Sélectionner une page

Batman, Superman, Captain Marvel et j’en passe… Les aventures de nos super-héros préférés nous faisaient tous rêver après les cours pendant ces heures de lecture enfiévrées. Hélas, leur adaptations sur le petit et grand écran n’ont pas toujours été à la hauteur de nos attentes ! Après notre reportage sur les pires films de la franchise DC Comics, focus sur les séries DC Comics les plus nanardesques…

Les séries DC Comics les plus kitsch : une histoire qui remonte aux années 50

Adventures of Superman (1952 – 1958)

series-dc-comics-superman

« C’est un oiseau ? C’est un avion ? Non, c’est Superman ! »
La première série centrée sur l’Homme d’Acier mit les petits slips dans les grands : avec une diffusion en couleur dès la saison 3, des scènes d’action à faire pâlir Michael Bay et un succès grandement du au charisme de George Reeves. Après 104 épisodes et 6 saisons de bons et loyaux services, la série s’achèvera à la mort de son acteur principal.

Initialement sponsorisée par Kellogg’s, les acteurs de la série firent plusieurs apparitions dans des pubs, peut-être pour donner assez de force à Reeves qui devait joyeusement sauter sur un trampoline pour chaque entrée en scène de Superman.

Batman (1966series-dc-comics-batman – 1968)

Le Chevalier Noir n’a jamais aussi mal porté ce titre que sous les traits d’Adam West pendant les 120 épisodes que durèrent la série. La chaîne américaine ABC eu ainsi l’honneur de présenter ce qu’on peut définir comme une parodie de Batman. Kitsch dans ses costumes et ses décors, nanardesque dans ses situations ou tout simplement hilarant dans ses dialogues et dans le jeu de ses acteurs, les 3 saisons du show sont devenues cultes. Mais suite à des désaccords au sein de la production, Batman raccrocha les batarangs.

Devant les pas de danse de ce bon vieux Batou, un caméo du Père Noël ou encore les scènes d’escalade totalement filmées de biais, force est de constater que la série assume pleinement son côté nanar… pour le plus grand plaisir des internautes !

Shazam! (1974 – 1977)

series-dc-comics-shazamVous connaissez la formule. En 1974, la chaîne CBS mettait en scène Michael Gray dans la peau de Billy Batson et Jackson Bostwick (remplacé par John Davey pour les derniers épisodes) en son alter-égo Captain Marvel (non, pas celle qui s’apprête à tataner Thanos). Le show durera quelques 28 épisodes dont 3 épisodes cross-over avec la série The Secret of Isis.

Un gamin chevelu et son ami de 40 ans son aîné qui parcourent la Californie au volant d’un camping-car : le côté conte moralisateur et les quelques 5 minutes de temps d’écran de Captain Marvel dans chaque épisode, ajouté aux vers de terre aliens intelligents ont propulsé Shazam! au rang de prouesse imaginative.

The secret of Isis (1975 – 1977)

series-dc-comics-secret-isisJoanna Cameron prêta ses traits à Andrea Thomas, une professeur de sciences qui possède une amulette égyptienne lui permettant d’acquérir les pouvoirs des éléments, et grosso modo de la transformer en déesse. Tout comme Captain Marvel, elle devra s’échauffer la voix en criant le nom de la divinité concernée afin de se transformer. Ses 22 épisodes en 2 saisons furent diffusés sur CBS, la chaîne cherchant visiblement à faire la morale aux enfants puisque Isis – tout en cassant habilement le 4e mur comme ce bon vieux Deadpool – prenait l’habitude de nous enseigner une leçon à chaque fin d’épisode.

 

 

Wonder Woman (1975 – 1979)

series-dc-comics-wonder-womanAh, Lynda Carter et ses iconiques bracelets ! En 60 épisodes diffusés sur ABC et CBS, Wonder Woman a marqué son époque par son look de pom-pom girl patriote et par sa carrure. Ses tours sur elle-même pour revêtir son costume et aller se frotter aux nazis sont ancrés dans la culture pop d’aujourd’hui, mais il faut reconnaître que l’histoire ne retiendra pas son mythique maillot de bain sur mesure…

Superboy (1988 – 1992)

series-dc-comics-superboy

Avant la série Smallville, la jeunesse de Superman a été présentée dans cette série en 100 épisodes. Son ton plus sombre attira de bonnes audiences mais les divergences au sein de la production et le changement d’acteur principal à partir de la saison 2 (John Haymes Newton puis Gerard Christopher) amenèrent Warner à remplacer la série par une autre, la fameuse Loïs & Clark.

Quoi qu’il en soit, on y retrouvait l’essence de Superman : la mèche rebelle, les collants, le masque très réaliste de Bizarro… tout on vous dit !

series-dc-comics-flash

The Flash (1990 – 1991)

John Wesley Shipp incarne le bolide écarlate pendant les 22 épisodes de la seule saison du show sur CBS. A grand renfort de costume en velours et de chemises trop grandes, la série n’en restait pas moins solide dans ses effets spéciaux – pour l’époque ! – et c’est ce qui la perdra puisqu’elle fut arrêtée car jugée trop coûteuse pour la chaîne… On en retiendra quand même son générique façon Fast and Furious !

Et vous, êtes-vous nostalgique de ces séries DC kitsch ? N’hésitez pas à commenter et à faire notre test de personnalité pour découvrir à quel héros tu ressembles !

A lire aussi