Sélectionner une page

Tout le monde se souvient de la première fois qu’il a vu Star-Wars. Certains ont commencé la saga avec le premier du nom, “Un Nouvel Espoir”, comme beaucoup de gens de leur génération et de la génération de leurs parents. C’est un monde nouveau qui se dessinait sous nos yeux, et non pas seulement une histoire fantastique avec des personnages “super cool”. C’est un univers, de nouvelles planètes, des espèces inconnues, des mondes qui d’épisode en épisode se révélaient à nous. C’était des croyances, des valeurs, la dualité, le choix terrible entre le bien et le mal, et tout ce qu’il implique. Star-Wars n’a pas révolutionné le monde de la science-fiction non, il l’a en partie créé, en a dessiné les contours, l’a démocratisé. En 1977, un film est sorti qui a bouleversé les quarante années à suivre. Encore aujourd’hui, la science-fiction sans Star-Wars, ce n’est pas la science-fiction.

 

Le récap de The Mandalorian

 

Depuis le 12 novembre 2019, l’Internet est submergé par les memes de Baby Yoda. Il faut bien l’avouer, ce mélange subtil entre ses yeux noirs à faire fondre, ses longues oreilles pointues et son duvet de bébé extraterrestre tout vert, fait crever le plafond à notre taux d’ocytocine (l’hormone du câlin). Alors si vous avez une vie sur les internets, impossible d’être passé à côté du phénomène The Mandalorian.

C’est à Jon Favreau que l’on doit la série, une super star dans les studios Marvel. En effet, derrière son rôle d’assistant, chauffeur et garde du corps de Tony Stark (si si, on vous jure, c’est lui), Jon Favreau mène une double vie. Il est ainsi le réalisateur de plusieurs films du MCU : Iron Man en 2008 puis d’Iron Man 2 en 2010, producteur exécutif de Avengers (2012), Iron Man 3 (2013), Avengers : L’Ère d’Ultron (2015), Avengers: Infinity War (2018) et Avengers: Endgame (2019). Sacré CV.

La série, en prise de vues réelles, est annoncée en novembre 2017 par Disney et Lucasfilm. Le 3 octobre 2018, le synopsis ainsi que le titre de la série sont révélés au grand public, en même temps que le début du tournage en Caroline du Sud. Celui-ci se termine le 27 février 2019, et est suivi par l’annonce de Jon Favreau en juillet expliquant que la seconde saison était déjà en cours d’écriture. Avant même la diffusion de la première saison, les fans ont été prévenus : cette nouvelle série qui vient se glisser entre l’ancienne et la toute nouvelle trilogie semble bien partie pour tenir une place importante au sein de l’univers Starwars.

 

favreau-serie-mandalorian

 

C’est pourquoi, peut-être, certains fanatiques et opportunistes ont décidé de commettre l’irréparable, alors que l’on apprenait le 25 octobre 2018 que la police enquêtait sur le vol de plusieurs éléments de décors aux Manhattan Beach Studios.

Mais que serait Star Wars sans sa musique emblématique (j’espère que maintenant vous l’avez en tête) ? Jon Favreau met la barre très haut puisqu’il demande au compositeur suédois Ludwig Göransson d’assurer la bande son de la série, compositeur clé de l’univers Marvel, qui a d’ailleurs gagné en 2019 l’Oscar de la meilleure musique de film pour Black Panther. Le thème de The Mandalorian, petit mélange entre du western à la Ennio Morricon et les cuivres chers au coeur de John Williams, a connu un véritable succès et inspiré de nombreux artistes sur la toile.

 

Le plot

 

Si vous êtes un peu perdus dans la chronologie Starwars, The Mandalorian se situe 5 ans après Le Retour du Jedi (épisode VI) et 25 ans avant Le Réveil de la Force (épisode VII). Mais l’histoire est bien loin de ces intrigues politiques, et prend place dans un territoire lointain, très lointain… bien au-delà des régions contrôlées par la Nouvelle République.

Après la chute de l’Empire et l’avènement de la Nouvelle République, le métier de chasseur de prime devient de plus en plus précaire. Pour survivre, Le Mandalorien (Mando de son petit nom) accepte un contrat non officiel très bien payé. Le chasseur de prime, l’un des plus redoutables sur le marché de surcroît, se lance sur les traces d’une étrange créature vieille d’un demi-siècle. Mais 50 ans, pour certaines espèces, c’est peu, et c’est ce dont Mando se rend compte lorsqu’il se retrouve face à une minuscule créature de la même espèce que Yoda (ayant une espérance de vie de plusieurs siècles).

Après avoir livré la petite et ultra-mignonne créature aux néo-partisans de l’Empire et touché la prime conséquente promise, Mando décide de changer le cours des choses et revient sauver Baby Yoda. Les rôles s’inversent : le traqueur devient le traqué. S’ensuit la chasse des deux fugitifs par tout le gratin des chasseurs de prime de toute la galaxie, et des rejetons de l’Empire qui semble se relever doucement après le fiasco de l’Etoile de la Mort (deuxième du nom) de l’épisode VI.

 

Les personnages

 

Depuis le début de la série, seuls deux personnages apparaissent à chaque épisode : Mando et l’Enfant. Les autres personnages se greffent autour des deux protagonistes qui fondent à eux-seuls l’essence même de la série.

 

The Mandalorian – Din Djarin

mandalorian-personnage

 

Din Djarin, le vrai nom du Mandalorien (aussi appelé Mando), fait partie de la communauté mandalorienne (à laquelle appartenait également Boba Fett). Les Mandaloriens, reconnaissables à leurs armures et leurs casques qui leur servent à cacher leur visage, n’ont pas d’espèce particulière et sont davantage liés par une forte culture guerrière et des capacités physiques exceptionnelles (même si la plupart sont humains).

Din Djarin est un orphelin recueilli par des Mandaloriens dès son plus jeune âge, après l’assassinat de ses parents par des droïdes de combats durant la Guerre des Clones. La perte de ses parents explique sa haine profonde pour les droïdes en général.

The Mandalorian est interprété par Pedro Pascal, qui affirme s’être inspiré du personnage The Man with No Name interprété par Clint Eastwood, et protagoniste principal de la Trilogie du dollar de Sergio Leone. Pour s’imprégner de son rôle, Jon Favreau a demandé à Pedro Pascal de regarder de nombreux westerns spaghettis, et les films de samouraï d’Akira Kurosawa afin de créer le personnage à l’attitude et à la personnalité singulières du Mandalorien. La performance de Pedro Pascal pour son rôle a été très bien reçue par l’audience, et saluée par la critique.

 

L’Enfant (alias Baby Yoda)

baby_yoda_mandalorian

 

Surnommé Baby Yoda par toute la communauté de fans, l’Enfant est un petit alien appartenant à la même race, pas vraiment identifiée, que Yoda. Malgré ses 50 ans bien tassés, l’Enfant est en réalité un spécimen très jeune au sein de sa race, ce qui lui confère sa petite bouille de bébé adorable. Cependant, derrière son allure de petite peluche, Baby Yoda maîtrise déjà la Force.

L’Enfant est créé à partir d’un animatronique, amélioré à coups de (très beaux) effets spéciaux. Le fait qu’il n’ait pas été créé intégralement en CGI  a été très apprécié sur le tournage notamment.

 

Greef Karga

Greef-Karga-mandalorian

 

Greef Karga est le leader d’une guilde de chasseurs de primes : il régule leurs activités, et s’assure que ceux-ci respectent les règles de la guilde. Son éthique peut paraître douteuse : motivé essentiellement par le profit, Greef peut être dans la série l’allié comme l’ennemi des Mandaloriens.

Au fur et à mesure de ses apparitions, son passé s’éclaircit. Carl Weathers, qui interprète le rôle, a affirmé que l’histoire de Greef Karga sera plus approfondie dans la seconde saison de la série. Devant initialement ne faire qu’une brève apparition, Jon Favreau et son équipe se sont, au fur et à mesure de l’écriture du script, attachés au personnage jusqu’à en faire l’un des protagonistes principaux de la série. Carl Weathers lui-même s’est attaché à son rôle, qu’il a qualifié de “one of the greatest things that’s happened in all of the years that I’ve been in entertainment”. Le public est du même avis que Jon Favreau et l’acteur, puisque le personnage a été très apprécié comme le montrent les différents avis laissés par les spectateurs.

 

Le Client

Mandalorian-The-Client-and-Baby-Yoda

 

Le Client est un personnage mystérieux, rallié au dogme de l’Empire, qui est chargé d’embaucher le chasseur de prime afin de récupérer le petit alien. Nous possédons très peu d’informations sur son histoire et ses motivations, mis à part qu’il a perdu beaucoup lors de la chute de l’Empire. Werner Herzog, le réalisateur, scénariste et acteur interprétant le personnage du Client donne comme description : “a dark, dark sort of figure that shouldn’t be trusted at all”.

 

The Armorer

mandalorian-armorer

 

Interprété par Emily Swallow, le personnage de l’Armurière est caractérisé par sa tenue de mandalorienne hyper badass. Intelligente et mystérieuse, elle sert globalement de guide spirituel et répare les armures des mandaloriens (qui font partie intégrante de leur vie).

Le caractère et la prestance de son personnage sont davantage inspirés des films d’Akira Kurosawa, prêtant un aspect très samouraï à son aura à la fois calme et autoritaire.

 

Kuill

kuiil-mandalorian

 

Cet alien de la race des Ugnaught est un ancien serviteur de l’Empire. Kuill vit seul et isolé sur la planète Arvala-7 lorsqu’il rencontre le Mandalorien parti à la recherche de l’Enfant. Mécanicien dans l’âme, l’Ugnaught l’aide à réparer son navire puis le droïde IG-11 après sa destruction. Alors que Din Djarin décide de protéger l’Enfant des serviteurs de l’Empire, il se joint à lui sur la planète Nevarro.

De nombreuses critiques estiment que le personnage de Kuill est le meilleur de la série, et sa réplique “I have spoken” est devenue emblématique.

 

IG-11

ig-11-mandalorian

 

IG-11 est un droïde chasseur de primes, initialement destiné à traquer et tuer l’Enfant. Le Mandalorien rencontre IG-11 lors de sa traque et les deux protagonistes s’entraident dans leur quête. Mais lorsque le droïde veut tuer le petit alien vert, le chasseur de prime lui tire une balle et le laisse à terre. IG-11 est réparé et reprogrammé par Kuill, et se joint au Mandalorien dans sa quête de sauver Baby Yoda.

Taika Waititi, qui prête sa voix au droïde et qui est un habitué des studios Marvel, a affirmé s’être inspiré de l’assistant vocal Siri et de HAL 9000, personnage emblématique du film 2001 l’Odyssée de l’Espace.

 

Disney Plus commence sur les chapeaux de roue

 

En même pas un an, Disney Plus se targue d’avoir réuni plus de 50 millions d’abonnés. Une semaine après le lancement de la plateforme en France, le 7 avril 2020, sa demande devançait OCS Go, et suivait de près Amazon Prime Video. En quelques jours, Disney Plus s’est placé en quatrième position des plateformes de streaming les plus demandées. Aux US, avec ses 55 millions d’abonnés au total, la plateforme se place troisième derrière Amazon Prime et Netflix, et largement devant HBO et CBS.

Et en tête des séries les plus regardées en France ? Forcément, The Mandalorian, et de loin. Dans le monde, la série surpasse en terme de popularité et d’audience Game of Thrones et… Stranger Things. Un boom monumental, donc, pour le show, et par là pour la plateforme qui se développe dans le monde entier et conquiert le coeur de millions et millions d’utilisateurs. Fin 2020, Disney Plus devrait atteindre le Japon et l’Amérique Latine.

 

La série a-t-elle sauvé la saga ?

 

Après la taulée de la dernière trilogie Star-Wars qui s’étend de 2015 à 2019, à quoi pouvions-nous nous attendre ? Quand les derniers films saccageaient pour beaucoup de fans la licence de George Lucas, difficile de sortir en 2019 une série sur l’univers sans faire frissonner les déçus. Combien d’entres nous, à savoir les fans les vrais, sont ressortis écoeurés des salles de cinéma ? En reprochant parfois à Disney d’endommager l’essence même de ce chef d’oeuvre du 7ème Art ?

Alors lorsque Jon Favreau, qui fait partie du gratin de chez Marvel, annonce The Mandalorian, on en a eu des sueurs froides. Et pourtant, les résultats ne tardent pas, et la série a eu le don, sans nul doute, de rendre les fans old-school de la série et les extasiés de la SF du XXIème siècle tout à fait d’accord.

En avril, Jon Favreau a annoncé que la saison 3 était en cours d’écriture, et sortirait en 2021. Et on frétille d’impatience.

Share This