1977 : La ballade de Bruno (titre original : Stroszek) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1977 : La Soufrière (titre original : La Soufrière: Warten auf eine unausweichliche Katastrophe) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1977 : La Soufrière (titre original : La Soufrière: Warten auf eine unausweichliche Katastrophe) de Werner Herzog : producteur / productrice

1977 : La Soufrière (titre original : La Soufrière: Warten auf eine unausweichliche Katastrophe) de Werner Herzog : Sound Engineer

1977 : La ballade de Bruno (titre original : Stroszek) de Werner Herzog : scénariste

1979 : The Making of Nosferatu (titre original : The Making of Nosferatu) de Werner Herzog : lui/elle-même

1979 : Was ich bin, sind meine Filme (titre original : Was ich bin, sind meine Filme) de Christian Weisenborn : lui/elle-même

1979 : Nosferatu, fantôme de la nuit (titre original : Nosferatu – Phantom der Nacht) de Werner Herzog : Gravedigger (non crédité)

1979 : Woyzeck (titre original : Woyzeck) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1979 : Nosferatu, fantôme de la nuit (titre original : Nosferatu – Phantom der Nacht) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1979 : The Making of Nosferatu (titre original : The Making of Nosferatu) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1979 : Nosferatu, fantôme de la nuit (titre original : Nosferatu – Phantom der Nacht) de Werner Herzog : producteur / productrice

1979 : Woyzeck (titre original : Woyzeck) de Werner Herzog : scénariste

1979 : Nosferatu, fantôme de la nuit (titre original : Nosferatu – Phantom der Nacht) de Werner Herzog : scénariste

1980 : Werner Herzog Eats His Shoe (titre original : Werner Herzog Eats His Shoe) de Les Blank : lui/elle-même

1980 : Garlic Is as Good as Ten Mothers (titre original : Garlic Is as Good as Ten Mothers) de Les Blank :

1980 : Fric et Foi (titre original : Glaube und Währung: Dr. Gene Scott, Fernsehprediger) de Werner Herzog : narrateur

1980 : Fric et Foi (titre original : Glaube und Währung: Dr. Gene Scott, Fernsehprediger) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1980 : Werner Herzog Eats His Shoe (titre original : Werner Herzog Eats His Shoe) de Les Blank : scénariste

1980 : Fric et Foi (titre original : Glaube und Währung: Dr. Gene Scott, Fernsehprediger) de Werner Herzog : scénariste

1982 : Burden of Dreams (titre original : Burden of Dreams) de Les Blank : lui/elle-même

1982 : The South Bank Show: Werner Herzog (titre original : The South Bank Show: Werner Herzog) de Jack Bond :

1982 : Chambre 666 (titre original : Chambre 666) de Wim Wenders :

1982 : Fitzcarraldo (titre original : Fitzcarraldo) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1982 : Fitzcarraldo (titre original : Fitzcarraldo) de Werner Herzog : producteur / productrice

1982 : Fitzcarraldo (titre original : Fitzcarraldo) de Werner Herzog : scénariste

1983 : Man of Flowers (titre original : Man of Flowers) de Paul Cox : The Father

1983 : Huie’s Predigt (titre original : Huie’s Predigt) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1984 : La Ballade du petit soldat (titre original : Ballade vom kleinen Soldaten) de Denis Reichle : lui/elle-même (Voice)

1984 : Le Pays où rêvent les fourmis vertes (titre original : Wo die grünen Ameisen träumen) de Werner Herzog : Lawyer (non crédité)

1984 : Le Pays où rêvent les fourmis vertes (titre original : Wo die grünen Ameisen träumen) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1984 : La Ballade du petit soldat (titre original : Ballade vom kleinen Soldaten) de Denis Reichle : réalisateur / réalisatrice

1984 : La Ballade du petit soldat (titre original : Ballade vom kleinen Soldaten) de Denis Reichle : producteur / productrice

1984 : Le Pays où rêvent les fourmis vertes (titre original : Wo die grünen Ameisen träumen) de Werner Herzog : Co-scénariste

1984 : La Ballade du petit soldat (titre original : Ballade vom kleinen Soldaten) de Denis Reichle : scénariste

1985 : Gasherbrum (titre original : Gasherbrum – Der leuchtende Berg) de Werner Herzog : lui/elle-même

1985 : Tokyo-Ga (titre original : Tokyo-Ga) de Wim Wenders : lui/elle-même

1985 : Gasherbrum (titre original : Gasherbrum – Der leuchtende Berg) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1986 : Werner Herzog: Filmemacher (titre original : Werner Herzog: Filmemacher) de Werner Herzog : lui/elle-même

1986 : Werner Herzog: Filmemacher (titre original : Werner Herzog: Filmemacher) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1986 : Werner Herzog: Filmemacher (titre original : Werner Herzog: Filmemacher) de Werner Herzog : scénariste

1987 : Location Africa (titre original : Location Africa) de Steff Gruber : lui/elle-même

1987 : Cobra Verde (titre original : Cobra Verde) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1987 : Location Africa (titre original : Location Africa) de Steff Gruber : producteur / productrice

1987 : Cobra Verde (titre original : Cobra Verde) de Werner Herzog : scénariste

1988 : Les Français vus par (titre original : Les Français vus par) de Luigi Comencini : réalisateur / réalisatrice

1988 : Les Gaulois (titre original : Les Gaulois) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1989 : Bis ans Ende… und dann noch weiter. Die ekstatische Welt des Filmemachers Werner Herzog (titre original : Bis ans Ende… und dann noch weiter. Die ekstatische Welt des Filmemachers Werner Herzog) de Peter Buchka : lui/elle-même

1989 : Wodaabe (titre original : Wodaabe – Die Hirten der Sonne. Nomaden am Südrand der Sahara) de Werner Herzog : narrateur (voix)

1989 : Gekauftes Glück (titre original : Gekauftes Glück) de Urs Odermatt : Gemeindeschreiber Businger

1989 : Un dieu rebelle (titre original : Es ist nicht leicht, ein Gott zu sein) de Peter Fleischmann : Mita / Richard

1989 : Wodaabe (titre original : Wodaabe – Die Hirten der Sonne. Nomaden am Südrand der Sahara) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1989 : Giovanna d’Arco (titre original : Giovanna d’Arco) de Keith Cheetham : réalisateur / réalisatrice

1989 : Wodaabe (titre original : Wodaabe – Die Hirten der Sonne. Nomaden am Südrand der Sahara) de Werner Herzog : scénariste

1990 : Échos d’un sombre empire (titre original : Echos aus einem düsteren Reich) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1990 : Échos d’un sombre empire (titre original : Echos aus einem düsteren Reich) de Werner Herzog : producteur / productrice

1990 : Échos d’un sombre empire (titre original : Echos aus einem düsteren Reich) de Werner Herzog : scénariste

1991 : Jag Mandir (titre original : Jag Mandir: Das exzentrische Privattheater des Maharadscha von Udaipur) de Werner Herzog : narrateur

1991 : Filmstunde (titre original : Filmstunde) de Werner Herzog : lui/elle-même

1991 : Schneeweißrosenrot (titre original : Schneeweißrosenrot) de Christa Ritter : lui/elle-même

1991 : Cerro Torre, le cri de la roche (titre original : Scream of Stone) de Werner Herzog : TV-Regisseur

1991 : Jag Mandir (titre original : Jag Mandir: Das exzentrische Privattheater des Maharadscha von Udaipur) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1991 : Filmstunde (titre original : Filmstunde) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1991 : Cerro Torre, le cri de la roche (titre original : Scream of Stone) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1991 : Jag Mandir (titre original : Jag Mandir: Das exzentrische Privattheater des Maharadscha von Udaipur) de Werner Herzog : producteur / productrice

1991 : Jag Mandir (titre original : Jag Mandir: Das exzentrische Privattheater des Maharadscha von Udaipur) de Werner Herzog : scénariste

1992 : Leçons de ténèbres (titre original : Lektionen in Finsternis) de Werner Herzog : narrateur (voix)

1992 : Leçons de ténèbres (titre original : Lektionen in Finsternis) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1992 : La Donna del Lago (titre original : La Donna del Lago) de Ilio Catani : réalisateur / réalisatrice

1992 : Leçons de ténèbres (titre original : Lektionen in Finsternis) de Werner Herzog : producteur / productrice

1992 : Leçons de ténèbres (titre original : Lektionen in Finsternis) de Werner Herzog : scénariste

1993 : Les Cloches des profondeurs (titre original : Glocken aus der Tiefe) de Werner Herzog : narrateur

1993 : Dangerous Game (titre original : Dangerous Game) de Abel Ferrara : lui/elle-même (archive footage) (non crédité)

1993 : Les Cloches des profondeurs (titre original : Glocken aus der Tiefe) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1993 : Les Cloches des profondeurs (titre original : Glocken aus der Tiefe) de Werner Herzog : scénariste

1995 : Tod für fünf Stimmen (titre original : Tod für fünf Stimmen) de Werner Herzog : narrateur (voix)

1995 : Brennendes Herz (titre original : Brennendes Herz) de Peter Patzak :

1995 : Tod für fünf Stimmen (titre original : Tod für fünf Stimmen) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1995 : Tod für fünf Stimmen (titre original : Tod für fünf Stimmen) de Werner Herzog : scénariste

1996 : Die Verwandlung der Welt in Musik: Bayreuth vor der Premiere (titre original : Die Verwandlung der Welt in Musik: Bayreuth vor der Premiere) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1997 : Petit Dieter Doit Voler (titre original : Little Dieter Needs to Fly) de Werner Herzog : lui/elle-même / narrateur

1997 : Petit Dieter Doit Voler (titre original : Little Dieter Needs to Fly) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1997 : Petit Dieter Doit Voler (titre original : Little Dieter Needs to Fly) de Werner Herzog : scénariste

1998 : Au-delà de nos rêves (titre original : What Dreams May Come) de Vincent Ward : Face

1999 : Ennemis intimes (titre original : Mein liebster Feind) de Werner Herzog : lui/elle-même

1999 : A Brief Hiscénariste of Errol Morris (titre original : A Brief Hiscénariste of Errol Morris) de Kevin Macdonald : lui/elle-même

1999 : 2000 Jahre Christentum: Neue Welten – Gott und die Beladenen (titre original : 2000 Jahre Christentum: Neue Welten – Gott und die Beladenen) de Werner Herzog : narrateur

1999 : Julien Donkey-Boy (titre original : Julien Donkey-Boy) de Harmony Korine : Father

1999 : Ennemis intimes (titre original : Mein liebster Feind) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1999 : 2000 Jahre Christentum: Neue Welten – Gott und die Beladenen (titre original : 2000 Jahre Christentum: Neue Welten – Gott und die Beladenen) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

1999 : Ennemis intimes (titre original : Mein liebster Feind) de Werner Herzog : scénariste

2000 : Les ailes de l’espoir (titre original : Julianes Sturz in den Dschungel) de Werner Herzog : lui/elle-même

2000 : Der Ball ist ein Sauhund (titre original : Der Ball ist ein Sauhund) de Rudolf Herzog : lui/elle-même

2000 : Les ailes de l’espoir (titre original : Julianes Sturz in den Dschungel) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2001 : Invincible (titre original : Invincible) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2001 : Pilgrimage (titre original : Pilgrimage) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2001 : Invincible (titre original : Invincible) de Werner Herzog : producteur / productrice

2001 : Invincible (titre original : Invincible) de Werner Herzog : scénariste

2002 : Ten Thousand Years Older (titre original : Ten Thousand Years Older) de Werner Herzog : narrateur

2002 : Der Boxprinz (titre original : Der Boxprinz) de Gerd Kroske : lui/elle-même

2002 : Ten Minutes Older: The Trumpet (titre original : Ten Minutes Older: The Trumpet) de Víctor Erice : réalisateur / réalisatrice

2002 : Ten Thousand Years Older (titre original : Ten Thousand Years Older) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2002 : Ten Minutes Older: The Trumpet (titre original : Ten Minutes Older: The Trumpet) de Víctor Erice : scénariste

2002 : Ten Thousand Years Older (titre original : Ten Thousand Years Older) de Werner Herzog : scénariste

2003 : La Roue du Temps (titre original : Rad der Zeit) de Werner Herzog : narrateur

2003 : La Roue du Temps (titre original : Rad der Zeit) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2003 : La Roue du Temps (titre original : Rad der Zeit) de Werner Herzog : Editor

2003 : La Roue du Temps (titre original : Rad der Zeit) de Werner Herzog : producteur / productrice

2003 : La Roue du Temps (titre original : Rad der Zeit) de Werner Herzog : scénariste

2004 : The White Diamond (titre original : The White Diamond) de Werner Herzog : lui/elle-même / narrator

2004 : Incident au Loch Ness (titre original : Incident at Loch Ness) de Zak Penn : lui/elle-même

2004 : Dribble (titre original : Dribble) de Giuseppe Andrews : lui/elle-même (voix)

2004 : The Best of Tromadance Film Festival: Volume 3 (titre original : The Best of Tromadance Film Festival: Volume 3) de Kevin Maher : lui/elle-même (voix) (“Dribble” short)

2004 : The White Diamond (titre original : The White Diamond) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2004 : The White Diamond (titre original : The White Diamond) de Werner Herzog : scénariste

2005 : Dreams and Burdens (titre original : Dreams and Burdens) de Steff Gruber : lui/elle-même

2005 : Grizzly Man (titre original : Grizzly Man) de Werner Herzog : lui/elle-même

2005 : What Is It? (titre original : What Is It?) de Crispin Glover : Thanks

2005 : Grizzly Man (titre original : Grizzly Man) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2005 : Au-delà de l’infini (titre original : The Wild Blue Yonder) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2005 : Grizzly Man (titre original : Grizzly Man) de Werner Herzog : scénariste

2005 : Au-delà de l’infini (titre original : The Wild Blue Yonder) de Werner Herzog : scénariste

2006 : Walking to Werner (titre original : Walking to Werner) de Linas Phillips : lui/elle-même (voix)

2006 : Rescue Dawn (titre original : Rescue Dawn) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2006 : Rescue Dawn (titre original : Rescue Dawn) de Werner Herzog : Author

2007 : The Grand (titre original : The Grand) de Zak Penn : The German

2007 : Rencontres au bout du monde (titre original : Encounters at the End of the World) de Werner Herzog : narrateur (voix)

2007 : All In This Tea (titre original : All In This Tea) de Les Blank :

2007 : Rencontres au bout du monde (titre original : Encounters at the End of the World) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2007 : Rencontres au bout du monde (titre original : Encounters at the End of the World) de Werner Herzog : scénariste

2008 : Capturing Reality (titre original : Capturing Reality) de Pepita Ferrari : lui/elle-même

2008 : Mister Lonely (titre original : Mister Lonely) de Harmony Korine : Father Umbrillo

2008 : Back to Room 666 (titre original : Back to Room 666) de Gustavo Spolidoro :

2008 : BLAST! (titre original : BLAST!) de Paul Devlin : lui/elle-même

2008 : Gegenschuss – Aufbruch der Filmemacher (titre original : Gegenschuss – Aufbruch der Filmemacher) de Dominik Wessely :

2009 : Plastic Bag (titre original : Plastic Bag) de Ramin Bahrani :

2009 : Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans (titre original : The Bad Lieutenant: Port of Call – New Orleans) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2009 : Dans l’oeil d’un tueur (titre original : My Son, My Son, What Have Ye Done) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2009 : La Bohème (titre original : La Bohème) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2009 : Dans l’oeil d’un tueur (titre original : My Son, My Son, What Have Ye Done) de Werner Herzog : scénariste

2010 : La Grotte des rêves perdus (titre original : Cave of Forgotten Dreams) de Werner Herzog : lui/elle-même

2010 : Happy People: A Year in the Taiga (titre original : Happy People: A Year in the Taiga) de Dmitry Vasyukov : lui/elle-même – narrateur (voix)

2010 : When Herzog Rescued Phoenix (titre original : When Herzog Rescued Phoenix) de Sascha Ciezata : lui/elle-même/narrateur

2010 : La Grotte des rêves perdus (titre original : Cave of Forgotten Dreams) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2010 : Happy People: A Year in the Taiga (titre original : Happy People: A Year in the Taiga) de Dmitry Vasyukov : réalisateur / réalisatrice

2010 : La Grotte des rêves perdus (titre original : Cave of Forgotten Dreams) de Werner Herzog : scénariste

2010 : Happy People: A Year in the Taiga (titre original : Happy People: A Year in the Taiga) de Dmitry Vasyukov : scénariste

2011 : Into the Abyss (titre original : Into the Abyss) de Werner Herzog : lui/elle-même

2011 : Werner Herzog Defends Dade (titre original : Werner Herzog Defends Dade) de Lindsay Scoggins : lui/elle-même

2011 : Hans Zimmer – Der Sound für Hollywood (titre original : Hans Zimmer – Der Sound für Hollywood) de Dirk Schneider : lui/elle-même

2011 : Into the Abyss (titre original : Into the Abyss) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2011 : Ode to the Dawn of Man (titre original : Ode to the Dawn of Man) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2011 : Into the Abyss (titre original : Into the Abyss) de Werner Herzog : scénariste

2012 : Dinotasia (titre original : Dinotasia) de David Krentz : narrateur

2012 : 10 Questions for Werner Herzog (titre original : 10 Questions for Werner Herzog) de Joseph Toth : lui/elle-même

2012 : Jack Reacher (titre original : Jack Reacher) de Christopher McQuarrie : Zec Chelovek

2012 : The Killers: Unstaged (titre original : The Killers: Unstaged) de Werner Herzog : lui/elle-même

2012 : The Killers: Unstaged (titre original : The Killers: Unstaged) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2012 : Indonésie 1965 – Permis de tuer (titre original : Jagal) de Joshua Oppenheimer : producteur / productrice

2013 : The Unbelievers (titre original : The Unbelievers) de Gus Holwerda : lui/elle-même

2013 : Heimat – I. Chronique d’un rêve – II. L’Exode (titre original : Die andere Heimat – Chronik einer Sehnsucht) de Edgar Reitz : Alexander von Humboldt

2013 : From One Second to the Next (titre original : From One Second to the Next) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2014 : Life Itself (titre original : Life Itself) de Steve James :

2014 : Lemonade War (titre original : Lemonade War) de Ramin Bahrani :

2014 : Les Pingouins de Madagascar (titre original : Penguins of Madagascar) de Simon J. Smith : Documentary Filmmaker (voix)

2014 : The Look of Silence (titre original : The Look of Silence) de Joshua Oppenheimer : producteur / productrice

2015 : Freaks of Nature (titre original : Freaks of Nature) de Robbie Pickering : Perfect Being (voix)

2015 : Reine du désert (titre original : Queen of the Desert) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2015 : Reine du désert (titre original : Queen of the Desert) de Werner Herzog : scénariste

2016 : Au fin fond de la fournaise (titre original : Into the Inferno) de Werner Herzog : lui/elle-même, narrateur

2016 : Lo and Behold: Reveries of the Connected World (titre original : Lo and Behold: Reveries of the Connected World) de Werner Herzog : lui/elle-même

2016 : Killing Klaus Kinski (titre original : Killing Klaus Kinski) de Spiros Stathoulopoulos : Werner Herzog

2016 : Salt and Fire (titre original : Salt and Fire) de Werner Herzog : Man with One scénariste (non crédité)

2016 : Au fin fond de la fournaise (titre original : Into the Inferno) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2016 : Lo and Behold: Reveries of the Connected World (titre original : Lo and Behold: Reveries of the Connected World) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2016 : Salt and Fire (titre original : Salt and Fire) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2016 : Lo and Behold: Reveries of the Connected World (titre original : Lo and Behold: Reveries of the Connected World) de Werner Herzog : producteur / productrice

2016 : Salt and Fire (titre original : Salt and Fire) de Werner Herzog : producteur / productrice

2016 : Au fin fond de la fournaise (titre original : Into the Inferno) de Werner Herzog : scénariste

2016 : Salt and Fire (titre original : Salt and Fire) de Werner Herzog : scénariste

2016 : Lo and Behold: Reveries of the Connected World (titre original : Lo and Behold: Reveries of the Connected World) de Werner Herzog : scénariste

2017 : Ballad of a Righteous Merchant (titre original : Ballad of a Righteous Merchant) de Herbert Golder : lui/elle-même

2017 : O Homem que Matou John Wayne (titre original : O Homem que Matou John Wayne) de Bruno Laet :

2017 : A Gray State (titre original : A Gray State) de Erik Nelson : producteur / productrice

2018 : The Great Buster : A Celebration (titre original : The Great Buster: A Celebration) de Peter Bogdanovich : lui/elle-même

2018 : Paradox Bullets (titre original : Paradox Bullets) de Van Neistat : narrator

2018 : Der Film verlässt das Kino: Vom Kübelkind-Experiment und anderen Utopien (titre original : Der Film verlässt das Kino: Vom Kübelkind-Experiment und anderen Utopien) de Robert Fischer : lui/elle-même

2018 : Manaslu – Berg der Seelen (titre original : Manaslu – Berg der Seelen) de Gerald Salmina : lui/elle-même

2018 : Del Arco Vacío (titre original : Del Arco Vacío) de Micah Van Hove : Thanks

2019 : Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin (titre original : Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin) de Werner Herzog : lui/elle-même

2019 : Rendez-vous avec Mikhaïl Gorbatchev (titre original : Meeting Gorbachev) de André Singer : lui/elle-même

2019 : Tattoo Uprising (titre original : Tattoo Uprising) de Alan Govenar : lui/elle-même

2019 : Family Romance, LLC (titre original : Family Romance, LLC) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice of Photography

2019 : Family Romance, LLC (titre original : Family Romance, LLC) de Werner Herzog : Camera Operator

2019 : Rendez-vous avec Mikhaïl Gorbatchev (titre original : Meeting Gorbachev) de André Singer : réalisateur / réalisatrice

2019 : Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin (titre original : Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2019 : Family Romance, LLC (titre original : Family Romance, LLC) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2019 : Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin (titre original : Nomad: In the Footsteps of Bruce Chatwin) de Werner Herzog : scénariste

2019 : Rendez-vous avec Mikhaïl Gorbatchev (titre original : Meeting Gorbachev) de André Singer : scénariste

2019 : Family Romance, LLC (titre original : Family Romance, LLC) de Werner Herzog : scénariste

2020 : Werner Herzog cineasta (titre original : Werner Herzog cineasta) de Werner Herzog :

2020 : Fireball: Visitors from Darker Worlds (titre original : Fireball: Visitors from Darker Worlds) de Clive Oppenheimer : lui/elle-même / narrateur

2020 : AGFA MYSTERY MIXTAPE #2: LATER IN L.A. (titre original : AGFA MYSTERY MIXTAPE #2: LATER IN L.A.) de Werner Herzog : lui/elle-même

2020 : Wim Wenders, Desperado (titre original : Wim Wenders, Desperado) de Eric Friedler : lui/elle-même

2020 : The Long Farewell (titre original : The Long Farewell) de Aqsa Altaf : Thanks

2020 : Vernon God Little (titre original : Vernon God Little) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2020 : Fordlandia (titre original : Fordlandia) de Werner Herzog : réalisateur / réalisatrice

2020 : Fireball: Visitors from Darker Worlds (titre original : Fireball: Visitors from Darker Worlds) de Clive Oppenheimer : réalisateur / réalisatrice

2020 : Fireball: Visitors from Darker Worlds (titre original : Fireball: Visitors from Darker Worlds) de Clive Oppenheimer : scénariste

 

Émissions TV

 

1976 : Grimme-Preis-Verleihung (épisode 29, 13) : lui/elle-même

1984 : Deutscher Filmpreis (Lola) (épisode 34) : lui/elle-même

1987 : Bayerischer Filmpreis (épisode 9, 39) : lui/elle-même

2002 : Die Harald Schmidt Show (épisode 66) : invité(e) ou non crédité(e)

2006 : The Henry Rollins Show (épisode 3) : invité(e) ou non crédité(e)

2010 : Future States (épisode 5) : Plastic Bag (voix)

2011 : The Simpsons (épisode 23, 15) : invité(e) ou non crédité(e)

2011 : The Colbert Report (épisode 72) : invité(e) ou non crédité(e)

2012 : American Dad! (épisode 17) : invité(e) ou non crédité(e)

2015 : Rick and Morty (épisode 8) : Shrimply Pibbles (voix)

2015 : Parks and Recreation (épisode 1) : Keg Jennings

2017 : Close Up with The Hollywood Reporter (épisode 13) : lui/elle-même

2019 : The Mandalorian (épisode 1, 3, 7) : The Client

Nick Nolte – Filmographie complète et biographie

Nick Nolte – Filmographie complète et biographie

Biographie de Nick Nolte

 

Nicholas King Nolte (né le 8 février 1941) est un acteur, producteur, auteur et ancien mannequin américain. Il a remporté le Golden Globe Award du meilleur acteur – film dramatique et a été nominé pour l’Oscar du meilleur acteur pour le film The Prince of Tides en 1991. Il a ensuite été nominé aux Oscars pour Affliction (1998) et Warrior (2011). EN 2019 il joue dans la série The Mandalorian aux côtés de Pedro Pascal.

Ses autres apparitions au cinéma comprennent The Deep (1977), Who’ll Stop The Rain (1978), North Dallas Forty (1979), 48 Hrs. (1982), Teachers (1984), Down and Out in Beverly Hills (1986), Another 48 Hrs. (1990), Everybody Wins (1990), Cape Fear (1991), Lorenzo’s Oil (1992), I Love Trouble (1994), Blue Chips (1994), The Thin Red Line (1998), The Good Thief (2002), Hulk (2003), Hotel Rwanda (2004), Tropic Thunder (2008), A Walk in the Woods (2015), et Angel Has Fallen (2019).

Il a également été nominé pour un Golden Globe Award du meilleur acteur – série télévisée musicale ou comique pour son rôle dans la série télévisée Graves.

 

 

Enfance

 

Nolte est né le 8 février 1941 à Omaha, Nebraska. Son père, Franklin Arthur Nolte (1904-1978), était un fils de fermier qui s’est enfui de la maison, a presque abandonné l’école secondaire et a gagné trois lettres de football à l’université d’État de l’Iowa (1929-1931). Ses ancêtres sont allemands, anglais, écossais-irlandais, écossais et suisse-allemand. Le grand-père maternel de Nolte, Matthew Leander King, a inventé le silo à tuiles creuses et a joué un rôle important dans les débuts de l’aviation. Sa grand-mère maternelle dirigeait le syndicat des étudiants de l’université d’État de l’Iowa. Il a une sœur aînée, Nancy, qui était cadre à la Croix-Rouge.

Nolte a fréquenté l’école primaire Kingsley à Waterloo, Iowa. Il a étudié au lycée Westside à Omaha, où il était le buteur de l’équipe de football. Il a également fréquenté le lycée Benson, mais a été expulsé pour avoir caché de la bière avant l’entraînement et avoir été surpris à en boire pendant une séance d’entraînement. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires en 1959, il a fréquenté le Pasadena City College en Californie du Sud, l’Arizona State University à Tempe (grâce à une bourse de football), l’Eastern Arizona College à Thatcher et le Phoenix College à Phoenix. Dans l’est de l’Arizona, Nolte a écrit dans le football comme une partie serrée et une partie défensive, dans le basket-ball comme un attaquant et comme un receveur dans l’équipe de base-ball. Ses mauvaises notes ont fini par mettre fin à ses études, et c’est alors que sa carrière au théâtre a commencé sérieusement. Pendant ses études, Nolte a travaillé pour la brasserie Falstaff à Omaha.

Après des passages au Pasadena Playhouse et à la Stella Adler Academy de Los Angeles, Nolte a passé plusieurs années à parcourir le pays et à travailler dans des théâtres régionaux, dont le Old Log Theater au Minnesota pendant trois ans.

 

Carrière

 

Nolte était un modèle à la fin des années 60 et au début des années 70. En 1972, dans une publicité dans un magazine national, il apparaît en jeans et en chemise ouverte pour l’éclaircisseur de cheveux “Summer Blonde” de Clairol, assis sur une bûche à côté d’un Chris O’Connor blond ; et ils apparaissent sur l’emballage. En 1992, Nolte a été nommé l’homme le plus sexy vivant par le magazine People.

Nolte a d’abord joué dans la mini-série télévisée Rich Man, Poor Man, basée sur le roman à succès d’Irwin Shaw de 1970. Plus tard, il est apparu dans plus de quarante films, jouant une grande variété de personnages. La diversité de son caractère, son athlétisme caractéristique et sa voix graveleuse sont les signatures de sa carrière. En 1973, il est invité à jouer le rôle de Billy Randolph, un joueur de football accusé de meurtre, dans l’épisode de Griff “Qui a piégé Billy le gamin ?. Nolte a également fait deux apparitions dans la série télévisée Barnaby Jones en 1974 et 1975. Il a joué avec Andy Griffith dans Winter Kill, un téléfilm réalisé comme pilote d’une éventuelle série télévisée, et un autre, Adams of Eagle Lake, mais aucun des deux n’a été repris.

Nolte a joué dans The Deep (1977), Who’ll Stop the Rain (1978), North Dallas Forty (1979) qui est basé sur le roman de Peter Gent, et a joué dans 48 Hrs. (1982) avec Eddie Murphy. Dans les années 1980, il a joué dans Under Fire (1983), Down and Out in Beverly Hills (1986), Extreme Prejudice (1987) et New York Stories (1989). Nolte a joué avec Katharine Hepburn dans son dernier rôle principal au cinéma dans Grace Quigley (1985). Nolte et Murphy ont joué à nouveau dans la suite de Another 48 Hrs.. En 1991, Nolte a joué dans The Prince of Tides et a été nominé pour l’Oscar du meilleur acteur. Plus tard, il a joué dans le remake de Cape Fear de Martin Scorsese avec Robert De Niro et Jessica Lange. Nolte a également joué dans Lorenzo’s Oil (1992), Jefferson in Paris (1995), Mulholland Falls (1996) et Afterglow (1997). Il a reçu sa deuxième nomination aux Oscars la même année pour Affliction. Nolte a joué avec Sean Penn dans trois films, dont l’épopée de guerre de Terrence Malick, The Thin Red Line, U Turn et Gangster Squad.

Nolte a continué à travailler dans les années 2000, en prenant des petits rôles dans Clean et Hotel Rwanda, deux performances qui ont reçu des critiques positives. Il a également joué des seconds rôles dans le drame Peaceful Warrior en 2006 et dans la comédie Tropic Thunder en 2008. En 2011, Nolte a joué Paddy Conlon, un ancien alcoolique, dans Warrior, et a été nominé pour l’Oscar du meilleur second rôle. À partir de 2011, Nolte a joué avec Dustin Hoffman dans la série Luck de HBO. Cependant, au début de la production de la deuxième saison, HBO a mis fin à la série après la mort de trois chevaux pendant le tournage. En 2013, il a joué dans le film Parker avec Jason Statham. En 2015, Nolte a joué dans la comédie dramatique biopic A Walk in the Woods et dans le thriller de vengeance Return to Sender.

De 2016 à 2017, Nolte a tenu la vedette dans Graves sur Epix au sujet d’un ancien président américain instable et alcoolique, à la retraite depuis 25 ans, qui a une révélation politique pour redresser les torts de son administration passée de manière très publique et imprévisible.

Pour Nolte, jouer la comédie n’est pas une carrière mais quelque chose qu’il doit faire, dit-il, “un besoin dans le sens où je ne peux rien trouver d’aussi complexe et intéressant à faire, mais j’en ai besoin dans une histoire”, et “je ne veux pas faire la réalité parce que la réalité ne tourne jamais rond”. Il aime se fondre dans un rôle “si l’histoire arrive jusqu’au grand acteur, le grand acteur disparaît, et l’histoire devient numéro un, c’est aussi réel qu’elle le devient”. Nolte est apparu comme le personnage récurrent de Kuiil dans la série de Disney The Mandalorian en 2019.

 

Vie personnelle

 

Nolte a épousé Clytie Lane en 2016. Il était auparavant marié à Sheila Page, Sharyn Haddad et Rebecca Linger, respectivement. Nolte et Linger ont un fils, Brawley (né en 1986), qui a lui-même eu quelques rôles d’acteur. Nolte et Lane ont une fille, Sophie (née en 2007). Sophie a joué sa petite-fille dans Head Full of Honey. Nolte et Linger ont également eu une fille mort-née en 1983. Nolte est sorti avec Karen Eklund, Debra Winger et Vicki Lewis.

 

Problèmes juridiques et toxicomanie

 

Nolte est connu pour sa “réputation de mauvais garçon”.

En 1965, Nolte a été arrêté pour avoir vendu des documents contrefaits et a été condamné à 45 ans de prison et à une amende de 75 000 dollars ; la peine a toutefois été suspendue. Cette condamnation pour crime a cependant annulé son éligibilité au service militaire. A l’époque, il se sentait obligé de servir dans la guerre du Vietnam. En conséquence, Nolte dit qu’il s’est senti incomplet dans sa jeunesse pour ne pas être allé au Vietnam.

Le 11 septembre 2002, Nolte a été arrêté pour conduite en état d’ivresse à Malibu, en Californie. Trois jours plus tard, il s’est rendu à l’hôpital de Silver Hill dans le Connecticut pour y recevoir des conseils. Des tests ont ensuite montré qu’il était sous l’influence du GHB. Nolte a répondu qu’il “en prend depuis quatre ans et je n’ai jamais été violée”. Le 12 décembre 2002, il a plaidé sans contester les accusations de conduite sous influence. Il a été mis à l’épreuve pendant trois ans, avec l’ordre de suivre une thérapie anti-drogue et antialcoolique et de se soumettre à des tests aléatoires. Nolte est entré dans un centre de réhabilitation dans le Connecticut.

En 2005, The Independent a rapporté que Nolte avait lutté contre la toxicomanie pendant “la majeure partie de sa vie adulte” et avait commencé à abuser de l’alcool dès son plus jeune âge. Après être resté sobre pendant près de 10 ans, Nolte a recommencé à boire à la fin des années 1990. Après son arrestation en 2002, Nolte a cessé de boire. En 2018, Nolte a déclaré au Saturday Evening Post qu’il n’avait pas de problème de drogue et qu’il était “relativement propre en dehors des médicaments prescrits depuis des années”.

 

Filmographie de Nick Nolte

 

1972 : Dirty Little Billy (titre original : Dirty Little Billy) de Stan Dragoti : Town Gang Leader

1973 : Electra glide in blue (titre original : Electra Glide in Blue) de James William Guercio : Hippie Kid

1974 : Death Sentence (titre original : Death Sentence) de E.W. Swackhamer : John Healy

1974 : A Magnificent Death from a Shattered Hand (titre original : A Magnificent Death from a Shattered Hand) de Thomas Jane :

1974 : The California Kid (titre original : The California Kid) de Richard T. Heffron : Buzz Stafford

1974 : Winter Kill (titre original : Winter Kill) de Jud Taylor : Dave Michaels

1975 : Return to Macon County (titre original : Return to Macon County) de Richard Compton : Bo Hollinger

1975 : The Runaway Barge (titre original : The Runaway Barge) de Boris Sagal : Roy Blount

1977 : Les grands fonds (titre original : The Deep) de Peter Yates : David Sanders

1978 : Les Guerriers de l’enfer (titre original : Who’ll Stop the Rain) de Karel Reisz : Ray Hicks

1979 : North Dallas Forty (titre original : North Dallas Forty) de Ted Kotcheff : Phillip Elliott

1980 : Heart Beat (titre original : Heart Beat) de John Byrum : Neal Cassady

1982 : 48 heures (titre original : 48 Hrs.) de Walter Hill : Jack Cates

1982 : Cannery Row (titre original : Cannery Row) de David S. Ward : Doc

1983 : Under Fire (titre original : Under Fire) de Roger Spottiswoode : Russell Price

1984 : Ras les profs ! (titre original : Teachers) de Arthur Hiller : Alex Jurel

1985 : FAUT M’ELIMINER (titre original : Grace Quigley) de Anthony Harvey : Seymour Flint

1986 : Le Clochard de Beverly Hills (titre original : Down and Out in Beverly Hills) de Paul Mazursky : Jerry Baskin

1987 : Extrême Préjudice (titre original : Extreme Prejudice) de Walter Hill : Jack Benteen

1987 : Comme un lion en cage (titre original : Weeds) de John D. Hancock : Lee Umstetter

1989 : Les Trois fugitifs (titre original : Three Fugitives) de Francis Veber : Lucas

1989 : New York Stories (titre original : New York Stories) de Woody Allen : Lionel Dobie

1989 : Life Lessons (titre original : Life Lessons) de Martin Scorsese : Lionel Dobie

1989 : L’Adieu au Roi (titre original : Farewell to the King) de John Milius : Learoyd

1990 : Contre enquête (titre original : Q & A) de Sidney Lumet : Captain Michael Brennan

1990 : 48 heures de plus (titre original : Another 48 Hrs.) de Walter Hill : Jack Cates

1990 : Chacun sa chance (titre original : Everybody Wins) de Karel Reisz : Tom O’Toole

1991 : Le prince des marées (titre original : The Prince of Tides) de Barbra Streisand : Tom Wingo

1991 : Les Nerfs à vif (titre original : Cape Fear) de Martin Scorsese : Sam Bowden

1992 : Lorenzo (titre original : Lorenzo’s Oil) de George Miller : Augusto Odone

1992 : The Player (titre original : The Player) de Robert Altman : Nick Nolte

1994 : Les complices (titre original : I Love Trouble) de Charles Shyer : Peter Brackett

1994 : Blue Chips (titre original : Blue Chips) de William Friedkin : Pete Bell

1994 : I’ll Do Anything (titre original : I’ll Do Anything) de James L. Brooks : Matt Hobbs

1995 : Jefferson à Paris (titre original : Jefferson in Paris) de James Ivory : Thomas Jefferson

1996 : Les Hommes de l’ombre (titre original : Mulholland Falls) de Lee Tamahori : Max Hoover

1996 : Mother Night (titre original : Mother Night) de Keith Gordon : Howard Campbell

1997 : L’amour, et après (titre original : Afterglow) de Alan Rudolph : Lucky Mann

1997 : U Turn : Ici commence l’enfer (titre original : U Turn) de Oliver Stone : Jake McKenna

1997 : Le veilleur de nuit (titre original : Nightwatch) de Ole Bornedal : Inspector Thomas Albert Cray

1998 : Affliction (titre original : Affliction) de Paul Schrader : Wade Whitehouse

1998 : La ligne rouge (titre original : The Thin Red Line) de Terrence Malick : Lt. Col. Gordon Tall

1998 : Affliction (titre original : Affliction) de Paul Schrader : producteur / productrice

1999 : Simpatico (titre original : Simpatico) de Matthew Warchus : Vincent Webb

1999 : Breakfast of Champions (titre original : Breakfast of Champions) de Alan Rudolph : Harry Le Sabre

2000 : Trixie (titre original : Trixie) de Alan Rudolph : Senator Drummond Avery

2000 : La Coupe d’or (titre original : The Golden Bowl) de James Ivory : Adam Verver

2001 : The Making of ‘Cape Fear’ (titre original : The Making of ‘Cape Fear’) de Laurent Bouzereau : lui/elle-même

2002 : Intimate Affairs (titre original : Intimate Affairs) de Alan Rudolph : Faldo

2002 : Intimate Affairs (titre original : Intimate Affairs) de Alan Rudolph : producteur / productrice

2003 : L’Homme de la Riviera (titre original : The Good Thief) de Neil Jordan : Bob Montagnet

2003 : Northfork (titre original : Northfork) de Michael Polish : Father Harlan

2003 : This So-Called Disaster: Sam Shepard Directs “The Late Henry Moss” (titre original : This So-Called Disaster: Sam Shepard Directs “The Late Henry Moss”) de Michael Almereyda : Earl

2003 : Hulk (titre original : Hulk) de Ang Lee : The Father

2003 : Bare Knuckle Filming: The Construction Of Northfork (titre original : Bare Knuckle Filming: The Construction Of Northfork) de Matt Polish :

2004 : The Beautiful Country (titre original : The Beautiful Country) de Hans Petter Moland : Steve

2004 : Clean (titre original : Clean) de Olivier Assayas : Albrecht Hauser

2004 : Hôtel Rwanda (titre original : Hotel Rwanda) de Terry George : Colonel Oliver

2005 : Neverwas (titre original : Neverwas) de Joshua Michael Stern : T. L. Pierson

2006 : Off the Black (titre original : Off the Black) de James Ponsoldt : Ray Cook

2006 : Le Guerrier pacifique (titre original : Peaceful Warrior) de Victor Salva : Socrates

2006 : Quelques jours en septembre (titre original : Quelques jours en septembre) de Santiago Amigorena : Elliott

2006 : Nos voisins, les hommes (titre original : Over the Hedge) de Tim Johnson : Vincent (voix)

2006 : Buy the Ticket, Take the Ride (titre original : Buy the Ticket, Take the Ride) de Tom Thurman :

2006 : Paris, je t’aime (titre original : Paris, je t’aime) de Daniela Thomas : Vincent (Parc Monceau)

2007 : Chicago 10 (titre original : Chicago 10) de Brett Morgen : Thomas Foran (voix)

2008 : Les chroniques de Spiderwick (titre original : The Spiderwick Chronicles) de Mark Waters : Mulgarath

2008 : Les Mystères de Pittsburgh (titre original : The Mysteries of Pittsburgh) de Rawson Marshall Thurber : Joe Bechstein

2008 : Tonnerre sous les tropiques (titre original : Tropic Thunder) de Ben Stiller : Four Leaf Tayback

2010 : Comme chiens et chats : La revanche de Kitty Galore (titre original : Cats & Dogs: The Revenge of Kitty Galore) de Brad Peyton : Butch (voix)

2010 : My Own Love Song (titre original : My Own Love Song) de Olivier Dahan : Caldwell

2011 : Zookeeper (titre original : Zookeeper) de Frank Coraci : Bernie (voix)

2011 : Warrior (titre original : Warrior) de Gavin O’Connor : Paddy Conlon

2011 : Arthur, un amour de milliardaire (titre original : Arthur) de Jason Winer : Burt Johnson

2012 : A puerta fría (titre original : A puerta fría) de Xavi Puebla : Mr. Battleworth

2012 : Sous Surveillance (titre original : The Company You Keep) de Robert Redford : Donal Fitzgerald

2013 : L’Affaire Cate McCall (titre original : The Trials of Cate McCall) de Karen Moncrieff : Bridges

2013 : Parker (titre original : Parker) de Taylor Hackford : Hurley

2013 : Gangster Squad (titre original : Gangster Squad) de Ruben Fleischer : Bill Parker

2013 : Hateship Loveship (titre original : Hateship Loveship) de Liza Johnson : Mr. McCauley

2014 : Noé (titre original : Noah) de Darren Aronofsky : Samyaza (voix)

2014 : And the Oscar Goes To… (titre original : And the Oscar Goes To…) de Jeffrey Friedman :

2015 : Randonneurs Amateurs (titre original : A Walk in the Woods) de Ken Kwapis : Stephen Katz

2015 : Asthma (titre original : Asthma) de Jake Hoffman : Werewolf (voix)

2015 : Poacher (titre original : Poacher) de Kriv Stenders : John Hardy

2015 : Return to Sender (titre original : Return to Sender) de Fouad Mikati : Mitchell Wells

2015 : The Ridiculous 6 (titre original : The Ridiculous 6) de Frank Coraci : Frank Stockburn

2015 : Night Run (titre original : Run All Night) de Jaume Collet-Serra : Eddie Conlon

2018 : Du Miel plein la tête (titre original : Head Full of Honey) de Til Schweiger :

2018 : The Padre (titre original : The Padre) de Jonathan Sobol : Nemes

2019 : La Chute du Président (titre original : Angel Has Fallen) de Ric Roman Waugh : Clay Banning

2020 : Last Words (titre original : Last Words) de Marco Serrecchia :

 

Émissions TV

 

1973 : Medical Center (épisode 4, 21) : invité(e) ou non crédité(e)

1973 : Cannon (épisode 16) : invité(e) ou non crédité(e)

1974 : Gunsmoke (épisode 9) : invité(e) ou non crédité(e)

1974 : The Rookies (épisode 17) : invité(e) ou non crédité(e)

1974 : The Streets of San Francisco (épisode 18) : invité(e) ou non crédité(e)

1974 : Emergency! (épisode 19) : invité(e) ou non crédité(e)

1974 : Toma (épisode 17) : invité(e) ou non crédité(e)

1975 : Adams of Eagle Lake (épisode ) : Officer Jerry Troy

1976 : Rich Man, Poor Man (épisode ) : Tom Jordache

1999 : The Academy Awards (épisode 1) : invité(e) ou non crédité(e)

2002 : The View (épisode 137) : invité(e) ou non crédité(e)

2007 : The Tonight Show with Jay Leno (épisode 167, 39, 119) : invité(e) ou non crédité(e)

2012 : Luck (épisode ) : invité(e) ou non crédité(e)

2016 : Graves (épisode ) : President Richard Graves

2019 : The Mandalorian (épisode 1, 2, 7) : Kuiil (voix)

2020 : Paradise Lost (épisode ) : invité(e) ou non crédité(e)

Pedro Pascal – Filmographie complète et biographie

Pedro Pascal – Filmographie complète et biographie

Biographie de Pedro Pascal

 

José Pedro Balmaceda Pascal (né le 2 avril 1975) est un acteur chilien-américain. Pascal a incarné Oberyn Martell dans la quatrième saison de la série fantastique Game of Thrones sur HBO et Javier Peña dans la série policière biographique Narcos sur Netflix. Il a également joué le rôle du mercenaire Pero Tovar dans The Great Wall (2016), celui de l’agent Whiskey dans Kingsman : The Golden Circle (2017) ; Dave York dans The Equalizer 2 (2018) ; et Francisco “Catfish” Morales dans le drame policier Triple Frontier (2019). Il incarne également le personnage principal de la série The Mandalorian de Disney et jouera le rôle de Maxwell Lord dans le prochain film Wonder Woman 1984 de Warner Bros./DC Comics.

 

 

Enfance

 

Pascal est né à Santiago, au Chili. Sa mère, Verónica Pascal Ureta, est psychologue pour enfants et son père, José Balmaceda, est médecin de la fertilité ; son frère cadet, Lucas Balmaceda, est acteur au Chili.

Les parents de Pascal étaient des partisans d’Allende et ont participé au mouvement d’opposition contre la dictature militaire d’Augusto Pinochet au Chili à l’époque de la naissance de Pascal. C’est pourquoi, peu après sa naissance, la famille de Pascal a obtenu l’asile politique au Danemark. La famille a finalement déménagé aux États-Unis et Pascal a été élevé à Orange County, en Californie, et à San Antonio, au Texas. Pascal a participé à la natation de compétition pendant ses premières années et a pris part aux championnats d’État au Texas à l’âge de 11 ans, mais a immédiatement arrêté la natation de compétition après avoir suivi des cours de théâtre. Il a étudié le théâtre à l’Orange County School of the Arts et à la Tisch School of the Arts de l’Université de New York.

 

Carrière

 

Pascal a joué dans plusieurs séries télévisées, dont Buffy contre les vampires, The Good Wife, Homeland, The Mentalist et Graceland. Il est apparu comme le kidnappeur Reggie dans la loi . Il a été choisi comme pilote pour l’adaptation télévisée de Wonder Woman en 2011, mais la série n’a jamais été reprise. En juin 2013, il a été choisi pour incarner Oberyn Martell dans la quatrième saison de la série Game of Thrones sur HBO. Pascal a déclaré qu’il était un grand fan de Game of Thrones avant d’être choisi pour jouer Oberyn et qu’il était ravi de rejoindre. En 2015, Pascal a été choisi pour le rôle de la. Javier Peña, agent de la DEA, dans le spectacle original de Netflix, Narcos. Dans le film Bloodsucking Bastards (2015), Pascal a fait le portrait du vampire Max.

Pascal a une grande expérience de la scène en tant qu’acteur et réalisateur ; il a reçu le Los Angeles Drama Critics Circle Award et le Garland Award pour son rôle dans la production d’Orphans de l’International City Theater, et a joué dans des œuvres classiques et contemporaines. Il a joué Off-Broadway dans Maple and Vine de Jordan Harrison, Beauty of the Father de Nilo Cruz, Based on a Totally True scénariste de Roberto Aguirre-Sacasa, Sand de Trista Baldwin, Old Comedy de David Greenspan, Some Men de Terrence McNally et Shakespeare dans la production de Macbeth de 2006 du Park. Il est membre de la LAByrinth Theater Company de New York.

En avril 2015, Pascal a joué avec Heidi Klum dans le clip de Sia “Fire Meet Gasoline”. En 2017, il a joué le rôle de l’agent Whiskey dans Kingsman de Matthew Vaughn : Le Cercle d’Or et dans le rôle du mercenaire Pero Tovar dans The Great Wall. En 2018, Pascal a joué le rôle de Dave York, le principal antagoniste du film à suspense The Equalizer 2, dont le héros était Denzel Washington.

Pascal joue le rôle titre dans la première série de Star Wars en direct, The Mandalorian, qui a débuté chez Disney en novembre 2019. Il a joué le rôle de Francisco “Catfish” Morales dans le drame policier Triple Frontier (2019). Il a joué le rôle de Maxwell Lord aux côtés de Gal Gadot et Chris Pine dans le film Wonder Woman 1984 de DC Extended Universe, réalisé par Patty Jenkins ; la sortie du film est prévue pour 2020.

 

Vie personnelle

 

Pascal est de langue maternelle espagnole et parle couramment l’anglais. Il vit à New York depuis plus de 20 ans.

 

Filmographie de Pedro Pascal

 

2011 : Sam Axe, La dernière Mission (titre original : Burn Notice: The Fall of Sam Axe) de Jeffrey Donovan : Comandante Veracruz

2011 : Sweet Little Lies (titre original : Sweet Little Lies) de William J. Saunders : Paulino

2011 : L’Agence (titre original : The Adjustment Bureau) de George Nolfi : Maitre D’ Paul De Santo

2015 : Exposed (titre original : Exposed) de Patty Jenkins : Oscar Castro Vargas

2015 : Bloodsucking Bastards (titre original : Bloodsucking Bastards) de Brian James O’Connell : Max

2016 : La Grande muraille (titre original : The Great Wall) de Zhang Yimou : Pero Tovar

2016 : The Earliest Show (titre original : The Earliest Show) de Ben Schwartz : lui/elle-même

2017 : Kingsman : Le Cercle d’or (titre original : Kingsman: The Golden Circle) de Matthew Vaughn : Jack Daniels / Whiskey

2018 : Equalizer 2 (titre original : The Equalizer 2) de Antoine Fuqua : Dave York

2018 : Prospect (titre original : Prospect) de Zeek Earl : Ezra

2018 : Si Beale Street pouvait parler (titre original : If Beale Street Could Talk) de Barry Jenkins : Pietro Alvarez

2019 : Triple frontière (titre original : Triple Frontier) de J.C. Chandor : Francisco ‘Catfish’ Morales

2020 : Window Shopping (titre original : Window Shopping) de Freya Billington : David (as Pedro Balmaceda)

2020 : Tropico (titre original : Tropico) de Giada Colagrande : Mark

2020 : Wonder Woman 1984 (titre original : Wonder Woman 1984) de Patty Jenkins : Maxwell Lord

2020 : Iris (titre original : Iris) de Maya Anand : Billy

2020 : We Can Be Heroes (titre original : We Can Be Heroes) de Robert Rodriguez :

2020 : I Am That Girl (titre original : I Am That Girl) de B. Hayward Randall : Noah

2021 : L’Insupportable poids de l’immense talent (titre original : The Unbearable Weight of Massive Talent) de Tom Gormican :

 

Émissions TV

 

1999 : Buffy the Vampire Slayer (épisode 1) : Eddie

2009 : The Good Wife (épisode 8, 13, 14, 15) : Nathan Landry

2011 : Charlie’s Angels (épisode 5) : invité(e) ou non crédité(e)

2011 : Brothers and Sisters (épisode 16, 15) : Zach Wellison

2013 : Nikita (épisode 8) : Liam

2013 : Graceland (épisode 2, 3, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12) : Juan Badillo

2013 : Red Widow (épisode 1, 2) : invité(e) ou non crédité(e)

2014 : The Mentalist (épisode 1, 16, 18, 19, 20, 21, 22) : Agent Marcus Pike

2014 : Game of Thrones (épisode 1, 2, 3, 5, 6, 7, 8, 14) : Oberyn Martell

2015 : Narcos (épisode ) : Javier Peña

2019 : The Mandalorian (épisode ) : The Mandalorian

2020 : The Darkest Timeline with Ken Jeong & Joel McHale (épisode 12) : lui/elle-même

The Mandalorian Saison 1 – Chapitre 2 : infos, résumé et secrets de tournage

The Mandalorian Saison 1 – Chapitre 2 : infos, résumé et secrets de tournage

Durée : 31 minutes | Genre : Action, Aventures, Science-Fiction | Diffusion : 15 novembre 2019

Réalisateur : Rick Famuyima | Scénariste(s) : Jon Favreau

Acteurs : Pedro Pascal, Carl Weathers, Werner Herzog, Omid Abtahi, Nick Nolte, Taika Waititi, John Beasley, Horatio Sanz, Tait Fletcher, Ryan Watson, Dmitrious Bistrevsky, Chris Bartlett, Brian Posehn, Emily Swallow, Misty Rosas…

 

Résumé

 

Le Mandalorien passe avec l’Enfant dans un berceau flottant, il regarde autour de lui et dessine le blaster dans sa poignée. Il est alors pris en embuscade par plusieurs Trandoshans armés, qui brandissent des vibro-axes. Le Mandalorien riposte avec son trident et les soumet. L’un des assaillants tente de tuer l’enfant et le Mandalorien l’abat. Le Mandalorien voit un pisteur au sol. Plus tard, au crépuscule, l’Enfant regarde le Mandalorien qui tente de soigner une blessure à son bras gauche. Ayant pitié de son protecteur, l’Enfant tente de le toucher avec sa patte, mais le Mandalorien refuse son offre. Le Mandalorien tente de réparer une machine. Ayant pitié de l’Enfant, il l’enveloppe d’une couverture.

Le jour suivant, le Mandalorien et l’Enfant découvrent qu’un clan de Jawas récupère et pille le vaisseau. Après les avoir étudiés avec un télescope, le Mandalorien tire sur l’un des Jawas avec son blaster, provoquant leur dispersion. Le Mandalorien tire encore quelques coups. L’un des Jawas riposte et le Mandalorien l’abat. Les Jawas se retirent à bord de leur chenille de sable et le Mandalorien tire à l’arrière. Le Mandalorien grimpe sur une échelle de service du châssis de la chenille de sable. L’un des Jawas le repère et informe les conducteurs, qui manoeuvrent le chariot de sable le long d’une paroi rocheuse pour tenter de l’écraser. Le Mandalorien parvient à éviter la mort et s’accroche à la coque du chariot de sable. Les mâchoires lui lancent des débris et des objets. L’enfant suit le Mandalorien et les Jawas dans son berceau flottant.

Évitant les débris, le Mandalorien utilise un câble de préhension pour atteindre le sommet du chariot de sable. Les Jawas lui lancent des débris et il les esquive. Lorsqu’il atteint le sommet, les Jawas délogent la plate-forme autour de laquelle il avait attaché le câble de grappin. Cependant, le Mandalorien parvient à s’accrocher à la chenille de sable et jette un Jawa hors du véhicule. Lorsqu’il atteint le sommet, il est confronté à plusieurs Jawas armés qui lui tirent dessus à l’aide d’une bombe à ions, le faisant tomber par terre.

Plus tard, le Mandalorien se réveille et trouve l’enfant dans son berceau tout proche. Le Mandalorien et l’Enfant retournent à la crête du rasoir, qui a été dépouillée de ses câbles et de ses pièces. Il tente d’alimenter le navire mais les Jawas l’ont mis à nu et les ont échoués sur Arvala-7. Le Mandalorien et l’Enfant voyagent dans le désert, en marchant sur un plateau. Ils atteignent la ferme d’humidité de Kuiil où le fermier d’humidité Ugnaught répare un évaporateur d’humidité. Kuiil pense que le Mandalorien a péri et est surpris de le voir vivant. L’Ugnaught étudie l’enfant et s’étonne que ce soit la cause de toute cette agitation. Le Mandalorian confirme que l’objet était un enfant et Kuiil comprend maintenant pourquoi le client voulait qu’il soit livré vivant.

Le Mandalorian dit à Kuiil que son navire a été détruit et qu’il est bloqué ici. Kuiil souligne que les Jawas volent et ne détruisent pas Le Mandalorien dit que cela ne fait aucune différence pour lui et que les Jawas sont protégés par la “forteresse rampante” et qu’il n’a aucun moyen de récupérer les pièces. Pendant ce temps, l’enfant s’intéresse à une grenouille. Kuiil lui propose de faire du commerce avec les Jawas. Le Mandalorien pense qu’il est fou mais Kuiil lui répond qu’il a parlé. Les deux regardent l’Enfant avaler la grenouille en entier.

Les deux voyagent dans la nuit avec Kuiil à bord d’un blurrg qui dessine un aéroglisseur portant le Mandalorian et l’Enfant. Les trois s’approchent du clan Jawa le lendemain matin. Les Jawas accueillent Kuiil, qui parle leur langue, mais fait un affront à la présence du Mandalorien. Lorsque Kuiil remarque l’hostilité des Jawas envers le Mandalorien, ce dernier admet en désintégrer plusieurs.

Traduisant pour le Mandalorien, Kuil lui dit qu’il doit déposer ses armes. Le Mandalorien refuse car il prétend que les armes font partie de sa religion. Kuiil lui répond que s’il ne le fait pas, il ne pourra pas récupérer ses pièces. Le Mandalorien obéit à contrecœur. Kuiil convainc également le Mandalorien de laisser son blaster derrière lui. L’enfant regarde depuis le traîneau.

Les Jawas proposent d’échanger les pièces du vaisseau du Mandalorien contre son armure de beskar. Le Mandalorien refuse et échange des barbes avec les Jawas dans leur langue. Un des Jawas raconte qu’il ressemble à un Wookiee. Le Mandalorien perd son sang-froid et tente d’intimider les Jawas avec un lance-flammes. Cependant, Kuiil le retient et prend en charge les négociations. Comme le Mandalorien ne veut pas échanger son armure de beskar, il demande ce que le Mandalorien peut échanger d’autre.

Le chef Jawa propose l’enfant, mais le Mandalorien leur dit de s’en éloigner. Les Jawas délibèrent et un interprète dit à Kuiil et au Mandalorien qu’ils rendront les parties du Mandalorien s’il obtient l'”Oeuf” pour eux.

Les Jawas invitent le Mandalorien, Kuil et l’Enfant à monter avec eux à l’intérieur de la chenille de sable. La chenille de sable s’arrête près d’une série de formations rocheuses. Le Mandalorien et l’Enfant descendent et marchent à travers les formations rocheuses vers une grotte. Il se tient à l’extérieur de la grotte et sort son arme. L’enfant attend dans son berceau flottant pendant que le Mandalorien s’aventure à l’intérieur de la grotte. Il apporte une torche et voit plusieurs os. Le Mandalorien rencontre une grande créature dotée d’une grande corne frontale pointue et d’une peau laineuse constituée de végétation et de mousse.

Le Mandalorien se tient debout et se précipite pour recharger son blaster. La créature charge en avant et jette le Mandalorien puis repère le berceau flottant de l’Enfant et s’élance vers l’avant, mais l’Enfant l’esquive. Pendant ce temps, le Mandalorien, qui active son lance-flammes contre la créature qui se replie dans son antre, mais le Mandalorien s’y accroche avec une ligne de grappin. L’enfant aide le Mandalorien en utilisant la Force pour suspendre la créature en l’air. Cela donne au Mandalorien assez de temps pour lui enfoncer son couteau dans la tête et le tuer.

Le Mandalorien s’approche de l’enfant, qui est accablé par l’effort de la Force et s’endort dans son berceau. Le Mandalorien retourne dans la grotte du cor de boue et récupère un œuf dans la boue et la paille. Il se rend compte que l’œuf appartient au cor de boue qu’il a tué. De retour à la chenille de sable, Kuiil dit aux Jawas impatients d’attendre un peu plus longtemps. Les Jawas l’ignorent et rétractent leur chenille de sable, se préparant à partir. Juste à ce moment, le Mandalorien et l’Enfant reviennent avec l’œuf du cor de boue, Kuiil est heureux que ses amis aient survécu. Les Jawas sont excités et se précipitent pour recevoir l’Œuf du Mandalorien. Le chef des Jawa coupe le haut de l’œuf avec son couteau. Les Jawas se régalent du jaune d’œuf tandis que le Mandalorien détourne le regard.

Le Mandalorien parle à Kuiil, lui disant qu’il est surpris d’avoir attendu. Kuiil lui répond qu’il est surpris que cela lui ait pris autant de temps. Kuill, le Mandalorien et l’Enfant retournent à la crête du rasoir en traînant le traîneau qui est maintenant chargé des pièces récupérées du navire du Mandalorien. Kuiil demande alors au Mandalorien si l’Enfant dort encore ou s’il est blessé. Le Mandalorien ne pense pas que l’Enfant ait été blessé physiquement. Kuiil dit qu’il ne comprend toujours pas ce qui s’est passé pendant le combat du Mandalorien avec le cor de boue. Le Mandalorien ne l’admet pas non plus. Ils s’approchent de l’épave du Razor Crest.

Le Mandalorien pense qu’il lui faudrait des jours pour réparer l’écusson du rasoir sans une installation de maintenance adéquate. Kuiil aide le Mandalorien à réparer le navire, disant qu’il y a beaucoup de travail à faire. En travaillant ensemble, ils parviennent à réparer et à restaurer les systèmes et les pièces du navire.

Plus tard, le Mandalorien dit à Kuiil qu’il ne le remerciera jamais assez et lui propose de partager une partie de la récompense. Kuiil dit qu’il ne peut pas l’accepter parce que le Mandalorien est son invité et qu’il est donc au service du Mandalorien. Le Mandalorien dit à Kuiil qu’il pourrait utiliser un membre de l’équipage de sa compétence et lui propose de le payer grassement. Kuiil dit qu’il serait honoré mais qu’il a passé sa vie à travailler pour être libéré de la servitude.

Le Mandalorian comprend et remercie les Ugnaught. En retour, Kuiil remercie le Mandalorien d’avoir apporté la paix dans sa vallée avant de monter son blurrg. Avant de partir, il souhaite une bénédiction sur l’Enfant, espérant qu’elle apportera une belle récompense au Mandalorien. Il dit qu’il a parlé pendant que le Mandalorien regarde.

Le Mandalorien se dirige vers le cockpit avec l’Enfant. Il met en marche les moteurs du Razor Crest. En regardant de l’extérieur, Kuiil fait ses adieux alors que le navire du Mandalorien s’envole dans le ciel puis dans l’espace. Le Mandalorien surveille l’enfant endormi en silence pendant le vol. L’enfant commence à remuer dans son berceau et pleure.

 

 

Secrets de production

 

Réalisé par Rick Famuyiwa (The Wood, Dope) à partir d’un scénario du créateur de la série Jon Favreau, Chapter 2 : The Child“double les références occidentales tout en apportant d’autres influences. Il est rempli d’images saisissantes d’un homme (et d’un enfant) marchant dans un paysage désolé et rempli d’ennemis, mais aussi d’un monstre géant dans la lignée des autres bêtes de Star Wars inspirées par les créations en stop-motion de Ray Harryhausen. L’imagerie du dur à cuire et de la charrette de bébé fait également un clin d’œil à Lone Wolf and Cub, une série de mangas des années 70 très appréciée et très adaptée, qui raconte l’histoire d’un maître épéiste errant dans le Japon féodal à la recherche d’une vengeance, avec son jeune fils à sa remorque (et la voiture de son fils armée).