Sélectionner une page

Avouez-le, vous ne ratiez pas une seule trilogie du samedi et les soirées Star Trek entre copains faisait partie de votre capital fun du weekend. Mais soyons honnête, malgré notre attachement viscéral à ces sympathiques héros des 90’s, on ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire devant leur jeu d’acteur hasardeux et leurs coupes aux brushing outrageux, sérieusement passées de mode. Zoom sur ces séries cultes et délicieusement kitsch, à l’époque où Netflix n’était même pas un embryon.

L’incroyable Hulk (1977-1982)

Nous on l’aimait bien ce géant vert sur petit écran. On vous l’accorde, le scénario très bateau se résumait principalement au schéma : situation catastrophe / personne en danger / David Banner à la rescousse qui tentait (comiquement) de maîtriser son monstre intérieur surgissant de ce corps beaucoup trop bodybuildé. A ce propos, saviez-vous que le Dr Banner et Hulk étaient joués par deux acteurs différents ? A l’arrivée du vilain, Bill Bixby cédait la place à Lou Ferrigno et ses bras d’acier.

MacGyver (1985-1992)

series-cultes-mcgyverIl n’y a pas à dire, Richard Dean Anderson aka le cultissime MacGyver avait un peu la classe. Souvenez-vous de cet agent secret intrépide et son couteau suisse multifonctions ! Bon, on ne peut quand même pas nier qu’il poussait un peu trop loin son côté bricolo avec ses pommes de terre en guise de pile de réveil et ses braises charmeuses de serpent. Mais secrètement, on en crevait de jalousie…

Star Trek (1966-1969)

series-cultes-star-trekEn regardant le spin off de la série originelle, on se dit qu’elle a pris un sacré coup de vieux. Le vaisseau Enterprise nous fait légèrement penser à un jouet flanqué sur un système solaire rafistolé. Mais dans le fond, on admirait la « gueule » cinématographique du capitaine Kirk (William Shatner) et son acolyte vulcain Spock (Leonard Nimoy) partant à la découverte des nouveaux mondes avec leur équipage. Pas vrai ?

Supercopter (1984-1987)

series-cultes-supercopterDifficile de faire un scénario plus kitschesque : Springfellow et son comparse Dominic Santini (Ernest Borgnine) travaillent pour un certain Archangel toujours affublé d’un costume blanc et d’un bandeau de pirate. Après avoir récupéré l’hélico le plus badass de la CIA, ils refusent de le rendre et le cachent dans un volcan, qui faisait l’objet d’un rituel à chaque fois que l’on sortait l’engin de sa tanière. Et que dire de la musique eighties ? Un hélico mortel, à tel point qu’il s’écrasa sur l’une des doublures de Jean-Michael Vincent (Springfellow)…

Wonder Woman (1975-1979)

Le fabuleux costume à paillettes rouge et bleu de cette super-héroïne sulfureuse était magique ! Petite piqûre de rappel : la série nous plonge durant la Seconde Guerre Mondiale lorsque l’avion du Major Steve Trevor s’écrase au beau milieu d’une île paumée des Bermudes, habitée uniquement par des amazones dotées de super-pouvoirs. Comble du kitsch, la princesse des lieux (qui n’est autre que la divine Lynda Carter) a le don de se transformer en Wonder Woman en virevoltant sur elle-même. Mais bon sang elle en jetait.

 

V (1983-1985)

series-cultes-vDans nos jeunes années, ces mystérieux ovnis survolant New York nous flanquaient un peu la trousse. Surtout qu’ils tentaient de nous pomper toute notre eau les saligauds ! Certes, revoir aujourd’hui ces lézards mangeurs d’homme débarquer à Manhattan ne nous fait pas vraiment le même effet : un vaisseau vieillot, une voix d’ordinateur centenaire, un générique façon feu de l’amour extra-terrestre… Mais rien que pour la madeleine de Proust, on adore.

K2000 (1982-1986)

series-cultes-k2000Ah l’incroyable David Hasselhoff en Michael Knight, ce chevalier des temps modernes et sa super voiture équipée d’un ordinateur tellement futuriste qu’on en restait baba. Disons qu’avec l’évolution de la technologie actuelle, la Firebird nous fait plutôt l’effet d’un joujou passé de mode. Mais comment ne pas se déhancher au rythme de son mythique générique qui accompagnait l’automobile légendaire dans sa traversée du désert ? Un son indémodable !

Sliders (1995-2000)

series-cultes-slidersLe scénario déboîtait pas mal à l’époque : Quin Mallory (Jerry O’Connell) véritable geek de la physique invente un appareil directement connecté à des réalités parallèles. On dit bien à l’époque car les effets spéciaux méritent un bon coup de pinceau. Non, on ne mentionnera pas le vortex façon bullet points sur Windows 95… N’empêche qu’à l’époque, on se serait bien téléportés nous aussi.

Twin Peaks (1991)

series-cultes-twin-peaksDans la série au look le plus 90’s de sa génération, je demande Twin Peaks ! Mais malgré son générique vieillot (rappelez-vous du noms des acteurs en vert fluo sur fond de montagnes embrumées), sa bourgade imaginaire – affreusement kitsch une fois de plus – impossible de ne pas binge-watcher cette œuvre d’art signée David Lynch.

Le pitch ? La soi-disant bien sous tous rapports Laura Palmer est retrouvée morte au bord d’un lac. Et les mystères commencent… Pour la petite anecdote, l’acteur Frank Silva alias Killer Bob, le grand méchant de la série, était à l’origine un technicien dont le reflet est apparu accidentellement durant un tournage !

Si cet article vous a plu, retrouvez notre article spécial séries des années 90 ! On y retrouve plein de bonnes choses : Dylan et Brenda de Beverly Hills 90210, Chandler, Monica, Ross et consorts de Friends, les épanchements métaphysiques de Dawson etc…

A lire aussi