Sélectionner une page

Si les héros Marvel ont acquis une popularité grandissante grâce aux films du MCU, Spider-Man a depuis bien longtemps tissé sa toile dans le cœur des fans. De par son apparition dans de nombreux médias, aussi bien au cinéma qu’en série d’animation, et même en jeu vidéo, Peter Parker a fait partie intégrante de l’enfance de nombreux fans. Pour autant, les films sur notre héros n’ont pas toujours fait justice au personnage : entre les rachats de droits par différents studios, des acteurs qui ne convainquaient pas ou autres projets avortés, Spider-Man ne cesse de faire parler de lui, et ce depuis plusieurs décennies ! Si vous avez aimé notre classement des 25 meilleurs comics Spider-Man, vous aimerez notre rétrospective de l’Homme Araignée sur le petit et grand écran. Attention, nostalgie…

 

The Amazing Spider-Man

Série télé avec Nicholas Hammond et Robert F. Simon (1977 – 1979)

spider-man-films-series-70

Notre Tisseur préféré est apparu pour la première fois sur les écrans de télévision dans les années 70 dans la série TV The Amazing Spider-Man. Nicholas Hammond y prêtait ses traits à Peter Parker, tandis que Fred Waugh se chargeait de jouer Spidey dans son costume.

Le pilote a été diffusé sous la forme d’un téléfilm en 1977, et a par la suite été remonté dans le but de proposer un long métrage diffusable au cinéma sous le titre de l’Homme Araignée. La série a connu deux saisons de 1978 à 1979 avant d’être annulée subitement, malgré des audiences et critiques covnenables. La vraie raison reste floue, et pourrait être le fruit de plusieurs éléments : Stan Lee aurait ouvertement critiqué la série, tandis que les fans déploraient l’absence des vilains iconiques du Tisseur…

spider-man-film-serie-nicholas-hammond-min

Certains épisodes en deux parties ont été également proposés comme films faisant la part belle à l’action : La riposte de l’Homme Araignée en 1978 issu de la première saison, et Spider-Man défie le Dragon en 1979 en tant que final de la seconde et dernière saison.

Les fans retiennent malgré tout l’aspect vintage forcément comique de la série, qui garde tout de même une fanbase parmi les fans du Tisseur ayant grandis avec. Cependant la série n’a pas rencontré le succès critique et commercial d’autres séries de super-héros comme Hulk ou Wonder-Woman.

 

Spider-Man: The Animated Series

Série d’animation produite par Stan Lee et Avi Arad

 

Son générique a marqué toute une génération : Spider-Man, l’homme-araignée (ou Spider-Man : The Animated Series en VO) est une série animée en 5 saisons (65 épisodes), diffusée en France de 1996 à 1999 (aux USA la série a été diffusée du 19 novembre 1994 au 31 janvier 1998). Nombreux sont les enfants à avoir découvert le Tisseur dans cette série, qui faisait la part belle aux combats contre le Dr Octopus, le Caïd, le Lézard, et compagnie.

Encore culte aujourd’hui, et source de bons nombres de memes sur internet, la série a le charme des dessins animés de notre enfance diffusés dans les années 90 : Batman et Justice League ont également tendance à éveiller en certains d’entre nous des frissons rien qu’avec leurs génériques.

En français, Nicolas Marié était chargé de donner vie à Peter Parker, tandis qu’Évelyne Séléna se chargeait de prêter sa voix à Mary-Jane Watson et Tante May. Spider-Man, l’homme-araignée est disponible en coffret DVD en version intégrale, pour ceux souhaitant retomber en enfance le temps d’un petit déjeuner.

Première saison (1994-1995)

 

  1. Le Lézard de la nuit (Night of the Lizard)
  2. L’Araignée robot (The Spider Slayer)
  3. Le Retour des araignées robots (Return of the Spider-Slayers)
  4. La Menace de Mystério (The Menace of Mysterio)
  5. La Science mène à tout (Doctor Octopus Armed and Dangerous)
  6. La Piqûre du Scorpion (The Sting of the Scorpion)
  7. Kraven le chasseur (Kraven The Hunter)
  8. La Combinaison extra-terrestre, 1re partie (The Alien Costume (Part I)
  9. La Combinaison extra-terrestre, 2e partie (The Alien Costume (Part II)
  10. La Combinaison extra-terrestre, 3e partie (The Alien Costume (Part III)
  11. Le Bouffon Vert, 1re partie (The Hobgoblin (Part I)
  12. Le Bouffon Vert, 2e partie (The Hobgoblin (Part II)
  13. Le Jour du Caméléon (Day of the Chameleon)

Deuxième saison (1995-1996)

 

  1. Les Six Affreux (The Insidious Six)
  2. Une bataille sans merci (Battle of the Insidious Six)
  3. Une eau malsaine (Hydro-Man)
  4. Une Potion dangereuse (The Mutant Agenda)
  5. La Revanche des Mutants (Mutants Revenge)
  6. Morbius (Morbius)
  7. Un justicier terrifiant (Enter The Punisher)
  8. Le Combat des Chasseurs (Duel of the Hunters)
  9. Blade, le Chasseur de Vampires (Blade the Vampire Hunter)
  10. Le Vampire immortel (The Immortal Vampire)
  11. La Table du temps (Tablet of Time)
  12. Les Ravages du temps (Ravages of Time)
  13. Le Cri du Vautour (Shriek of the Vulture)
  14. Le Cauchemar final (The Final Nightmare)

Troisième saison (1996)

 

  1. Un étrange docteur (Doctor Strange)
  2. Faites un vœux (Make a Wish)
  3. L’Attaque de l’OctoRobot (Attack of the Octobot)
  4. Bouffonnerie (Enter the Green Goblin)
  5. Une bonne leçon (Rocket Racer)
  6. Pris au piège (Framed)
  7. Un allié précieux (The Man Without Fear)
  8. Un adversaire inattendu (The Ultimate Slayer)
  9. Une vieille rancune (Tombstone)
  10. Le Retour de Venom (Venom Returns)
  11. Carnage (Carnage)
  12. Les Trous noirs (The Spot)
  13. Le Combat des Bouffons (Goblin Wars)
  14. Une soirée à risques (Turning Point)

Quatrième saison (1997)

 

  1. Coupable (Guilty)
  2. Le Chat (The Cat)
  3. La Beauté du Diable (The Black Cat)
  4. Le Retour de Kraven (The Return Of Kraven)
  5. La Belle équipe (Partners)
  6. Le Réveil (The Awakening)
  7. La Reine des Vampires (The Vampire Queen)
  8. Le Retour du Bouffon Vert (The Return Of The Green Goblin)
  9. La Recherche de Mary Jane (The Haunting Of Mary Jane)
  10. Le Roi des lézards (The Lizard King)
  11. Le Rôdeur (The Prowler)

Cinquième saison (1997-1998)

  1. Le Mariage (The Wedding)
  2. Les Six Combattants oubliés, 1re partie (Six Forgotten Warriors, Chapter I)
  3. Les Six Combattants oubliés, 2e partie : L’Héritage oublié (Six Forgotten Warriors, Chapter II: Unclaimed Legacy)
  4. Les Six Combattants oubliés, 3e partie : Le Secret des Six (Six Forgotten Warriors, Chapter III: Secrets of the Six)
  5. Les Six Combattants oubliés, 4e partie : Les Six reviennent se battre (Six Forgotten Warriors, Chapter IV: The Six Fight Again)
  6. Les Six Combattants oubliés, 5e partie : Le Prix de l’héroïsme (Six Forgotten Warriors, Chapter V: The Price of Heroism)
  7. Le Retour d’Hydro-man, 1re partie (The Return of Hydro-Man Part I)
  8. Le Retour d’Hydro-man, 2e partie (The Return of Hydro-Man Part II)
  9. Les Guerres secrètes, 1re partie : Un conflit venu d’ailleurs (Secret Wars, Chapter I: Arrival)
  10. Les Guerres secrètes, 2e partie : Une opération manquée (Secret Wars, Chapter II: The Gauntlet of the Red Skull)
  11. Les Guerres secrètes, 3e partie : Un monde parfait (Secret Wars, Chapter III: Doom)
  12. Le Dernier Combat, 1re partie : Des alliés inattendus (Spider Wars, Chapter I: I Really, Really Hate Clones)
  13. Le Dernier Combat, 2e partie : Adieu, Spider-Man (Spider Wars, Chapter II: Farewell, Spider-Man)

 

Spider-Man 1, 2 et 3

Trilogie réalisée par Sam Raimi (2002, 2004, 2007)

 

Nombreux sont les fans de Spider-Man à élever la trilogie de Sam Raimi au rang d’œuvre incontournable. Premier film Spider-Man à sortir au cinéma (sans compter les épisodes montés de la série TV des années 70) sous les traits de Tobey Maguire, Spider-Man et ses deux suites ont su conquérir le cœur des fans, malgré que certains affirment qu’il aurait mal vieilli.

Le casting est grandiose : Kirsten Dunst dans le rôle de MJ tandis que Willem Dafoe porte le costume du terrifiant Bouffon Vert que reprendra son fils (James Franco). La trilogie produite par Sony Pictures nous montrait de manière touchante la double vie de Peter Parker / Spider-Man à New York. À l’époque, pas d’Avengers en vue : Big Apple n’avait d’yeux que pour le Tisseur, et la dimension héroïque du personnage était parfaitement illustrée (la scène du train de Spider-Man 2 continue de donner des frissons, quoi qu’on en dise !).

Les deux premiers films sortis en 2002 et 2004 ont reçu des critiques quasi unanimes lors de leur sortie, bien qu’aujourd’hui le jeu d’acteur et le côté quelque peu larmoyant de Tobey Maguire à tendance à énerver certains fans. Spider-Man 3, quant à lui, à plus divisé les spectateurs et les fans de comics, qui pointaient notamment du doigt le traitement réservé à Venom, némésis ô combien iconique du héros. Ce qui n’a pas empêché le film d’engranger 890 871 626 $ au box-office mondial après sa sortie en 2007, faisant de lui le film Spider-Man le plus lucratif de l’histoire… pour le moment.

spider-man-film-sam-raimi-venom

Quoi qu’il en soit, la trilogie de Raimi conserve toujours des millions de fans, et on retiendra principalement le développement de Peter Parker à travers ces trois films, le poids des responsabilités mis en avant, l’interprétation parfaite de J.K. Simmons en J.J. Jameson, et ce petit quelque chose de vraiment héroïque qu’on attend encore de trouver dans les films Spider-Man version MCU.

Pour l’anecdote, Sam Raimi avait prévu de réaliser un quatrième volet où Spider-Man affronterait le Vautour et Mysterio, un projet malheureusement avorté avant le tournage… Le super-vilain maître des illusions devra ainsi attendre la sortie de Spider-Man : Far From Home pour enfin apparaître à l’écran.
La trilogie de Raimi est disponible sur Netflix, pour les nostalgiques qui auraient déjà binge-watché toutes les saisons de Stranger Things !

 

Méchants de la trilogie :

  • Dennis Carradine : incarné par Michael Papajohn dans Spider-Man, puis lors de flashbacks dans Spider-Man 3.
  • Le Bouffon vert (Norman Osborn) : joué par Willem Dafoe dans Spider-Man. Il réapparaît en tant qu’hallucinations de son fils Harry dans Spider-Man 2 et Spider-Man 3.
  • Le Docteur Octopus (Otto Octavius) : incarné par Alfred Molina dans Spider-Man 2 (et mentionné dans le premier).
  • Le second Bouffon vert (Harry Osborn) : incarné par James Franco dans Spider-Man, Spider-Man 2 et Spider-Man 3. Notons qu’il n’endosse son identité de Bouffon Vert qu’à partir du 3e film.
  • L’Homme-sable : incarné par Thomas Haden Church dans Spider-Man 3.
  • Venom (Eddie Brock) : incarné par Topher Grace dans Spider-Man 3.

 

The Amazing Spider-Man 1 & 2

Diptyque réalisé par Marc Webb (2012 et 2014)

spider-man-film-marc-webb

 

Ayant énormément de détracteurs, le reboot de la franchise par Sony Pictures avec Andrew Garfield et Emma Stone en fer de lance n’a pourtant pas que des défauts, loin de là ! Avec le réalisateur Marc Webb derrière la caméra, The Amazing Spider-Man est sorti en 2012, après l’annonce d’un reboot en 2011, suite à la décision de Sam Raimi d’abandonner son projet d’un Spider-Man 4, suite à des divergences d’opinion avec le studio.

Rebelote : mort de l’once Ben, poids des responsabilités, découverte de l’identité secrète du héros… The Amazing Spider-Man s’éloigne néanmoins des sentiers battus en proposant un ton volontairement plus sombre, et une origin-story qui prend certaines libertés, notamment en ce qui concerne les parents de Peter. Quant à ce dernier, le jeu d’Andrew Garfield a divisé des millions de fans, certains le trouvant parfait pour le rôle et attachant, et d’autres tout simplement horripilant.

Sa suite, The Amazing Spider-Man : Le destin d’un héros, sortie en 2014, est probablement le film de la franchise ayant subi le plus de critiques : humour douteux, vilains peu crédibles et histoires d’amourettes adolescentes ont été reprochés au second volet. Une ironie, en quelque sorte, lorsqu’on voit ce que proposent les films du MCU aujourd’hui.

spider-man-film-bouffon-vert

Malgré tout, les deux films des Amazing Spider-Man ont le mérite de proposer des antagonistes difficiles à adapter au cinéma (le Lézard et Electro), des scènes d’action efficaces, un costume réaliste et surtout de mettre en scène la plus grande tragédie du héros : la mort de Gwen Stacy, qui concluait superbement The Amazing Spider-Man : Le destin d’un héros. On pouvait alors s’attendre à un troisième volet encore plus sombre… Manque de peau, on reboot encore !

 

Méchants des films :

  • Le Lézard (Dr. Curt Connors) : incarné par Dylan Baker dans Spider-Man 2 et Spider-Man 3. Rhys Ifans reprend le rôle dans The Amazing Spider-Man.
  • Electro (Max Dillon) : incarné par Jamie Foxx dans The Amazing Spider-Man : Le Destin d’un héros.
  • Le Rhino (Aleksei Sytsevich) : incarné par Paul Giamatti dans The Amazing Spider-Man : Le Destin d’un héros.
  • Le Bouffon Vert / Harry Osborn : Dane DeHaan reprend le rôle dans The Amazing Spider-Man : Le Destin d’un héros.

 

 

Spider-Man version MCU

Spider-Man : Homecoming et Spider-Man : Far From Home (réalisés par Jon Watts en 2017 et 2019)

 

Marvel et Disney ayant (enfin) réussi à acheter les droits cinématographiques de notre Tisseur, Tom Holland est annoncé en tant que nouveau Peter Parker, et le Spider-Man version MCU fait son grand retour chez Marvel dans Captain America : Civil War en 2016. Mais il faudra attendre Spider-Man : Homecoming en 2017 du réalisateur Jon Watts pour se faire une meilleure idée de cette nouvelle interprétation du personnage.

Fidèle représentation du Peter Parker adolescent pour certains, ton beaucoup trop enfantin pour d’autres, Homecoming n’a pas fait l’unanimité, malgré un Michael Keaton impérial dans son rôle du Vautour. Marvel annonce sa volonté de faire un film léger, qui cible clairement un public adolescent, et ce dès le dévoilement de l’affiche colorée du film. Le film de Jon Watts a le mérite de se passer de l’éternel meurtre de l’oncle Ben pour nous plonger directement dans les aventures de Peter Parker, et de proposer un Tony Stark faisant clairement office de figure paternelle.

spider-man-film-vautour

Spider-Man apparaîtra ensuite dans le MCU dans Avengers : Infinity War où il fait partie des victimes du snap de Thanos, avant de revenir aux côtés de tous les Avengers tombés à la fin d’Avengers : Endgame.

Spider-Man : Far From Home, dernier volet en date, suit le chemin tracé par Homecoming : Disney oblige, le ton est léger, les blagues s’enchaînent, et les enjeux sont déjà plus intéressants que ceux de son prédécesseur. Via un voyage scolaire à travers l’Europe, Jon Watts met en scène ses personnages dans des situations visuellement bluffantes notamment avec le tant attendu Mysterio, à qui Jake Gyllenhaal prête ses traits, tandis que nous retrouvons Zendaya en Michelle Jones (et non Mary-Jane !) et Jon Favreau (le réalisateur du premier film Iron Man) en Happy Hogan. Samuel L. Jackson rejoint la spider-family en reprenant son rôle de Nick Fury.

Mieux mené que Homecoming, Far From Home propose un fond intéressant, se penchant aussi bien sur le poids des responsabilités super-héroïques qu’à la société médiatique dans laquelle nous vivons aujourd’hui.

Au final, avec sa version de Spider-Man, Disney propose une version presque exacerbée des deux films Amazing : un caractère enfantin, parfois touchant, parfois écœurant, des histoires d’amour qui toucheront probablement plus les adolescents que les fans adultes, mais un parti pris de mettre en scène Spider-Man loin de son New York natal (et tant pis pour les scènes de voltige).

spider-man-far-from-home-mysterio

Quoi qu’il en soit, la sortie de Far From Home est un succès monstrueux en France et dans le monde, qui devrait permettre à un film du Tisseur d’atteindre le milliard de recettes pour la première fois.

 

Méchants des films :

  • Le Vautour (Adrian Toomes) : incarné par Michael Keaton dans Spider-Man: Homecoming.
  • Shocker II (Hermann Schultz) : incarné par Bokeem Woodbine dans Spider-Man: Homecoming.
  • Le Bricoleur (Phineas Mason) : incarné par Michael Chernus dans Spider-Man: Homecoming.
  • Shocker I (Jackson Brice) : incarné par Logan Marshall-Green dans Spider-Man: Homecoming.
  • Le Scorpion (Mac Gargan) : incarné par Michael Mando dans Spider-Man: Homecoming, cependant, il n’apparaît pas sous les traits du Scorpion dans le film.
  • Mysterio (Quentin Beck) : incarné par Jake Gyllenhaal dans Spider-Man: Far From Home.

 

Spider-Man : New Generation

Film d’animation réalisé par Peter Ramsey, Bob Persichetti, Rodney Rothman en 2018

spider-man-new-generation

 

Bien que Sony Pictures ait cédé les droits cinématographiques de Spider-Man à Disney le temps de quelques films, le studio a décidé d’en mettre plein la vue aux fans hardcore du Tisseur en proposant le film d’animation Spider-Man : New Generation (Spider-Man : Into the Spider-Verse en VO) fin 2018.

Miles Morales, Spider-Gwen un Spider-Man dépressif s’allient pour sauver le multivers dans un film si explosif, émouvant et percutant qu’il s’est immédiatement hissé sur le podium des meilleures adaptations du héros. Cependant, le film n’a pas eu un immense succès, puisqu’il restait tout de même quelque peu difficile d’accès aux non-initiés, qui pouvaient tout simplement être perdus face à la quantité d’informations, de easter-eggs et de références présentes dans le film.

Spider-Man : New Generation a ainsi principalement ravi les fans purs et durs des comics Spider-Man, et notamment du personnage de Miles Morales, ô combien populaire. L’image, l’histoire, le ton, le message – bien que simpliste, il reste efficace – et globalement la fraîcheur de la nouveauté de l’œuvre en a laissé plus d’un bouche bée, menant le film a décrocher l’Oscar 2019 du meilleur film d’animation.

Réalisé par Peter Ramsey, Bob Persichetti et Rodney Rothman, le film d’animation reste la preuve que l’univers de Spider-Man regorge d’idées qui n’attendent qu’à être adaptées, plutôt que de recycler constamment les mêmes schémas.

Le long-métrage est disponible en DVD et Blu Ray, ce dernier comportant de nombreux bonus, notamment sur le making of du film Spider-Man : New Generation.

 

Et pour la suite ?

 

L’univers de Spider-Man ne cesse de faire rêver, et les fans sont comblés entre Sony cherchant à adapter tous les personnages du lore du Tisseur (Venom, Morbius, etc…. à raison ou à tort d’ailleurs) et Disney ciblant un public toujours plus jeune. Mais malheureusement pour lui, Spider-Man reste le héros qui aura eu les histoires les plus répétitives : à force de reboot, et de proposer constamment le même matériau, mais avec des acteurs différents, on ne peut que se demander ou tout ça va mener…

Le troisième volet des aventures de Spider-Man version MCU devrait quelque peu faire avancer les choses – si l’on prend en compte les scènes post-générique de Far From Home – mais les fans de comics commencent peut-être à se demander si les scénaristes des récents films en ont déjà ouvert un.

spider-man-film-morbius

Le personnage de Peter Parker avance dans les comics, et bien que la trilogie de Raimi ait son lot de défaut, elle avait au moins compris ça. Un Spider-Man adolescent, c’est sympa, mais c’est déjà vu, revu et encore vu. Si Hollywood freine à ce point l’avancée de sa poule aux œufs d’or, c’est bien évidemment une question d’argent, mais malgré les qualités certaines des dernières productions, force est de constater qu’au bout de 7 films solo, on commence à se lasser des amourettes et autres voyages scolaires de Peter Parker.

C’est pour cela que Spider-Man : New Generation a eu autant de succès chez les fans hardcore du Tisseur : de la nouveauté, des nouveaux personnages, l’adaptation d’un pan entier de l’univers de Spider-Man enfin à l’écran, etc. Même son de cloche pour l’excellent jeu vidéo de Sony, Marvel’s Spider-Man, dont le scénario a clairement plus de rebondissements et d’inventivités que les derniers films avec Tom Holland.

Pour conclure, on peut accorder le bénéfice du doute à Marvel, et patienter en attendant de découvrir un Spider-Man 3, mais puisque la version MCU rapporte autant au box-office, pourquoi Disney s’embêterait-il à changer de recette ?