Sélectionner une page

The Amazing Spider-Man est une série télévisée américaine sur le célèbre super-héros de Marvel Comics. Il s’agit de la première série télévisée Marvel en direct mettant en vedette Spider-Man. Elle a été diffusée aux États-Unis du 19 septembre 1977 au 6 juillet 1979. Bien qu’elle ait connu un succès d’audience considérable, la série CBS a été annulée après seulement 13 épisodes, dont un film pilote diffusé à l’automne 1977. Bien que l’histoire se déroule à New York (ville natale du personnage), la série a surtout été filmée à Los Angeles. Par ailleurs, la série est finalement assez éloignée des histoires que l’on retrouve dans les comics Spider-Man.

 

Production

 

Au milieu des années 1970, l’éditeur de Marvel Comics (et co-créateur de Spider-Man) Stan Lee a vendu à CBS les droits de production d’une série Spider-Man en direct aux heures de grande écoute, sous la direction du producteur Daniel R. Goodman. L’acteur chevronné Nicholas Hammond a été choisi pour le rôle principal (bien que toutes les cascades de Spider-Man aient été exécutées par Fred Waugh, le coordonnateur des cascades de la série). Lee et Goodman se sont violemment affrontés sur la direction de la série pendant la production initiale. Lee a dit un jour dans une interview pour le magazine Pizzazz qu’il pensait que la série était « trop juvénile ».

La série a commencé comme projet pilote clandestin : un film de 90 minutes connu simplement sous le nom de Spider-Man qui a été diffusé sur la chaîne de télévision CBS en septembre 1977 et qui a été diffusé en salles à l’échelle internationale. Peter Parker (étudiant universitaire intrépide) y gagne des super pouvoirs après avoir été mordu par une araignée radioactive. Il utilise ces pouvoirs pour obtenir un emploi au Daily Bugle, et pour arrêter un escroc qui utilise secrètement le contrôle de l’esprit pour son gain personnel.

 

 

Le pilote a obtenu une note de 17,8 avec une part de 30 – la note la plus élevée de la SCS pour l’ensemble de l’année. Cependant, se disant préoccupée par les cotes d’écoute relativement faibles du projet pilote dans la démographie adulte lucrative (18 à 49 ans), la SCS n’a repris la série que pour une commande limitée de cinq épisodes (ces cinq épisodes ont été diffusés en avril et mai 1978, à la fin de la saison TV 1977-78). Cette série d’épisodes a très bien débuté, la première ayant obtenu une cote de 22,8 avec 16,6 millions de téléspectateurs, ce qui en fait l’émission la mieux cotée de la semaine sur CBS, et la huitième meilleure émission de la semaine, dans l’ensemble. La série a fini par être la 19e émission la mieux notée de toute la saison. Cependant, la SCS hésitait à s’engager à donner à l’émission un créneau horaire régulier/fixe pour la saison 1978-1979, car la série était coûteuse à produire et continuait de sous-performer auprès des publics plus âgés.

CBS a adopté une approche plus prudente en diffusant des épisodes sur une base sporadique, en les plaçant stratégiquement sur la grille de diffusion afin de nuire délibérément aux cotes d’écoute de certaines émissions concurrentes, à des moments clés de la saison télévisée (p. ex. les  » balayages « ). L’ancien producteur de Six Million Dollar Man, Lionel Siegel, a pris en charge les tâches de production pour la deuxième saison, modifiant sensiblement l’émission afin d’augmenter son auditoire adulte. Ces changements comprenaient l’abandon du personnage de Captain Barbera, l’ajout du personnage de Julie Masters comme un intérêt amoureux pour Peter, la création d’intrigues plus terre à terre et l’adoucissement des superpouvoirs de Spider-Man, pour le rendre plus accessible aux téléspectateurs adultes.

La deuxième saison (sur seulement sept épisodes) a été rarement diffusée au cours de la saison 1978-1979. La série a continué d’afficher de bons résultats au chapitre des cotes d’écoute au cours de sa deuxième saison. Toutefois, la SCS a officiellement annulé la série peu après la fin de la saison. La principale raison de l’annulation était que CBS craignait d’être perçue comme un simple « réseau de super-héros » unidimensionnel, superficiel et superficiel. Il diffusait déjà d’autres séries ou émissions spéciales de superhéros en direct à l’époque, dont The Incredible Hulk, Wonder Woman (qu’ils ont ressuscité après l’annulation de son réseau original, ABC), Captain America, Doctor Strange, et venait de terminer (en 1977) des séries de plusieurs années en direct du samedi matin pour Shazam et Isis super héros de DC Comics. Un autre problème était que malgré la popularité de l’émission, ses fans les plus vocaux étaient aussi très critiques à son égard, en raison des deux départs de la saison par rapport à des histoires plus comiques et de l’absence de « super-vilains » reconnaissables des bandes dessinées Spider-Man.

La série a donné les premières représentations en direct des dispositifs de repérage et de localisation « spider-tracer » de Peter Parker ; ils sont mis en évidence dans plusieurs épisodes de la série.

 

spider-man-film-serie-nicholas-hammond-min

Episodes

 

Pour leur sortie en format VHS, plusieurs épisodes de la série ont été assemblés par paires. Par exemple, « Photo Finish Part 1 and Part 2 » et « A Matter of State Part 1 and Part 2 » ont été combinés sur une seule bande VHS et présentés comme un seul épisode de long métrage. Afin de faciliter le saut entre les deux histoires sans rapport dans chaque version, l’équipe de production a filmé de nouvelles scènes passerelles se déroulant au Daily Bugle et les a insérées entre le contenu des deux épisodes composant les deux. Ces scènes n’ont jamais été diffusées, ni dans la version originale de la série, ni dans aucune rediffusion.

Le pilote et deux paires d’épisodes ont été diffusés au cinéma dans le monde entier par Columbia Pictures as Spider-Man, Spider-Man Strikes Back et Spider-Man : The Dragon’s Challenge.

 

Saison 1 (1978)

 

Episode 1 : « The Deadly Dust : Partie 1 » (5 avril 1978). Réalisé par Ron Satlof et écrit par Robert Janes.

Douteux que leur professeur ait apporté une petite quantité de plutonium sur le campus pour faire une démonstration en classe, trois étudiants de l’université décident de voler le plutonium et de construire une bombe afin d’illustrer les dangers de l’énergie nucléaire. Cependant, les hommes d’affaires et trafiquants d’armes internationaux nommés M. White demande à ses hommes de main de voler le plutonium pour qu’il puisse le faire exploser à Los Angeles, en Californie, où le président prononcera un discours de campagne.

Bien qu’il s’agisse du dernier des cinq épisodes de la première saison à être filmé, c’était le premier à être diffusé.
Dans des pays autres que les États-Unis, comme le Royaume-Uni, l’Argentine, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, « The Deadly Dust », les parties 1 et 2 ont été montées ensemble par Columbia pictures et sorties en salles sous le titre Spider-Man Strikes Back. « The Deadly Dust » est sorti en vidéo dans les années 1980 chez CBS/Fox/Playhouse, et à la fin des années 1990 chez Rhino Home Video. Sorti également sur bande vidéo (en Europe) et sur disque laser (au Japon) dans sa version théâtrale intitulée Spider-Man Strikes Back.

 

Episode 2 : « The Deadly Dust : Partie 2 » (12 avril 1978). Réalisé par Ron Satlof et écrit par Robert Janes.

Terroriste international « Monsieur. White » poursuit son plan pour faire exploser la bombe pendant le discours du Président à Los Angeles, mais pendant la préparation, une femme du trio succombe à un grave empoisonnement aux radiations. Alors que Spider-Man a l’intention de contrecarrer l’explosion de la bombe, il est également déchiré entre l’aide à la femme mourante.

 

Episode 3 : « La malédiction de Rava » (19 avril 1978). Réalisé par Michael Caffrey et écrit par Dick Nelson et Robert Janes.

Des membres d’une secte religieuse, dirigée par le télékinétique Mandak, envisagent de voler une icône religieuse Rava dans un musée et, dans le cadre du processus, M. Jameson pour tentative de meurtre. « La malédiction de Rava » a été épissée avec « Con Caper » pour former « Con Caper . Con Caper/Rava est également sorti sur laserdisc aux USA chez Prism vers 1990.

 

Episode 4 : « La Nuit des clones » (26 avril 1978). Réalisé par Fernando Lamas et écrit par John W. Bloch.

Une convention scientifique se tient à New York et un scientifique américain controversé a trouvé un moyen de cloner des êtres humains, pour ensuite voir son clone maléfique s’échapper, et cloner un Spider-Man maléfique.

 

Épisode 5 : « Escorte vers le danger » (3 mai 1978). Réalisé par Dennis Donnelly et écrit par Duke Standefur.

Lors d’une visite à New York, la fille d’un président latino-américain pro-démocratie récemment élu est kidnappée par ceux qui cherchent le retour d’une dictature fasciste.

La séquence dans laquelle Spider-Man fuit une voiture qui explose est la seule cascade de la série réalisée par Nicholas Hammond lui-même.

 

 

Saison 2 (1978-1979)

 

Épisode 1 : « The Captive Tower » (5 septembre 1978). Réalisé par Cliff Bole et écrit par Gregory S. Dinallo, Bruce Kalish et Philip John Taylor.

Des voleurs volent dix millions de dollars dans un nouveau bâtiment de sécurité de haute technologie et utilisent ses ordinateurs pour piéger les gens à l’intérieur. Comme il n’y avait pas d’autres épisodes d’une heure pour le combiner en un film de 2 heures, cet épisode est le plus rarement vu de la série, les seules rediffusions étant sur la chaîne Sci-Fi dans les années 1990. Pour la même raison, c’est aussi le seul épisode qui n’a pas été diffusé en VHS.

 

Épisode 2 : « Une question d’État » (12 septembre 1978). Réalisé par Larry Stewart et écrit par Howard Dimsdale.

Les plans de défense de l’OTAN sont volés et détenus en échange d’une rançon par des terroristes. Julie Masters obtient accidentellement une photo du meneur du gang et maintenant Spider-Man doit protéger Masters, tout en essayant de récupérer les plans de défense.

 

Épisode 3 : « The Con Caper » (25 novembre 1978). Réalisé par Tom Blank et écrit par Brian McKay et Gregory S. Dinallo.

Un politicien emprisonné est libéré et se fait passer pour un humanitaire réformé qui se consacre à la réforme pénitentiaire afin d’organiser une évasion de certains prisonniers et de voler cent millions de dollars.

 

Épisode 4 : « The Kirkwood Haunting » (30 décembre 1978). Réalisé par Don McDougall et écrit par Michael Michaelian.

Peter Parker est envoyé au domaine (avec son propre zoo) d’une riche veuve et amie de longue date de la famille de Mr. Jameson. La veuve prétend qu’elle reçoit la visite du fantôme de son défunt mari qui lui dit de donner tout son argent au groupe d’hommes qui agissent comme enquêteurs objectifs sur le phénomène paranormal.

 

Épisode 5 : « Photo Finish » (13 février 1979). Réalisé par Tony Ganz et écrit par Howard Dimsdale.

Lors d’un reportage sur une collection de pièces rares, les pièces sont volées lors d’un vol avec l’un des voleurs portant une perruque et étouffant sa voix pour donner l’impression d’être l’ex-femme amère du collectionneur. La photo que Parker a du voleur déguisé encadrera faussement l’ex-femme et Parker est prêt à aller en prison afin de protéger les innocents et de s’évader de prison comme Spider-Man pour traduire les voleurs en justice.

 

Episode 6 : « Wolfpack » (21 février 1979). Réalisé par Joseph Manduke et écrit par Stephen Kandel.

Lorsqu’un représentant avide de Sorgenson Chemical apprend que des étudiants universitaires ont développé un gaz de contrôle mental, il utilise ce gaz pour prendre le contrôle des étudiants et même de certains soldats pour commettre des crimes.

 

Episode 7 : « The Chines Web : Partie 1 » (6 juillet 1979). Réalisé par Don McDougall et écrit par Stephen Kandel.

Un vieil ami d’université de M. Jameson fuyant la Chine (où il est ministre du Développement industriel) pour vivre avec sa fille sino-américaine parce que le gouvernement chinois l’a faussement accusé d’être un espion pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant que Peter Parker tente de prouver l’innocence de l’homme, il doit faire face aux sbires d’un homme d’affaires britannique de Hong Kong qui fera tout pour obtenir un nouveau ministre du Développement industriel qui veillera à ce que son entreprise obtienne un contrat commercial lucratif avec la Chine.

Alors que le reste de la série a été tourné à New York et Los Angeles, la série finale comprend de nombreuses scènes qui ont été tournées à Hong Kong. La partie 1 et 2 de  » The Chinese Web  » est également sortie en salles dans de nombreux pays entre 1979 et 1981 sous le titre Spider-Man  : The Dragon’s Challenge. Il est également sorti à l’étranger en vidéo (et sur laserdisc au Japon) dans sa version complète. Cet épisode a été enregistré par CBS/Fox Video au début des années 1980 (et réédité au milieu des années 1980 sur le label Playhouse Video de Fox) et par Rhino Home Video à la fin des années 1990.

 

Episode 8 : « The Chines Web : Partie 2 » (6 juillet 1979). Réalisé par Don McDougall et écrit par Lionel E. Siegel.

Peter va en Chine avec Dent et Emily pour que Dent puisse prouver l’innocence de l’oncle d’Emily. Mais l’industriel essaie de les arrêter.

 

 

Tentative de revival

 

Dans une interview accordée en 2002 au magazine SFX, Nicholas Hammond a révélé qu’il était prévu de faire un film de réunion de la série Amazing Spider-Man en 1984. La proposition aurait fait en sorte que la distribution originale fasse équipe avec la distribution de la série télévisée The Incredible Hulk (un grand succès pour CBS), Hammond apparaissant dans le costume noir de Spider-Man.

Selon Hammond, un accord a été conclu pour que Columbia et Universal Studios coproduisent le projet. Bill Bixby allait réaliser le téléfilm, en plus de reprendre le rôle de David Banner. Cependant, Universal a finalement annulé le projet. Hammond a dit qu’on lui avait dit que Lou Ferrigno n’était pas disponible pour reprendre son rôle de Hulk, parce qu’il était en Italie pour filmer Hercule. Cependant, dans son autobiographie My Incredible Life as the Hulk de 2003, Ferrigno a déclaré qu’il n’avait jamais été contacté au sujet du projet, ajoutant qu’il avait récemment terminé le tournage de Hercules II et que sa disponibilité n’était pas un problème.

 

Réalisateurs

 

  • Tom Blank
  • Bole de falaise
  • Michael Caffey
  • Dennis Donnelly
  • Tony Ganz
  • Fernando Lamas
  • Joseph Manduke
  • Don McDougall
  • Ron Satlof
  • Larry Stewar
  • Matt Charette

Le casting

 

  • Nicholas Hammond : Peter Parker / Spider-Man
  • David White (pilote) et Robert F. Simon (de l’épisode 2) : J. Jonah Jameson
  • Chip Field : Rita Conway
  • Michael Pataki : capitaine. Barbera (saison 1)
  • Ellen Bry : Julie Masters (saison 2)

 

Les seuls personnages qui apparaissent régulièrement dans les séries télévisées et les bandes dessinées sont Peter Parker/Spider-Man, J. Jonah Jameson, et tante May. Joe « Robbie » Robertson (joué par Hilly Hicks) est également apparu, mais seulement dans le pilote. Farley Stillwell, un scientifique de l’univers Marvel, fait une apparition dans l’épisode « Wolfpack ». Une actrice différente a joué Tante May dans chaque épisode dans lequel elle est apparue.

Dans ces deux incarnations, J. La personnalité abrasive et flamboyante de Jonah Jameson a été adoucie et le personnage a été dépeint comme plus avunculaire (bien que souvent encore d’humeur courte).